Liverpool et Manchester City n’ont pas encore créé le vide autour d’eux au sommet du championnat mais c’est tout comme. Les Reds ont gagné leurs trois premiers matches de la saison, quand Manchester City a eu juste un petit accroc face à Tottenham au cours d’un match pourtant largement dominé. Tottenham, justement, était annoncé comme un outsider cette saison, grâce à une campagne de recrutement enfin fournie (Ndombélé, Lo Celso, Sessegnon, Clarke). Mais il a déjà grillé un joker ce week-end en perdant à domicile contre Newcastle, une équipe promise à la lutte pour le maintien, sur le score de 1-0, après une performance assez typique des Spurs, à savoir une domination stérile.

Les statistiques du match le prouvent : 80 % de possession pour seulement 2 tirs cadrés. De quoi remettre en cause le plan de jeu de Mauricio Pochettino ? L’entraîneur argentin s’est montré plutôt sévère avec son équipe après la rencontre. « Nous n’avons pas bien joué et je suis déçu de notre performance. Nous nous sommes créés quelques occasions mais pas assez. Nous aurions dû mieux jouer, avec plus de désir, plus de capacités, plus d’agressivité sur le ballon. Avoir 80% de possession c’est trop si on n’a que peu de tirs cadrés. »

Le cas Eriksen cristallise les tensions

Mais pour Pochettino, le vrai problème sous-jacent est l’ouverture du mercato estival dans les autres pays européens. « Je ne peux pas trouver des excuses à cause du mercato estival. Cela ne justifie pas la performance d’aujourd’hui ni le résultat. Mais nous avons un groupe instable, pour différentes raisons et des circonstances individuelles. Je serai plus heureux une fois le mercato refermé, lorsque nous saurons exactement les joueurs que nous aurons jusqu’au mois de janvier », a-t-il déclaré sur Skysports. Un cas en particulier perturbe l’entraîneur, celui de Christian Eriksen. Au tout début du mercato, l’international danois se disait prêt pour un nouveau challenge, après 6 années chez les Spurs et à un an de la fin de son contrat. Le club londonien n’était pas contre une vente, en cas d’offre satisfaisante. Mais celle-ci n’est jamais venue jusqu’à présent.

Eriksen reste cependant dans le viseur de l’Atlético de Madrid et du Real Madrid, mais plutôt comme un plan B, voire C. Interrogé sur le sujet de l’avenir d’Eriksen, Pochettino s’est un peu agacé en conférence de presse. « Je ne sais pas, pourquoi vous me demandez cela ? Le problème, il existe durant la semaine, pas quand la compétition arrive. Ce genre de situation arrive en Premier League. C’est pourquoi vous avez besoin de créer une très bonne dynamique et des liens très forts au sein de l’équipe. Et pour le moment, on en est très loin, le groupe est instable et nous devons trouver des solutions. » La solution, pour lui, face à Newcastle était de mettre le Danois, élément clé de son effectif, sur le banc.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10