Jérémy Doku tire le premier bilan de sa saison au Stade Rennais

Arrivé lors du dernier mercato estival pour 26 M€, Jérémy Doku a vécu une première saison mouvementée au Stade Rennais. Depuis le stage de préparation de la Belgique pour l'Euro 2020, l'attaquant raconte.

La joie de Jérémy Doku après son but à Angers
La joie de Jérémy Doku après son but à Angers ©Maxppp
La suite après cette publicité

Plus gros transfert de l'histoire du club. Voilà le statut que Jérémy Doku (19 ans) a eu à porter cette saison au Stade Rennais. Tout n'a d'ailleurs pas toujours été rose, son manque d'efficacité à ses débuts ayant notamment donné lieu à de nombreuses critiques. Sa fin d'exercice a balayé tous les doutes et convaincu le sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez de l'emmener avec lui à l'Euro.

C'est d'ailleurs depuis le stage de préparation des Diables Rouges que l'attaquant a dressé un premier bilan de son aventure bretonne (2 buts et 3 passes décisives en 30 matches en Ligue 1, 6 apparitions en Ligue des Champions). «Je me sens bien. J’ai pu monter à beaucoup de gens de quoi je suis capable cette année. À Rennes, il m’a fallu du temps pour m’adapter, c’était mon premier transfert. Après ça s’est bien passé, j’ai joué beaucoup de matches et on a bien fini la saison en terminant 6e», a-t-il reconnu en conférence de presse avant de poursuivre. «Si tu regardes les statistiques, ça peut paraître peu ces 2 buts et 3 assists mais quand on regarde le match, on sait que ce n’est pas que ça qui compte. C’est aussi ce que tu apportes à l’équipe».

«Je suis définitivement devenu plus fort en France»

«Techniquement, j'ai toujours été bon. C'était mon jeu de position sur lequel je devais travailler. Je suis définitivement devenu plus fort en France», a-t-il expliqué, ravi de sa progression en Ligue 1. Percutant, l'ancien pensionnaire d'Anderlecht a martyrisé de nombreux défenseurs en fin de championnat. À son corps défendant. «Les nombreuses fautes que l'on fait sur moi ? Cela signifie que vous êtes bon et qu'on a du mal à vous arrêter. Cela donne un coup de pouce. Je sais que je suis un bon dribbleur. C'est bien que les chiffres le montrent maintenant aussi, mais cela ne change pas ma façon de jouer», a-t-il glissé, globalement satisfait.

«En L1, vous jouez contre des joueurs et des équipes plus grands. Quand vous voyez que vous pouvez gérer ce niveau, vous êtes également plus confiant lorsque vous arrivez en équipe nationale», a-t-il lancé, prêt à montrer ses progrès en sélection durant l'Euro. «L'âge n'est pas important dans le football, c'est ce que vous montrez sur le terrain qui compte. (...) Mais je ne suis pas venu ici pour rester à l'écart et attendre. Je veux montrer ce que je vaux. (...) Avec la Belgique, nous avons une équipe formidable pour faire quelque chose de grand, mais nous le ferons. Je vais essayer de montrer ce que je vaux avec les minutes de jeu que l'on me donnera», a-t-il conclu, heureux de pouvoir profiter des conseils de Thierry Henry, de retour dans le staff, pour s'améliorer à la finition. Sacrée confiance en lui.

Plus d'infos

Commentaires