Arsenal a enfin remporté son premier match de championnat, en disposant ce week-end de Liverpool. Une victoire à laquelle n’ont pas participé Sébastien Squillaci, Andrey Arshavin et Marouane Chamakh, tous écartés par Arsène Wenger. Mais aucun d’entre eux n’a jusque-là trouvé preneur. La Ligue 1 et sa possibilité de recruter d’ici mardi soir minuit pourrait sauter sur l’occasion, d’autant que les Gunners pourraient se montrer flexibles pour se débarrasser de leurs très coûteux lofteurs. À moins que la Grèce, la Turquie ou la Russie, qui n’ont pas terminé leur mercato, ne viennent également s’inviter dans les négociations.

- Sébastien Squillaci (Défenseur/FRA/32ans)

Il est loin le temps où Sébastien Squillaci régnait en maître aux abords de sa surface de réparation, comptabilisant même 21 capes en équipe de France. Depuis son arrivée à Arsenal en 2010, le défenseur voit son temps de jeu fondre comme neige au soleil. Rendez-vous compte, la saison dernière, le joueur n’a disputé qu’un tout petit match de championnat contre Fulham. Et encore, l’international tricolore n’avait alors passé que 10 minutes sur le pré ! Persona non grata, l’ancien Monégasque et Lyonnais n’a plus disputé la moindre rencontre sous le maillot des Gunners depuis le 18 février dernier et une défaite en déplacement en Cup à Sunderland. Non aligné depuis la reprise, l’arrière central n’entre plus dans les plans d’Arsène Wenger. Un temps annoncé dans le viseur de Bastia et de l’Olympiakos, aucune de ces deux pistes ne s’est concrétisée. Pourtant, avec un salaire mensuel estimé à 250 000 €, Squillaci coûterait la bagatelle de 1,5 M€ aux Londoniens s’il était amené à rester les six prochains mois. Des chiffres mirobolants qui pousseront Arsenal à le brader au premier venu ?

- Andrey Arshavin (Milieu offensif/RUS/31 ans)

Talentueux, Arshavin l’est à n’en pas douter. Capable de coups de génie, le joueur est un élément qui peut dynamiter à lui seul une défense. Seul hic, l’international russe a une propension folle à se contenter du service minimum une bonne partie de la saison, semblant parfois totalement hors des débats. N’en faisant souvent qu’à sa tête, l’ailier a fini par exaspérer Arsène Wenger, qui l’a d’ailleurs prêté au Zenit. Mais, de retour, le natif de Leningrad pose toujours un sacré casse-tête aux Gunners. Entré en cours de jeu lors du premier match de championnat contre Sunderland, Arshavin a une fois de plus déçu. Et si des pistes menant à Al Rayyan, Fulham ou encore Galatasaray ont un temps été évoqués, rien ne s’est décanté. Nul doute pourtant qu’Arsenal serait ravi de le voir partir, histoire d’éviter d’avoir à lui payer un salaire total de 1,62 M€ sur les six prochains mois (270 000 € par mois). Les championnats russes et grecs n’ayant pas fermé leurs portes, quelques coups de fil devraient être donnés.

- Marouane Chamakh (Attaquant/MAR/29 ans)

« J’espère que cette saison sera bonne, pour moi et pour le club. J’ai besoin de confiance. Mais pour être confiant, j’ai besoin de jouer plus. Je suis déterminé à rester », déclarait Marouane Chamakh peu avant le début de cette nouvelle saison. Depuis, l’attaquant a dû redescendre sur terre. L’arrivée d’Olivier Giroud, exactement dans le même registre, a semble-t-il scellé son avenir. Arsène Wenger ne peut en tout cas être plus clair, lui qui ne l’a plus aligné depuis mai. Autant le dire, l’international marocain n’est plus désiré. Le Rubin Kazan, Tottenham, la Fiorentina ou Blackburn ont tous été cités comme des destinations potentielles pour l’ancien Bordelais, sans qu’aucune de ces possibilités ne se concrétise. Une bien mauvaise nouvelle pour Arsenal, qui risque de devoir payer encore six mois son attaquant, soit un chèque de 1,5 M€ (250 000 € par mois). À moins que des clubs de Ligue 1 en quête d’un renfort offensif ne viennent aux renseignements. Les Gunners ne demandent que cela.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10