C’est officiel depuis mercredi matin, José Mourinho est le nouveau manager de Tottenham. C’est la première fois que le Special One reprend un club en cours de saison en Angleterre. « Je n’ai pas une grande expérience de prendre une équipe pendant la saison. mais j’y ai beaucoup pensé. Et il y aura toujours un match deux jours plus tard et je me dois de faire confiance au boulot fait avant », a-t-il d’ailleurs confié pendant sa conférence de presse de présentation. Mais jouer les pompiers de service, le Lusitanien l’a déjà fait au début de sa carrière d’entraîneur. C’est d’ailleurs dans ces conditions qu’il a connu sa première expérience sur un banc en tant que n° 1. Au sortir de ses années d’adjoint de Bobby Robson puis Louis van Gaal au FC Barcelone, le natif de Setubal s’engage avec Benfica, succédant à l’Allemand Jupp Heynckes, parti après 5 matches toutes compétitions confondues.

Il démarre son aventure le 23 septembre 2000, par une défaite sur la pelouse de Boavista (1-0), qui sera sacré champion cette saison-là. Le Portugais, qui se savait intérimaire, redressera petit à petit la barre, conquérant doucement mais sûrement le cœur des supporters avec quelques succès d’estime, à Guimarães (0-4) ou face au Sporting CP (3-0). Il ne restera cependant que 11 matches à la tête du SLB, laissant début décembre 2000, sa place à Toni suite à des élections présidentielles au sein de l’écurie lisboète. Son bilan : 5 victoires, 3 nuls, 3 défaites, 15 buts pour et 9 contre. Sixièmes à son départ, les pensionnaires du Estadio da Luz termineront l’exercice à la 5e place.

17 victoires, 5 nuls et 8 défaites lorsqu’il arrive en cours de saison

La saison suivante, en 2001/02, alors qu’il réalise du bon travail à la tête de l’União de Leiria, avec une 4e position au classement après 19 journées, le Portugais est débauché par le FC Porto. Le 22 janvier 2002, il succède à Octavio Machado sur le banc des Dragões, à l’époque 5e au classement. Arrivé avec l’attaquant brésilien Derlei dans ses valises, il mènera les Portistas à 12 succès, 2 nuls et 5 revers (2 seulement sur la scène nationale) toutes compétitions confondues (38 buts pour, 20 contre), terminant finalement sur la 3e marche du podium en championnat. C’est d’ailleurs à ce moment-là qu’il commence à construire sa légende, osant une prédiction à l’issue de ces premiers mois : « la saison prochaine, nous serons champions ».

Prémonitoire, car lors de l’exercice 2002/03, après un gros mercato (Maniche, Edgaras Jankauskas, Paulo Ferreira et Nuno Valente notamment), le FCP allait décrocher le titre national, avec 27 victoires, 5 nuls et 2 défaites, 73 buts pour et 26 contre. Mieux, il s’offrait la Coupe du Portugal, aux dépens de son ex-club Leiria, et remportait la défunte Coupe de l’UEFA, face au Celtic Glasgow au terme d’une finale de folie (3-2 après prolongations). Tottenham, en grande difficulté en Premier League en ce début de saison (14e place), espère que le pompier José Mourinho réussira les mêmes performances à sa tête.