Old Trafford était le théâtre du fameux Derby of England ce dimanche. Cette rencontre entre les deux villes voisines offre toujours des rebondissements et entretient la légende de la Premier League. La confrontation du jour semblait pourtant déséquilibrée sur le papier entre des Red Devils qui réalisent le pire départ de leur histoire en championnat depuis 30 ans, et des Reds auteur d’un splendide huit sur huit. Résultat, 15 points séparaient les deux formations au coup d’envoi. Sous pression, Solskjaer ne pouvait pas en plus compter sur Pogba blessé, tout comme Dalot, Lingard et Jones, alors que Tuanzebe cédait finalement sa place au dernier moment à Rojo. Wan-Bissaka lui retrouvait son poste avec McTominay, Alex et Fred au milieu. Pereira et James épaulaient Rashford.

La rencontre débutait timidement et manquait clairement de rythme. L’absence de Salah se faisait sentir à Liverpool. Son remplaçant Origi se montrait pourtant mais Firmino et Mané étaient eux trop discrets. Les Reds ronronnaient dans le jeu. A côté d’un Fabinho plutôt maladroit, Wijnaldum tentait de créer et d’apporter des solutions à ses attaquants. Face à cette sécheresse offensive, United résistait sans mal mais n’avait en revanche aucune idée une fois le ballon dans les pieds. La première occasion dans ce duel rugueux finissait par arriver. Alerté par Matip sur ce long ballon côté droit, Mané pénétrait dans la surface et centrait en retrait pour un Firmino passez méchant dans sa frappe (34e). Le Brésilien faisait ensuite briller De Gea sur cette tête croisée avant d’être finalement signalé hors-jeu (35e).

Lallana surgit de nulle part

C’était le moment choisi par Manchester United pour piquer. McTominay lançait Daniel James, qui débordait côté droit. Le centre du Gallois se révélait parfait pour Rashford, qui n’avait plus qu’à battre de près Alisson (1-0, 36e). Les Red avaient beau protester pour une faute au départ de l’action de Lindelöf sur Origi, l’arbitre validait le but. En revanche, il refusait l’égalisation de Sadio Mané juste avant la pause (44e). Coupable de s’être emmené le ballon de la main, le Sénégalais ne marquait finalement pas et Liverpool était bel et bien mené lors du changement de côté. Le bras de fer se poursuivait en cette seconde période. On assistait peu ou prou à la même configuration que lors des 45 premières minutes. Liverpool essayait de passer par les ailes souvent alors que MU évoluait en contre.

Au milieu de cette grosse bagarre au milieu, les occasions se faisaient à nouveau rares. Même si Alexander-Arnold réglait enfin la mire dans ses centres (48e, 55e), Liverpool semblait éprouver des difficultés physiques. D’habitude si redoutables, les transitions étaient moins rapides que ces dernières semaines. Les locaux menaçaient en plus avec leurs flèches offensives. Servi par Andreas Pereira, Rashford provoquait balle au pied, avant de repiquer dans l’axe et d’envoyer une grosse frappe d’un rien à côté (67e). Le sang-neuf apporté par Lallana ou Keita faisait du bien malgré le raid de Daniel James (83e) et la lourde frappe de Fred (84e). Et quand on ne s’y attendait plus, Robertson centrait en direction de Lallana, qui avait échappé à la vigilance de Young, pour le but de l’égalisation (1-1, 85e). L’Anglais marquait là son premier but en championnat depuis mai 2017. Porté par son élan, Liverpool poussait et frôlait la victoire avec les deux occasions signées Alexander-Arnold (88e) et Oxlade-Chamberlain (90e+2). Les Reds ne gagnent pas en championnat pour la première fois de la saison mais conservent la tête avec six points d’avance sur Manchester City. United est lui 13e.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.