Au Portugal, l’événement de la soirée d’hier a été la diffusion de l’interview de Cristiano Ronaldo sur la chaîne télévisée TVI. Un entretien au cours duquel le joueur de la Juventus a évoqué plusieurs aspects de sa carrière. Il est bien évidemment revenu sur son expérience à Manchester United -l’occasion pour lui de saluer encore une fois Sir Alex Ferguson- mais aussi sur ses défis et l’évolution du monde du football. Un nouvel environnement dans lequel CR7 a durement travaillé pour se faire une place au soleil.

« Je sais bien évidemment que le plus important c’est d’avoir du talent. Mais si vous remarquez bien, chez les athlètes des autres sports, les scientifiques ou les prix Nobel, tous sont de très grands travailleurs. J’aime copier les bons exemples, et pas seulement dans le sport. Tous ont un talent, mais ils ont surtout été de grands travailleurs ». Une introduction sur la notion du travail avant d’aborder l’un des aspects qui fait le plus parler dans le monde du ballon rond : la folie du mercato et des sommes investies sur des joueurs dont le niveau ne frôle pas toujours l’excellence.

Cristiano Ronaldo n’a jamais pensé gagner le Ballon d’Or

« Aujourd’hui, on parie beaucoup sur le potentiel et l’industrie du football est différente. Je vais mettre le cas de João Félix à part (recruté par l’Atlético pour 120 M€). Aujourd’hui, n’importe quel joueur vaut 100 M€, alors qu’il n’a pas fait ses preuves. C’est une folie. Il y a plus d’argent dans le football. Un défenseur central, un gardien valent 70 M€, 80 M€. Je ne suis pas d’accord ». A combien estime-t-il alors le prix d’un CR7 ? « Si j’avais 25 ans… Si un gardien vaut 75 M€, un joueur qui ferait ce que j’ai fait ces dernières années vaudrait trois ou quatre fois plus cher. Facile ».

Enfin, le thème du Ballon d’Or n’a pas été oublié. Vainqueur à cinq reprises (un record qu’il partage avec Lionel Messi), Ronaldo parviendra-t-il à en remporter un autre ? S’il n’est pas forcément le mieux placé (par rapport à certains Reds notamment), le Lusitanien ne s’en fait pas pour autant. « Pour être honnête, je n’ai jamais pensé remporter un jour le Ballon d’Or, alors en gagner cinq… Si vous me demandez si je veux le gagner à nouveau, je ne vais pas être hypocrite et vous dire que non. Bien sûr que je le veux. Je travaille toujours dans le but de remporter des titres collectifs et individuels. Je suis obsédé par le succès, mais dans le bon sens du terme. Je travaille beaucoup. Mais si je ne gagne pas, ce n’est pas la fin du monde non plus ». Réponse dans les mois à venir.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10