La nouvelle avait surpris tout le monde. Libre de tout contrat depuis son départ du Paris Saint-Germain, Leonardo avait enfin trouvé un endroit où rebondir. Du côté d’Antalyaspor plus précisément. Une nomination qui en a étonné plus d’un, le club de Samuel Eto’o étant embourbé dans les profondeurs du classement de la Super Lïg. Un choix que le Brésilien avait expliqué le jour de son intronisation.

« Quand je suis venu voir le match à Osmanlıspor, j’ai eu la chance de voir l’infrastructure du club. Les choses ont changé si rapidement. Je ne pensais pas être ici il y a une semaine. Tout ce que je vois ici est une agréable surprise pour moi. J’ai de gros objectifs. Bien entendu, nous avons besoin de temps, mais nous avons de grandes ambitions pour le club et la ville. » Une arrivée de poids censée canaliser une équipe dotée de joueurs talentueux à fort caractère (Eto’o, Nasri, Ménez entre autres). Mais moins de trois mois après le début de son expérience turque (et 5 défaites en 10 matches), Leonardo plie déjà bagage.

« Merci Leonardo Araujo. Nos chemins se séparent par un consentement mutuel. Nous voulons remercier le coach pour sa contribution au club et nous lui souhaitons beaucoup de réussite pour ses futurs projets », peut-on lire sur le communiqué publié sur le site officiel du club turc. Un départ précipité qui met donc un sacré coup au projet d’Antalyaspor, mais qui serait surtout dû au départ annoncé du président Ali Şafak Öztürk.