Les jeunes du Paris SG sont à l’honneur ces dernières semaines. En l’absence de certains Mondialistes, les espoirs du club de la capitale se sont mis en évidence lors du Trophée des Champions remporté à Shenzhen contre l’AS Monaco (4-0) et du succès face à Caen (3-0, 1ère journée de Ligue 1). Colin Dagba, Stanley Nsoki, Antoine Bernede ou encore Timothy Weah partagent l’affiche avec Neymar, Gianluigi Buffon et Angel Di Maria. Mais gare à ne pas mettre la charrue avant les bœufs, car certains espoirs parisiens se sont brûlés les ailes. Hervin Ongenda peut en témoigner. Talent précoce, l’attaquant était promis à un très bel avenir lors de ses années au centre de formation parisien.

Des promesses qu’il avait su confirmer, par bribes, lors d’entrées en jeu sous la houlette de Laurent Blanc notamment, qui misait beaucoup sur lui. « Techniquement, il est très bon. Devant le but, il est très très très bon. Et puis, je pense qu’il a une qualité que peu de joueurs ont, que les bons joueurs ont, c’est qu’il se déplace bien. Il sait dans quel sens il doit aller, se déplacer, pour avoir le ballon. Donc c’est un joueur très intéressant. Et en plus, pour faire ça, il faut avoir, physiquement, un moteur assez gros, et lui, il a un gros moteur. Malgré sa petite taille, il a un gros moteur, physiquement », appréciait le Président en octobre 2013.

Seulement, désireux de faire rapidement son trou au plus haut niveau, le jeune homme tente sa chance à Bastia d’abord, où il espère exploser sous la houlette de Claude Makelele, qui le connaît depuis son étape parisienne. Le constat est sans appel : 16 apparitions, 0 but et 0 passe décisive en 2014/15. Retour à l’envoyeur donc. Une saison à patienter dans l’ombre des stars parisiennes (1 réalisation et 1 passe décisive en 5 apparitions en Ligue 1 en 2015/16) et le titi décidera de s’envoler à nouveau, en prêt, aux Pays-Bas, du côté de PEC Zwolle, en 2016/17. Mais là encore, ça ne collera pas (3 apparitions en Eredivisie, 0 but, 0 passe décisive).

« Il sera la révélation de la saison »

Lors du premier semestre 2018, après plusieurs essais, en Angleterre et au Levski Sofia notamment, Ongenda trouvait refuge en Espagne, au Real Murcie. Mais là encore, avec seulement deux entrées en jeu en Segunda Division B, il ne convaincra pas. Cet été, il surprend tout son monde en tentant sa chance du côté de la Roumanie. Direction le FC Botoşani. « S’il écoute Costel Enache (le coach), il sera la révélation de la saison. D’après ce que j’ai entendu et ce que j’ai vu en préparation, ça semble bien se passer. C’est un bon garçon. Il s’est bien adapté au sein du groupe. C’est un pari pour moi », a confié Valeriu Iftime, propriétaire du club, au micro de TV Digi Sport 1.

Ses premiers pas ont déjà convaincu les observateurs locaux. « Hervin Ongenda affiche de belles qualités. Il est l’un des joueurs les plus intéressants du championnat. Il n’est pas encore prêt physiquement, mais la qualité est là. Il est sérieux, concentré, contrairement à tout ce nous avons pu entendre sur lui avant son arrivée. Botosani est une équipe qui joue un bon football, il en bénéficie aussi », nous a par exemple confié Emanuel Roşu, journaliste roumain pour Sport.ro. Au fil des sorties, il monte doucement mais sûrement en puissance. Après deux entrées en jeu, il démarrait son premier match en Liga 1, contre Astra Giurgiu (1-1), inscrivant au passage son premier but. De quoi avoir le sentiment du devoir accompli.

« Je suis très bien ici, je me suis très bien adapté. Même si on n’a pas gagné, on a fait un bon match. Je commence à retrouver la forme, les choses se passent bien. Je dirais que je suis à 60% de ma forme. Dans deux semaines, je serai à mon meilleur niveau. Je ne me suis pas fixé d’objectif en termes de buts. J’ai de très bons partenaires à Botoşani, un groupe formidable, qui m’aide énormément à m’adapter. Pour moi, c’est la meilleure équipe du championnat. Pour le moment, tout se passe bien en Roumanie, j’espère avoir le temps », a-t-il expliqué à Telekom Sport. On est encore loin d’un retour au premier plan, mais Hervin Ongenda a su reprendre le fil de sa carrière. À suivre.