Et voilà, premier match officiel pour les clubs français ce soir, avec le Trophée des Champions disputé à Tanger. Et entre le champion de France en titre, Lille, et le vainqueur de la Coupe de la Ligue, l’OM, ce sont les Phocéens qui se mettent à leur avantage d’entrée de jeu avec une série d’occasions venues des pieds d’Amalfitano et Lucho (4e), mais aussi de la tête de M’Bia (5e). Mais le LOSC s’en sort, grâce à Landreau et grâce à ses poteaux. Les Dogues répondent alors du tac-o-tac et ouvrent la marque. Sur un coup franc astucieusement joué par Hazard, Balmont (9e) décoche un tir puissant à l’entrée de la surface qui ne laisse aucune chance à un Mandanda médusé. 1-0 pour Lille, le match est lancé. L’OM ne tombe pas KO pour autant et Amalfitano (14e), tente à nouveau sa chance, mais sa tentative déviée par un défenseur flirte à quelques centimètres du poteau. Et si les débats se situent ensuite plus au milieu de terrain, un centre de Fanni trouve Rémy (38e) qui, d’une tête plongeante, ne parvient pas à tromper un Landreau vigilant. 1-0 pour Lille à la mi-temps, le champion de France impose sa patte.

À la reprise, l’OM tente de revenir à la marque et Ayew (53e), tente sa chance avec une belle frappe croisée qui ne trouve néanmoins pas le cadre. Oui mais voilà, le champion de France réplique, et cela fait mal. Dans un duel face à Diawara, Hazard (57e) élimine son vis-à-vis sans difficulté et décoche un tir qui se loge dans le petit filet. 2-0, le break est fait pour les Nordistes. Le LOSC se dirige donc tout droit vers la victoire, mais un André Ayew (72e) décidément en forme en deuxième mi-temps parvient à se jouer de la défense adverse et à inscrire un but. Mais Lille veut son trophée et sur le coup d’envoi, Sow (73e) est parfaitement décalé par Obraniak et glisse le ballon sous Mandanda. 3-1, la messe est a priori dite. Mais c’est sans compte sur Morel (85e) qui s’enfonce dans la défense adverse et trompe Landreau. Et dans une fin de partie totalement folle, Rémy (88e) reprend de la tête une merveille de passe de Lucho et égalise. Et l’impensable finit par se produire ! Jordan Ayew obtient un pénalty que son frère André (90e) transforme. 4-3 pour l’OM, plus rien ne peut empêcher le sacre marseillais. Plus rien sauf... Basa (90e+3) qui marque de la tête dans le temps additionnel. Et alors que l’on se dirige vers une séance de tirs au but, Jordan Ayew obtient un nouveau pénalty que son frère André (90e+5) transforme une nouvelle fois. 5-4, l’OM remporte le Trophée des Champions au terme d’un match époustouflant !

L’homme du match : A.Ayew (8) : il symbolise à lui seul ce match mémorable qui restera dans les annales. Une première période fantomatique puis un réveil en seconde mi-temps qui va faire mal aux Lillois. Après avoir raté la mire de peu, il va s’illustrer en remettant l’OM sur de bons rails d’une belle frappe à 20 mètres avant de s’offrir un triplé retentissant en transformant deux penaltys pleins de sang-froid en toute fin de rencontre. Le milieu ghanéen n’a pas tremblé et ses trois buts permettent au club phocéen de conserver son trophée.

Lille :

Landreau (6,5) : sur la lancée de la saison précédente, le gardien de but a réalisé une prestation convaincante. Auteur de nombreux arrêts, le dernier rempart a prouvé qu’il était déjà prêt pour la compétition. L’international tricolore a fait preuve d’une sérénité à toute épreuve. Un match de très haut niveau. Même s’il a encaissé 5 buts, le portier n’a pas démérité loin de là.

Debuchy (6) : l’arrière droit s’est montré exemplaire tout au long de la rencontre. Le joueur a fait preuve d’une combativité de tous les instants. Mieux, il a brillé sur les phases offensives, avec quelques montées ravageuses, dont l’une a été à l’origine du but des Dogues.

Basa (7) : pour sa première apparition sous le maillot lillois, le défenseur central ne pouvait rêver mieux. Auteur d’un but et d’interventions pleines d’à-propos, le nouveau Dogue a sorti les crocs contre les attaquants marseillais. Il s’est également distingué grâce à des relances propres et précises.

Chedjou (4,5) : auteur d’un match solide, le joueur s’est néanmoins montré parfois trop rugueux dans ses interventions. Et finalement, le Lion Indomptable a été exclu, suite à une faute sur Jordan Ayew, qui amène le pénalty de la victoire pour l’OM.

Béria (5) : lui non plus n’a pas brillé outre mesure, mais il a en tout cas fait le métier. Dans l’ombre d’un Debuchy très en vue sur l’autre aile, l’arrière gauche n’a toutefois pas déçu, sans plus.

Balmont (6) : s’il n’a pas fait des buts une spécialité tout au long de sa carrière, le joueur a trouvé le chemin des filets au meilleur moment. Sur un coup franc joué astucieusement, le milieu de terrain a catapulté le cuir dans la cage adverse grâce à un tir puissant à ras de terre. Pour le reste, son activité incessante dans l’entrejeu a fait des ravages. Remplacé par Rodelin (90e+2).

