Avec Gordon Banks (73 sélections), Peter Shilton (125 sélections) Ray Clemence (61 sélections) et David Seaman (75 sélections), l’Angleterre a connu de très grands noms au poste de gardien lors du dernier siècle. Mais depuis le départ à la retraite de l’emblématique portier des Gunners, David Seaman, aucun ne s’est réellement imposé comme une référence dans les cages anglaises. David "Calamity" James (ex-Liverpool) et Paul Robinson (ex-Blackburn) ont tenté à tour de rôle d’assumer la relève, mais l’héritage a semble-t-il été trop lourd à porter. Aujourd’hui, ce débat refait de nouveau surface à quelques encablures de la Coupe du Monde 2018 en Russie. En regardant la liste des convoqués du sélectionneur Gareth Southgate pour le dernier rassemblement, quatre gardiens ont été appelés et tous sont susceptibles de prétendre à une place de dernier rempart titulaire des Three Lions. Et le tacticien britannique n’a pas manqué de le rappeler en conférence de presse. « Le maillot de n° 1 est à prendre », a-t-il confié avant le match amical face aux Pays-Bas (victoire 1-0). Une manière pour Southgate de tirer le meilleur de ses troupes avant la plus grande des compétitions internationales.

Mais cette méthode déplairait fortement à certains, à commencer par Joe Hart, légitime héritier des cages de Three Lions de par son passé (75 sélections). « Depuis que Gareth est en charge, il a toujours dit que j’avais bien joué avec lui. Il me semble loyal, même si le maillot de n°1 est en jeu. J’espère avoir retrouvé ma place de titulaire et nous verrons. J’ai travaillé dur tous les jours de ma vie et je continuerai à le faire que je joue ou non », a-t-il lancé. Problème, depuis 2016, le portier de 30 ans - qui appartient toujours à Manchester City - multiplie les prêts sans convaincre. Actuellement à West Ham, ce dernier a disputé la première partie de saison dans la peau d’un titulaire avant de se faire chiper sa place par l’Espagnol Adrian. Si son expérience parle pour lui (il est le joueur le plus capé au sein de la sélection depuis la retraite internationale de Wayne Rooney), celui qui est désigné comme le principal responsable de l’élimination à l’Euro 2016 n’est pas le grandissime favori pour garder les cages de l’Angleterre cet été.

Expérience ou renaissance ?

Car si l’on se fie aux dernières tendances, le favori se nomme Jordan Pickford, dernier rempart d’Everton. Troisième gardien le plus cher de l’histoire, après un transfert de 34 M€ en provenance de Sunderland l’été dernier, il a découvert le centre d’entraînement de St. George’s Park en novembre dernier et honoré sa première cape lors d’un match amical face à l’Allemagne (0-0). Aligné face aux Pays-Bas vendredi dernier, le gardien de 24 ans a justifié la confiance accordée par son sélectionneur en réalisant une performance de haute volée face aux Oranje. « Oui, c’était une belle soirée pour lui, définitivement. Il a confirmé ce qu’on pensait de lui lors d’un match important, un match loin de la maison, donc c’est bien pour lui », a souligné son entraîneur. Son inexpérience au haut niveau peut-elle lui être préjudiciable ou Gareth Southgate fera-t-il le pari du renouveau ?

L’homme fort de la sélection anglaise ne semble en tout les cas pas avoir tranché, même si Jack Butland, portier de Stoke City, sera aligné d’entrée face à l’Italie ce mardi. Considéré très tôt comme la relève à ce poste Outre-Manche, le portier des Potters a une carrière en dent de scie. Entre grave blessure et inconstance, le joueur de 25 ans est loin d’être un gage d’assurance, tant le principal intéressé est capable du meilleur comme du pire, et ce, même s’il possède la meilleure moyenne d’arrêts par match en Premier League. Ce dernier croit en tout cas fortement en ses chances, et est ravi de la concurrence instaurée par Gareth Southgate. « Jordan (Pickford) a vraiment bien joué vendredi et ça nous motive tous, a confié Butland en conférence de presse. C’est une très bonne manière d’aborder la Coupe du monde. Celui qui sera choisi aura gagné sa place. C’est une course à quatre ou cinq chevaux. »

Le quatrième cheval est la surprise du chef : le portier de Burnley, Nick Pope. Inconnu au bataillon en début de saison, il a pourtant d’indéniables atouts à faire valoir, comme en témoigne sa feuille de statistiques, qui a de quoi faire jalouser ses concurrents. En 26 matches en tant que titulaire en Premier League, le gardien au parcours atypique - ancien laitier - a gardé ses cages inviolées à 10 reprises, et n’a concédé que 22 buts. Encore plus impressionnant, avec 79,4% de tirs arrêtés cette saison, il présente le deuxième meilleur ratio derrière un certain... David De Gea (81,2%). Une feuille de route plus que remarquable qui explique sa présence lors de ce rassemblement. « Sur la forme du moment, il mérite d’être avec nous », a déclaré le tacticien anglais. Avec toutes ces flèches à son arc, Gareth Southgate a donc l’embarras du choix. Mais, à moins de trois mois de la Coupe du Monde, le choix fatidique approche pour le sélectionneur des Three Lions et il n’aura pas le droit à l’erreur.