Bayern Munich : le gros coup de pression de Karl-Heinz Rummenigge

Face aux tensions en interne, le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge a tapé du poing sur la table quelques heures après la défaite face au Paris SG (2-3, quart de finale aller de Ligue des Champions).

Karl-Heinz Rummenigge, le patron du Bayern Munich
Karl-Heinz Rummenigge, le patron du Bayern Munich ©Maxppp
La suite après cette publicité

La maison Bayern Munich tangue. Surpris par le Paris SG à domicile en quart de finale aller de Ligue des Champions (2-3), le club bavarois compte ses blessés, et non des moindres (Robert Lewandowski, Leon Goretzka et Nicklas Süle, tandis que Serge Gnabry est positif à la Covid-19), et doit faire face à des tensions en interne.

Entre Hans-Dieter Flick, le coach munichois, et Hasan Salihamidzic, le directeur sportif du FCB, les relations sont très fraîches, le premier reprochant au second bon nombre de ses décisions sur le marché des transferts, la dernière en date étant le départ annoncé de Jérôme Boateng (32 ans) libre à la fin de la saison. Mécontent, le technicien, courtisé par la fédération allemande pour reprendre le flambeau après l'Euro et le départ de Joachim Löw, laisse planer le doute sur son avenir au club.

Rummenigge hausse le ton

Ce vendredi, dans les colonnes de Bild, le patron Karl-Heinz Rummenigge a tenu à siffler la fin de la récréation chez les champions d'Europe en titre. «Ce débat doit prendre fin ! Il est superflu que nous devions constamment commenter ce sujet, d'autant plus que nous sommes dans le dernier quart de la saison, nous sommes premiers de la Bundesliga avec sept points et nous avons encore une chance d'avancer en Ligue des Champions malgré notre défaite 2-3 contre Paris», a-t-il fait savoir avant de poursuivre.

«Nous avons besoin de calme et de concentration sur l'essentiel. Nous devons tous nous unir, nous devons travailler ensemble de manière harmonieuse, loyale et professionnelle. Telle est mon exigence claire pour le leadership sportif. Cela a toujours distingué le FC Bayern», a-t-il conclu. Le message est passé. Ce coup de pression sera-t-il suffisant pour remobiliser les troupes ? Réponse dans les prochaines heures.

Plus d'infos

Commentaires