Mavuba (5,5) : comme souvent, Mavuba a été exemplaire. Capitaine modèle, le joueur a rendu une copie propre, réalisant parfaitement ses tâches.

Pedretti (4,5) : pour son premier match avec le maillot de Lille, l’ancien Auxerrois n’a pas vraiment marqué les esprits. Sobre, il s’est contenté de jouer tranquillement, sans en faire des tonnes et en assurant ses passes. A provoqué le pénalty amenant le dernier but marseillais.

Payet (5,5) : lui aussi disputait son premier match sous ses nouvelles couleurs. Et sa première a été plutôt encourageante. Un ton en-dessous de Sow et Hazard, l’ancien Stéphanois s’est tout de même mis en évidence sur quelques fulgurances. Remplacé par Obraniak (68e).

Hazard (7,5) : comme souvent, le feu follet lillois a fait la différence. Sur deux des quatre buts nordistes, le Belge est en effet impliqué. Sur le premier, c’est lui qui tire avec malice un coup franc qui permet de décaler Balmont à l’entrée de la surface. Sur le second, Hazard se retrouve en un-contre-un avec Diawara et l’élimine comme à l’entraînement. Se retrouvant en bonne position, il trouve le chemin des filets sans difficulté aucune. Le meilleur joueur du championnat de France la saison passée a donc justifié comme il se doit son statut. Remplacé par Gueye (81e).

Sow (6) : le joueur a multiplié les appels en profondeur, sans succès dans un premier temps. Mais comme le veut l’adage, tout vient à point à qui sait attendre et le meilleur buteur de la Ligue 1 a fini par trouver le chemin des filets en fin de match.

Marseille :

Mandanda (5) : pas ou peu de ballons touchés par le portier marseillais, mais trois buts encaissés. Une soirée difficile pour le capitaine de l’OM qui n’a eu guère l’opportunité de se mettre en évidence, mais qui pourra tout de même savourer ce nouveau titre.

Fanni (5) : quelques débordements intéressants, dont un superbe centre pour la tête de Rémy (37e). Malgré tout, le latéral droit marseillais n’a pas su tenir la distance et a livré un match très moyen.

Diawara (4) : dans la chaleur de Tanger, Diawara a connu les pires difficultés devant la vivacité des attaquants lillois. Complètement dépassé sur le dribble décisif d’Hazard qui a amené le deuxième but du LOSC, le roc sénégalais a mis en évidence d’inquiétants signes de fébrilité. Une bien mauvaise nouvelle pour Didier Deschamps pour la suite de la saison.

M’Bia (5) : il l’avait promis, cette saison va lui permettre de briller offensivement. Après une belle tête sur corner smatché par Landreau en début de match, le défenseur camerounais va malheureusement pour lui se contenter de colmater les brèches dans la défense phocéenne. Ce qu’il va réussir à faire par intermittence grâce à sa vivacité et à son impact physique. Trop insuffisant pour tenir la baraque.

Morel (6) : positionné de manière très offensive en début de match, Morel va multiplier les offensives sur son flanc gauche avant de reculer au fil de la rencontre devant les percées incessantes de Debuchy. Mais un éclair de sa part va permettre à l’OM de revenir dans le coup après une superbe frappe déclenchée à 20 mètres.

Diarra (5) : la nouvelle sentinelle de l’OM a livré un match discret bien loin de son meilleur niveau. De nombreuses passes ratées et peu d’impact au milieu de terrain. Du mieux en fin de rencontre.

Be.Cheyrou (4) : bien moins à son aise que d’habitude, Cheyrou est apparu asphyxié par le milieu de terrain du LOSC. En dedans sur ses coups de pied arrêtés, le Marseillais n’a guère pu se mettre en valeur et a livré au final une copie terne. Remplacé par un Charles Kaboré très convaincant (64e).

Lucho Gonzalez (6) : un match sur courant alternatif pour Lucho Gonzalez. Une entame de match parfaite et une belle présence offensive symbolisée par une belle reprise repoussée par Landreau puis un passage à vide de près d’une heure avant de finir le match en boulet de canon avec deux passes décisives au compteur. Voilà une performance qui pourrait remettre en question l’avenir de l’Argentin sur la Canebière.

Amalfitano (5) : un début de match réussi de la part de l’ancien Lorientais avec notamment une reprise de demi-volée superbe à l’entrée de la surface (4e) avant d’assener une frappe au ras du poteau de Landreau (14e). Plus vraiment habitué à évoluer sur le côté droit, Amalfitano a semblé perdu sur le terrain. Remplacé par Jordan Ayew (64e), auteur d’une entrée convaincante et décisive. Si l’OM a gagné, il peut remercier la prestation de son jeune attaquant.

A.Ayew (8) : voir ci-dessus.

Rémy (7,5) : un match plein de la part de l’attaquant aligné en pointe par Didier Deschamps. Une belle présence offensive, beaucoup d’abnégation, au final Loïc Rémy aura pesé de tout son poids sur la rencontre. S’il va se créer une belle occasion sur une tête plongeante suite à un beau centre de Fanni, l’ancien Niçois va se voir récompenser de sa belle prestation suite à une passe parfaite de Lucho et une tête idéalement placée hors de portée du gardien lillois. De bon augure pour la suite de la saison.