Inutile de présenter les qualités techniques de celui qui fait actuellement partie des meilleurs joueurs du monde. Ricardo Izecson Santos Leite, dit Kaká, est un maître-technicien du ballon rond, très à l’aise avec celui-ci, un n°10 comme on n’en fait que trop rarement, capable de décrocher sur les ailes, délivrer des passes décisives millimétrées et surtout d’expédier à de nombreuses reprises le cuir au fond des filets. Mais le grand public connaît-il la face cachée du prodige Brésilien, natif de Brasilia le 22 avril 1982 ?

Sa foi tout d’abord. « Ricky » Kaká provient d’une famille aisée qui s’est rapidement installée dans le quartier de Morumbi à São Paulo. Cette foi si forte, il l’a découverte alors qu’il a faillit être paralysé à vie, à cause d’un accident survenu dans la piscine de ses grand-parents, se brisant une vertèbre. Depuis, son amour pour Dieu s’est accru : « Cet épisode m’a certainement renforcé sur le plan spirituel, Dieu m’a aidé à guérir alors que je risquais d’être paralysé pour toujours sur une chaise roulante, mais ma foi remonte à mon enfance, j’ai grandi dans une famille évangélique et je me suis fait baptiser à l’âge de 12 ans ». D’ailleurs, il a également déclaré que rien ne s’imiscerait entre Dieu et lui, et il le montre. Sur le terrain, après avoir célébré un but, il ne manque jamais de lever les bras vers le ciel et d’adresser une prière. En-dehors, il ne quitte jamais son bracelet de métal sur lequel est gravé “OQJF” : O Que Jesus faria ? (Que ferai Jésus à ma place ?). Si cette foi peut rassurer les tifosi de l’AC Milan, elle peut aussi les inquiéter, car Kakà a également déclaré qu’il quitterait Milan si la voix du Créateur le lui demandait.

Ensuite, intéressons-nous à son parcours. Il a passé toute son enfance footballistique dans le centre de formation du Football Club de São Paulo avant d’y signer un contrat professionnel, à l’âge de 19 ans. Mais la machine est déjà en route, puisqu’on l’annonce comme une futur star depuis ses 17 ans et ses premières sélections en équipe nationale Brésilienne espoir. Les A de son pays, il les connaîtra lors du Brésil - Bolivie du 31 Janvier 2002, qui se soldera par une victoire 6-0 des siens. Son transfert à l’AC Milan ? Il intervient lors du mercato d’été 2003. Leonardo, recruteur du club Italien et Brésilien lui aussi, le suit depuis un long moment déjà, et c’est à cet instant qu’il choisit de le faire venir. Sacré coup de flair de la part de l’ancien joueur du Paris-Saint-Germain, puisqu’outre son immense talent, Kaká explosera littéralement dès sa première saison, ses coéquipiers disant même de lui que sans sa présence, l’obtention du Scudetto 2003/04 fut beaucoup plus difficile.

Aujourd’hui, Ricky est un élément indispensable de l’AC Milan et la sélection nationale, capable des plus beaux buts qui soient. Avec ses coéquipiers Brésiliens, lors d’un match amical contre l’Argentine à Wembley, il a inscrit un des plus beaux buts de sa carrière. Au coude à coude avec l’autre prodige du football, Leo Messi, il est parti de sa propre surface de réparation et a semé sans effort son homologue argentin avant d’aller loger la balle dans les buts adverses.