L'été mouvementé de Montpellier

Entre fin de cycle, départs probables et changement d’entraîneur, l’intersaison de Montpellier est décisive pour la construction du projet Dall’Oglio.

Florent Mollet et les Héraultais en Coupe de France
Florent Mollet et les Héraultais en Coupe de France ©Maxppp

Comment décrire la saison 2020/2021 du Montpellier Hérault ? Les avis sont partagés entre la déception et l’optimisme. Déception car le MHSC a manqué de réalisme et de solidité défensive sur certaines rencontres qui l’écartent progressivement de la course aux places européennes aux dépens de Rennes et Marseille. Néanmoins, il y a des lueurs d’espoir et d’optimisme, grâce à de bons résultats face aux équipes de haut de tableau. On le rappelle, en plus d’avoir tenu en échec l’AS Monaco et le LOSC dans leurs stades respectifs, les hommes de Michel Der Zakarian est la seule équipe de Ligue 1 à avoir battu l’Olympique Lyonnais à l’aller et au retour cette saison (2-1 à la Mosson, puis 1-2 au Groupama Stadium). On peut y ajouter l’épopée en Coupe de France, qui s’est terminée sur une élimination aux tirs au but face au Paris Saint-Germain (2-2, 6-5 aux t.a.b.), futur vainqueur de la compétition.

La suite après cette publicité

Der Zakarian out, Dall’Oglio in

Cet été a signifié la fin de l’ère Michel Der Zakarian. Durant quatre années, l’entraîneur franco-arménien a réussi à construire un effectif cohérent saison après saison, capable d’incorporer de nouvelles recrues tout en gardant son esprit collectif. Pour consolider cette mentalité de guerrier, MDZ a su s’appuyer sur des joueurs sur la même longueur d’onde, comme Andy Delort ou Gaëtan Laborde, qui ont passé un cap considérable dans leur carrière sous ses ordres. Pour le remplacer, Olivier Dall’Oglio a quitté le Stade Brestois pour rejoindre la Mosson. Le tacticien de 57 ans a signé un contrat de trois ans, attiré par le projet pailladin : «J’ai ressenti tout de suite qu’il y avait une envie que je vienne au club. Une envie forte de Laurent quand on s’est eu au téléphone. Ça a été assez rapide pour moi pour décider. Je reviens un peu dans ma région, mais la motivation première c'est le projet», a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de pré-saison.

Le meilleur entraîneur de Ligue 1 en 2018 a pour ambition de développer la formation montpelliéraine, une volonté démontrée après le match amical face au FC Sète (défaite 4-2) : «On m’a dit qu’on allait travailler avec des jeunes joueurs. On est dans une période délicate, c’est peut être le bon moment pour valoriser le centre de formation. La priorité des priorités, c’était le projet, plus le contact au niveau humain. [...] Ils ont touché du doigt le haut niveau. Ce qui va m’intéresser, c’est de les voir passer ce cap de l’intensité». Qui dit nouvel entraîneur, dit refonte de l’effectif. Montpellier pourrait bien faire peau neuve : tout d’abord, une vague importante de départs. Le doyen de la Ligue 1 Vitorino Hilton a officiellement mis un terme à sa carrière au début du mois, mais certains médias locaux parlent d’un retour de cette retraite pour s’engager avec le FC Sète. Daniel Congré s’est engagé en Ligue 2, à Dijon pour deux années plus une en option. En conflit avec le board en début de saison, Damien Le Tallec a quitté la Mosson pour l’AEK Athènes. Plusieurs joueurs de banc et formés au club n’ont pas prolongé, comme Keagan Dolly, Samy Benchama ou encore Yanis Ammour, dans le groupe de l’équipe UNFP.

Un mercato nécessaire

Si le passage devant la DNCG s’est passé sans encombre, le MHSC n’a pas réussi à se sortir de ses pépins financiers et devra vendre pour tenter de remodeler son effectif. Pourtant, Montpellier a débuté son mercato très tôt, précisément le 28 mai dernier, avec la signature du milieu de terrain libre Léo Leroy (21 ans) pour 4 ans, en provenance de Châteauroux. Un milieu solide (1,87m) qui répète les efforts offensifs comme défensifs, un profil idéal dans l’esprit de l’équipe. Certes, il ne vient pas pour une place de titulaire, mais promet de tout donner «pour gagner du temps de jeu petit à petit et prendre, pourquoi pas, une place importante dans le groupe», comme il l’avait annoncé à sa présentation. Autre arrivée, cette fois-ci en défense centrale : le Brésilien de Flamengo Matheus Thuler. Un défenseur central assez rapide, avec un sens de l’anticipation et de la lecture de jeu qui lui ont permis de se révéler comme l’un des meilleurs jeunes défenseurs du championnat brésilien. Son aisance technique balle au pied lui permet aussi de dépanner au poste de latéral droit. Mais l’ancien international U20 n’a plus joué depuis novembre 2020 et devra réaliser deux fois plus d’efforts lors de la préparation pour revenir à son pic de forme.

Plusieurs arrivées sont prévues, mais les départs peuvent clairement fragiliser l’ossature montpelliéraine. Car l’une des incertitudes se trouve parmi les cadres de l’équipe, et pas des moindres : Gaëtan Laborde. Meilleur buteur du club la saison dernière avec 16 buts et 8 passes décisives toutes compétitions confondues, l’ex-Bordelais réalise le meilleur exercice de sa carrière, ce qui n’est pas passé inaperçu lors du mercato hivernal. Plusieurs clubs de Premier League et de Bundesliga auraient formulé des offres avoisinant les 15 millions d’euros, toutes refusées par la direction. Mais selon France Bleu Hérault, le Zénit Saint-Pétersbourg et Villarreal ne sont pas insensibles à l’attaquant de 27 ans, mais le sous-marin jaune s'est finalement rabattu sur le buteur rémois Boulaye Dia. Florent Mollet serait concerné par un départ cet été : son association au milieu de terrain avec Téji Savanier n’a pas été une réussite totale tactiquement parlant. Laurent Nicollin devrait proposer son ancien Messin sur le marché dans les prochains jours.

Il reste donc un peu moins d’un mois pour les Héraultais pour pallier ses départs : pour son arrière-garde, les discussions sont bien entamées avec l’entourage de Mamadou Sakho, intéressé par le projet et approché pour apporter son expérience aux jeunes défenseurs, comme Nicolas Cozza et Maxime Estève. On parle d'un contrat de trois ans plus une en option selon les dernières informations. Champion de France avec le MHSC en 2012, Benjamin Stambouli pourrait lui aussi faire son retour sous les couleurs orange et bleu pour remplacer numériquement de Damien Le Tallec, comme un milieu défensif pouvant également dépanner en charnière centrale. Le chantier ne se trouve pas qu’en défense : si départ de Laborde il y a, Dall’Oglio penserait à l’Angevin Stéphane Bahoken pour le remplacer. L'attaquant camerounais est lié au SCO d'Angers jusqu'en 2022, ce qui pousserait la direction scoïste à le vendre dès cet été. Mais pour le moment, aucune cible sérieuse à l’horizon. Bruno Carotti et sa cellule de recrutement devront cravacher d’arrache-pied pour renforcer l’effectif avant le premier match de la saison en Ligue 1, ce sera le 8 août face à l’Olympique de Marseille.

Plus d'infos

Commentaires