Et si cette fois c’était la bonne ? Il reste encore dix-sept journées à disputer, mais Liverpool peut faire un grand pas vers le titre ce soir. Leaders du classement de Premier League, les Reds possèdent six points d’avance sur Tottenham et sept sur le champion en titre, Manchester City. Ce soir, à l’occasion du déplacement à l’Etihad stadium (match commenté en direct sur notre site), les troupes de Jürgen Klopp peuvent donc reléguer les Citizens à dix longueurs en cas de succès. Un défi pour lequel l’entraîneur allemand va s’appuyer sur une équipe type.

Mais alors que tout semble sourire aux joueurs de la Mersey (7 succès de rang en PL, série en cours), la réputation de losers qui colle à la peau de Liverpool depuis des années en Premier League n’a pas tardé à ressurgir. La raison ? Les innombrables occasions manquées des Reds de mettre fin à une disette qui dure depuis 1990, année de leur dernier sacre en championnat. Qui ne se souvient pas en effet de la terrible glissade de Steven Gerrard le 27 avril 2014 devant son public d’Anfield à deux journées du terme, et le sacre final de Manchester City ? Un moment difficile que n’a pas vécu Jamie Carragher. Mais l’ancien défenseur des Reds en a vécu d’autres, tout aussi durs. Et dans sa chronique publiée dans les colonnes de Telegraph, l’Anglais demande à Jürgen Klopp et à ses joueurs d’en tirer les leçons.

Klopp veut profiter de chaque moment

« Ça nous mène à ce que beaucoup de monde voit comme un frein à l’ambition du club : le club lui-même. Vont-ils tenir ou succomber au poids de la pression ? C’est l’histoire des saisons 2002, 2009 et 2014. Des moments où le club était en position de force avant que la charge émotionnelle, la pression et la nervosité générale ne prenne le dessus. Les joueurs, le staff et les supporters en avaient trop envie (du titre) que cela a provoqué une hystérie générale à chaque match, et ça ne s’est pas bien passé. Tous ces exemples donnent des arguments contre le club, comme si Liverpool devenait trop excité quand l’heure de vérité a sonné. Ils doivent apprendre de ça pour éviter que ça se répète et pour que la ferveur d’Anfield ne soit pas un obstacle. »

Un conseil auquel a répondu indirectement Klopp dans un entretien accordé à Skysports. Et l’Allemand ne compte pas se mettre la pression. « Nous vivons un très bon moment, c’est vrai, mais nous devons aller jouer à Manchester City et chez les autres gros du championnat. C’est le football. Je ne sais pas ce qu’il va se passer en mai. Qui ne veut pas vivre cette période entre aujourd’hui et le mois de mai ? Je veux profiter de ce moment jusqu’en mai ! Nous devons être concentrés sur nous-mêmes et c’est ce que nous faisons. Nous verrons bien où ça nous mènera. Le fait d’être à cette place est une surprise. Tout le monde disait : « vous êtes bons », mais personne ne pensait que nous aurions sept points d’avance avant le match. Ça semblait impossible au début du mois de décembre quand nous avions un point de moins, mais c’est arrivé. Ça ne rend pas City moins bon et nous meilleurs. C’est juste une situation et nous devons jouer ce match ». Vivement le choc de ce soir !