Le Derby d’Italie inaugurait la 15e journée de Serie A. Leader invaincu en Italie, huit longueurs devant le Napoli, la Juventus accueillait ce soir l’Inter, troisième, à l’Allianz Stadium. Onze points séparaient les deux équipes au coup d’envoi et la Vieille Dame s’avançait avec le plein de confiance, Massimiliano Allegri privilégiant le 4-3-3 avec un seul changement par rapport au match contre la Fiorentina (3-0). Dans l’entrejeu, Miralem Pjanic suppléait Juan Cuadrado. Pour le reste, on ne changeait rien. En face, les deux nuls et les deux défaites concédés lors de leurs cinq dernières sorties par les hommes de Luciano Spalletti plaçaient les Nerazzurri en position de véritables outsiders. Le coach de l’Inter lançait quatre nouvelles têtes après le nul contre l’AS Roma (2-2). En défense, Sime Vrsaljko et Joao Miranda étaient présents. Roberto Gagliardini était lui aligné dans l’entre-jeu et Matteo Politano faisait sont retour comme titulaire côté droit.

Dans un début de derby accroché, lors duquel les deux équipes faisaient d’abord jeu égal, c’est Joao Mario qui tentait d’entrée de contrarier les plans bianconeri. L’international portugais de l’Inter voyait d’abord sa frappe contrée (4e), puis son rush côté gauche valait à Miralem Pjanic le premier carton du match (6e). Huit minutes. Le temps nécessaire à Paulo Dybala et à la Juventus pour se rôder. La Joya envoyait un premier avertissement sur le but d’Handanovic, mais sa tête passait au-dessus (8e). Sa frappe du pied gauche, obligeait ensuite le portier slovène à intervenir pour la première fois (10e). Face à un bloc turinois plutôt bas, les Nerazzurri combinaient longuement et ne lâchaient pas beaucoup le ballon. Si Mauro Icardi était recherché, c’est Roberto Gagliardini qui se procurait la plus belle opportunité de ce début de match. Après une combinaison entre Politano et Icardi, le milieu interiste voyait sa frappe croisée heurter le poteau de Szczęsny (29e).

Chiellini répond au poteau de Gagliardini

A la demi-heure, les locaux prenaient le jeu à leur compte, ne lâchant plus le ballon et occupant la moitié de terrain adverse. La tête de Mandzukic, sur un centre de Bentancur, obligeait une nouvelle fois Handanovic à se montrer vigilant (35e). Dans la continuité, Bentancur, encore lui, était tout proche d’allumer le portier interiste. Mais Marcelo Brozovic se sacrifiait et taclait dans sa surface. Un geste salvateur. Pas le premier et sûrement pas le dernier pour le Croate. Et sur le corner, Giorgio Chiellini venait couper de la tête au premier poteau. Un geste parfaitement maîtrisé qui offrait à Handanovic l’opportunité de s’envoler pour réaliser une parade décisive (36e). Le plus bel essai des Bianconeri dans cette première période. Le gardien captait sans difficulté le retourné osé de CR7, dans la foulée (37e). La fin du premier acte était à l’avantage de la Juve, mais la tête de Bonucci passait au-dessus (41e). En contre, par à-coups, l’Inter réagissait, mais cela manquait de tranchant. Le premier acte s’achevait.

Au retour des vestiaires, l’Inter faisait passer un nouveau frisson dans le dos des Bianconeri, bien décidé à devenir la première équipe à faire tomber le leader incontesté de cette Serie A. Profitant d’un cadeau de Matuidi, Politano réalisait un une-deux avec Icardi au point de penalty. L’international italien enchaînait ensuite avec une frappe à bout portant mais Chiellini, encore lui, se jetait pour sauver les siens (48e) ! Après une incursion de Matuidi, dont le centre envoyé devant le but n’était pas repris par Mandzukic, et une frayeur de Miranda, qui ne profitait pas à Dybala, arrivait l’« instant cartons ». Le jeu se durcissait et Rodrigo Bentancur, côté Juve, Ivan Perisic et Marcelo Brozovic, étaient tous les trois avertis par Monsieur Irrati. Quand à l’heure de jeu Luciano Spalletti décidait de remplacer Matteo Politano par Borja Valero, Cristiano Ronaldo, jusqu’ici très discret, déclenchait une frappe puissante de trente mètres qui fusait au-dessus de la transversale (59e). Un avertissement.

La lumière est venue de la tête de Mandzukic

Alors que le duo s’était essayé de la même manière trois minutes plus tôt, Joao Cancelo tentait un nouveau centre, depuis son côté gauche. Un ballon envoyé devant le but et qui filait jusqu’au second poteau, où Mario Mandzukic se jetait pour devancer Asamoah et placer une tête plongeante à bout portant. Le Croate délivrait tout un stade (1-0, 66e), inscrivant-là son 7e but de la saison. Alors que ce but avait le don de décupler les envies de victoire des Bianconeri, Luciano Spalletti tentait de renverser la vapeur. Keita Baldé (69e) et Lautaro Martinez (77e) remplaçaient Gagliardini et Joao Mario. L’Argentin tentait sa chance à peine le pied posé sur la pelouse, mais son tir du pied droit était trop croisé pour accrocher le cadre (78e). Deux mois après son dernier match et une intervention chirurgicale réussie, Emre Can remplaçait Miralem Pjanic et recevait les honneurs de l’Allianz Stadium (82e). L’Inter tentait un dernier baroud d’honneur, mais les blanc-et-noir en profitaient pour piquer en contre. Sans conséquence. La Juventus s’adjugeait le derby et enregistrait un 14e succès en 15 rencontres, prenant le large en tête de la Serie A.

Retrouvez le film de la rencontre sur notre live commenté.