Si Arsenal n’a plus gagné à Stamford Bridge depuis 2011, il espérait vaincre définitivement le signe indien et surfer sur sa belle victoire de la semaine passée contre Bournemouth (3-0). 12e au classement, les Gunners pouvaient revenir à hauteur de Chelsea, dans le carré de tête. Et pour y parvenir, Arsène Wenger optait pour son 3-4-3 habituel, avec Alexandre Lacazette en pointe. A ses côtés, Alex Iwobi et Danny Welbeck. Un trio d’attaque qui découle de choix forts : Alexis Sanchez et Olivier Giroud retrouvent le banc. En face, un Chelsea en grande forme, 3e, qui voulait s’installer encore un peu plus sur le podium. Antonio Conte avait aligné sa formation type, elle aussi en 4-3-3. Seul Danny Drinkwater manquait à l’appel, blessé jusqu’en octobre.

Si les Gunners font tourner le ballon en début de match, Chelsea exerce un gros pressing et part au but à cent à l’heure. Les centres tendus de Willian (3e,14e) et Fabregas 5e) font trembler Petr Cech. Arsenal tente de jouer, de combiner, mais la défense des Blues est attentive. Elle finit pourtant par se relâcher au quart d’heure de jeu. Sur deux centres de Bellerin, Welbeck ne cadre pas sa tête et Lacazette bute sur Courtois, tout comme Kolašinac, cinq minutes plus tard. Et c’est reparti de l’autre côté ! Pedro profite du caviar de Fabregas pour partir seul au but. Un contrôle de trop l’empêche de frapper fort. Petr Cech à la main ferme. Les deux équipes se rendent coup pour coup, la qualité technique au rendez-vous. Néanmoins, les occasions se font plus rare à mesure que la mi-temps approche. La plus grosse occasion intervient juste avant la mi-temps. Ramsey slalome entre les défenseurs et envoie son tir sur le poteau. Lacazette reprend du pointu dans les tribunes. Chelsea termine mal. N’Golo Kanté ne gratte pas suffisamment de ballons.

L’entrée de Bakayoko a tout changé pour les Blues

La seconde période ressemble à la première, mais dans l’autre sens. L’entrée de Tiémoué Bakayoko à la place de Pedro pour muscler le milieu de terrain a changé le visage de Chelsea. Dans l’entre jeu, la paire française Bakayoko-Kanté se montre plus solide que le duo franco-espagnol Kanté-Fabregas. Arsenal n’arrive plus à poser son jeu. Positionné plus haut, Fabregas décale Willian pour la première frappe du second acte, captée par Cech (46e). Arsène Wenger tente son va-tout et remplace un Lacazette discret par Alexis Sanchez (66e). Ce à quoi Antonio Conte répond immédiatement avec l’entrée d’Eden Hazard à la place de Willian. Mais Wenger réplique à nouveau : Olivier Giroud remplace Danny Welbeck. C’est aux deux entraineurs de se rendre coup-pour coup, alors que le match est toujours aussi indécis.

Comme en témoigne ce but de Shkodran Mustafi, refusé pour un hors-jeu valide (76e). De l’autre côté, la frappe lourde d’Eden Hazard est captée par Cech (79e). Les dix dernières minutes sont décousues. La fatigue se fait sentir et David Luiz, auteur d’un match brillant, se fait exclure pour un tacle sans retenue sur Kolašinac (87e). Le score n’évoluera pas : 0-0. Chelsea perd deux points précieux dans la course au titre et pointe à la 3e place, à égalité avec Manchester United, trois points derrière Manchester City. Quant à Arsenal, s’il patauge toujours dans le ventre mou du classement (12e avec 7 points), il sort grandi de ce derby de Londres durant lequel il a livré une solide prestation et même dominé le champion d’Angleterre en première période.