« Je viens à Paris pour vivre des émotions très fortes et remporter autant de trophées que possible. Ce nouveau défi dans ma carrière s’annonce passionnant », avait confié Grzegorz Krychowiak lors de sa présentation au Paris Saint-Germain le 3 juillet 2016. Une nouvelle étape dans la carrière du Polonais, encensé lors de son passage au FC Séville. Mais dans la capitale française, l’ancien joueur du Stade de Reims n’a jamais su trouver sa place et n’a pas réussi à montrer ses qualités de footballeur. Un an seulement après son arrivée, il a été invité à trouver un point de chute ailleurs. Et c’est en Angleterre qu’il a posé ses valises. Il a été prêté à West Bromwich Albion. Un club où voulait avant tout retrouver du temps de jeu, lui qui a rongé son frein pendant une saison au PSG (21 apparitions toutes compétitions confondues). Mais son aventure en Premier League, un championnat qu’il rêvait de découvrir, est loin d’être de tout repos.

Krycowiak a connu des hauts et des bas à WBA

Au total, "Krycho" a joué 26 rencontres toutes compétitions confondues cette année avec les Baggies. Le Polonais est très souvent titulaire. Jusque là, pas de problème. Pourtant, tout n’est pas si rose pour lui. Cet hiver, West Brom n’était pas entièrement satisfait de ses prestations et réfléchissait à casser son prêt pour le renvoyer en France comme l’avait révélé Le Parisien le 29 décembre. Une option que n’envisageait aucunement le PSG, qui cherchait plutôt à s’en débarrasser pour de bon. Interrogé dans la presse polonaise, l’agent du milieu de terrain de 28 ans n’avait pas démenti un départ six mois seulement après son arrivée. « J’évalue les chances de son transfert cet hiver à 50%. Nous verrons quelle sera sa situation dans les prochains matches ». Malgré des rumeurs l’envoyant à Getafe et à la Roma, l’international polonais est resté chez les Britanniques.

Journaliste à SFR Sport et spécialiste du foot anglais, Salim Baungally décrypte la saison du milieu. « L’utilisation de Krychowiak est assez étrange. Jusqu’à la mi-novembre, il était titulaire, puis il a été ensuite remplaçant. Dans l’entrejeu de WBA, il est redevenu de nouveau un joueur important. Pour le coup, avec Rondon, il est le meilleur joueur de l’équipe. Son meilleur match a été contre Everton (1-1). Il a fait notamment une sublime passe décisive ». Plus à l’aise, Krycho (11 rencontres jouées en 2018), "Krycho" a surtout fait parler de lui récemment pour son attitude. S’il joue (11 rencontres en 2018), c’est surtout son attitude qui fait parler ces derniers jours. Remplacé samedi face à Leicester, il est sorti sans saluer Alan Pardew. Son coach n’a pas du tout, mais alors pas du tout, apprécié.

Un avenir incertain pour le Polonais

« J’ai un problème avec ça parce que je l’ai supporté, que je le fais jouer et que j’ai été derrière lui quand il n’était pas particulièrement bon. Et il sort sans me serrer la main. J’ai été très clair avec lui sur le banc, je n’accepte pas ça, ce n’est pas bien. Il est un joueur prêté qui doit montrer du respect. Je ne vais pas en faire toute une affaire. J’ai été clair avec lui et j’espère ne plus revoir ça ». A priori, il ne devrait plus voir le joueur bien longtemps. Dernier de Premier League, West Bromwich devrait descendre à l’issue de la saison. Cette formation est beaucoup trop faible pour que Krychowiak puisse vraiment s’épanouir. Sauf miracle, WBA va descendre en Championship. Donc ce serait une trop grosse rétrogradation pour lui, nous explique Salim Baungally. Son aventure chez les Baggies devrait donc prendre fin en même temps que son prêt.

Et après ça ? Sous contrat jusqu’en juin 2021, Grzegorz Krychowiak ne devrait pas revenir à Paris. Les pensionnaires du Parc des Princes cherchent à vendre un élément acheté 26 M€ en 2016. De plus, avec les contraintes liées au fair-play financier, le PSG sera dans l’obligation de vendre. Autant dire que le Polonais figure parmi les joueurs poussés dehors. Mais les prétendants ne devraient pas manquer pour un élément revanchard. Il a confié récemment : « Dans le football, tout change assez rapidement. Le Mondial est certainement une belle vitrine pour afficher ses compétences. Cependant, la Coupe du monde peut avoir le même impact sur ma carrière que sur la carrière de n’importe quel autre joueur. Il suffira de bien jouer et de réussir en tant que groupe. C’est la seule chose qui est sûre au moment où on parle ». Le Mondial pourrait être un moyen pour Krychowiak de relancer une carrière qui a connu quelques remous ces derniers mois.