À Chelsea ou à Barcelone, Eidur Gudjohnsen était un joker de luxe. Le joueur capable de faire la différence malgré un faible temps de jeu et capable rapidement de s’intégrer. Mais depuis son départ de Catalogne durant l’été 2009 pour rejoindre l’AS Monaco, rien ne va plus pour Iceman. Devenu un spécialiste du banc de touche, l’attaquant islandais n’est plus que l’ombre de lui même et malgré un léger mieux à Tottenham en début d’année 2010, la situation du joueur est très préoccupante.

Banni à l’ASM, non retenu par Tottenham, Guddy a finalement trouvé refuge au sein de la modeste formation de Stoke City. Ragaillardi à l’idée de quitter la Principauté, ce dernier ne cachait pas son bonheur de retrouver les vertes pelouses de Premier League. « Je suis un joueur ambitieux, et c’est une formation ambitieuse, qui fait tout pour pérenniser sa place en Premier League. (…) J’avais des propositions de partout dans le monde, mais j’ai pris ma décision de signer ici et j’ai bien l’intention d’en profiter un maximum (...) Quand je suis revenu en Premier League la saison dernière, j’ai réalisé que c’était là que je voulais être. »

Oui, mais voilà, entre une méforme chronique et un surpoids évident, l’entraineur de Stoke City déchante et fustige un certain laisser-aller. « J’espère qu’Eidur va jouer que ce soit au début, au milieu ou à la fin de la saison. Je ne lui ai pas demandé pourquoi il était dans cet état, mais il a 32 ans et peut-être qu’il s’est trop reposé durant l’intersaison. » Entré en jeu à quatre reprises seulement depuis son arrivée, l’ancien Monégasque erre comme une âme en peine sur les terrains et cela ne semble pas près de s’arranger.

Si bien qu’un départ est déjà envisagé. Selon The Sun, Reading serait très intéressé pour tenter de relancer le natif de Reykjavik. Seul problème, le club anglais évolue en Championship (l’équivalent de la L2) à une triste 9e place et déjà à 12 longueurs du leader, Cardiff. Mais le temps presse pour l’entraîneur des Royals, Brian McDermott qui veut finaliser le prêt de Gudjohnsen avant dimanche, date à laquelle les prêts ne seront plus possibles en Angleterre. Reste tout de même à convaincre l’Islandais de poursuivre sa lente descente aux enfers dans l’antichambre de l’élite, dans une ambiance rugueuse et bien terne comparée aux folles soirées de Ligue des Champions qu’il a pu connaître durant sa carrière.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10