Les réponses de Franck Kita sur les dossiers chauds du FC Nantes

Après une saison 2020/2021 cauchemardesque, les Canaris espèrent vivre de meilleurs jours. Mais avant d'entamer le nouvel exercice, le directeur général délégué du club est revenu sur l'actualité brûlante du FCN.

Franck Kita, le DG délégué du FC Nantes
Franck Kita, le DG délégué du FC Nantes ©Maxppp

Le FC Nantes a remis le bleu de chauffe ! De retour à l’entraînement après une saison 2020/2021 cauchemardesque, les Canaris veulent repartir du bon pied. Mais comment oublier le précédent exercice marqué par une relégation en Ligue 2 évitée de justesse (victoire face à Toulouse en barrages), une succession d’entraîneurs et le « FC Kita » conspué par les supporters nantais ? Ce jeudi, le FCN a donné le coup d’envoi de la nouvelle saison en organisant une conférence de presse de Franck Kita, fils de Waldemar et directeur général délégué du club des bords de l’Erdre. A cette occasion, l’homme d’affaires de 39 ans a annoncé que le budget du FCN était passé de 75 M€ à 65 M€. Quant aux pertes, la crise des droits TV et de la covid-19 a fait grimper le montant à 40 M€.

La suite après cette publicité

La suite ? Kita a commencé par faire l’éloge d’Antoine Kombouaré, le coach qui a permis aux Canaris de remporter cinq de leurs sept derniers matches de la saison, toutes compétitions confondues. Kita a même avoué qu’il regrettait de ne pas avoir engagé le Kanak plus tôt, notamment avant un certain Raymond Domenech dont l’aventure nantaise n’a duré que quelques jours. « Si Antoine était arrivé plus tôt... Après avec des si on mettrait Paris en bouteille. Antoine aurait dû arriver plus tôt », a-t-il déclaré dans des propos relayés par Ouest France. Ensuite, le dirigeant n’a pas esquivé les questions plus dérangeantes sur les problèmes internes au FCN.

Kita défend Bayat

À commencer par les relations avec l’agent belge Mogi Bayat. Un représentant pointé du doigt par les supporters et critiqué pour faire sa loi dans le mercato nantais. « Tous les clubs ont un réseau d'agents préférentiel. Lui est un excellent agent, très présent sur le marché. C'est un des plus gros agents. Sur les six derniers transferts, les quatre de la saison dernière et les deux de cette année, aucun n'a Mogi Bayat pour agent. (…) Vous parlez tellement de lui. (…) Je pense que vous donnez un impact trop important à Mogi Bayat. Le président et le coach ont assez de caractère pour ne pas se faire dicter les choses par quelqu'un. » Une mise au point que chacun appréciera à sa manière.

Autre sujet brûlant : la vente du club. La fronde des supporters s'est énormément faite entendre la saison dernière. Les manifestations contre l’actuelle direction se sont multipliées et on a même eu droit à « l’enterrement du FC Kita » (un cercueil portant le nom des propriétaires du club a été enterré aux abords de la Beaujoire). Des scènes peu communes illustrant le rejet total de la famille Kita par les amoureux du FCN. Mais alors qu’un collectif nantais emmené par des entrepreneurs locaux et Mickaël Landreau s’active pour essayer de reprendre le club, Franck Kita a une nouvelle fois martelé que Nantes n’était pas à vendre. « C’est notre 15e saison, on m'a posé plusieurs fois par an la question de la vente. Il ne se passe jamais rien. Tous les mouvements, je ne regarde rien. On n'est pas vendeur. J'adore ça. Ça me rendrait terriblement triste de partir. J'adore ce club, profondément. (…) Le président l'adore aussi. On est passionné. (…) Le club n'est pas à vendre. Certains clubs mandatent des banques d'affaires pour vendre le club, ce n'est pas le cas. »

Des départs, Augustin envoyé en N2

Enfin, Franck Kita a évoqué le mercato. De manière succincte dans un premier temps, pour annoncer une vague de départs. « Il y a des joueurs sur le départ, on a eu une discussion avec eux. Autant avoir une discussion claire avec eux. Ce n'est pas pour autant que ce sont des mauvais joueurs, mais ce sont des choix, des communs accords. C'est une soupe interne. Il y aura des arrivées et des départs, mais on ne va pas s'étendre sur des chiffres. » Avant ensuite de se montrer un peu plus bavard sur le dossier Kolo Muani (22 ans), un joueur (sous contrat jusqu’en 2022) pour lequel nous vous révélions les intérêts de Southampton, Fribourg et de Watford, mais qui plaît aussi en France (Lille et l’Olympique Lyonnais).

« C’est un très bon joueur. On ne souhaite pas le vendre, on fait tout pour qu'il reste. Mais c'est le football, le mercato, tout est possible. On n'est pas vendeur, on veut qu'il reste. Il a le sourire. Ça fait longtemps qu'on négocie pour qu'il prolonge. » Quant à Jean-Kevin Augustin (24 ans), l’ancien attaquant du PSG et du RB Leipzig n’a toujours pas retrouvé son niveau. Jugé hors de forme par Gourcuff, Domenech et Kombouaré, le buteur sous contrat jusqu’en 2022 restera avec la réserve. « Il va reprendre en N2, pour se remettre bien. Il reviendra quand il est prêt. Il a fait des soins pour cette reprise. Je n'ai pas de doute pour qu'il revienne rapidement sur les terrains. » Affaire à suivre.

Plus d'infos

Commentaires