Liga : et c'est encore la crise à Valence !

Une fois n'est pas coutume, Valence est englué dans une crise institutionnelle et sportive conséquente. Focus sur ce qui se passe en interne chez le huitième de Liga.

Rodrigo Moreno face à Levante
Rodrigo Moreno face à Levante ©Maxppp

Décidément, cet article pourrait être écrit une fois et republié tous les ans, tant Valence est plongé dans une instabilité énorme et récurrente. S'il y a eu un break pendant le règne Marcelino, épaulé par le directeur sportif Mateu Alemany et le DG Pablo Longoria, où l'équipe a réussi à terminer à deux reprises à la quatrième place en Liga et a remporté une Coupe du Roi, le club de la cote méditerranéenne est retombé dans ses travers. En tout début de saison, l'entraîneur espagnol a cependant été démis de ses fonctions à cause de ses mauvaises relations avec le clan Peter Lim, propriétaire du club. Pour comprendre l'ampleur du problème : la direction était mécontente de son coach parce qu'il avait joué la Coupe du Roi à fond !

La suite après cette publicité

Alemany et Longoria ont également fait leurs valises en solidarité avec Marcelino, et c'est l'inexpérimenté Albert Celades qui a pris les commandes de l'équipe. Et sans surprise, ça ne va pas fort. Si les Ches étaient parvenus à surfer sur l'héritage Marcelino pendant quelques mois, tout s'est vite compliqué, notamment après cette trêve liée au coronavirus. En plus de résultats sportifs compliqués - 1 victoire, 1 nul et 3 défaites - qui permettent tout de même aux pensionnaires de Mestalla de rester en course pour l'Europe au vu des mauvais résultats des concurrents, ça commence à chauffer en coulisses. L'affaire Diakhaby est ainsi mal passée dans le vestiaire. Après l'erreur du Français face à Levante, offrant un penalty aux Granotas à la 90e+5 qui a privé son équipe de deux points, Celades s'était montré très virulent à son égard en conférence de presse. Des propos qui sont très mal passés dans le vestiaire, notamment auprès du clan des Français, où on retrouve Geo Kondogbia, Francis Coquelin ou Kevin Gameiro.

Jorge Mendes va reprendre le pouvoir

Ce n'est pas tout, puisque l'entraîneur aurait été à deux doigts d'en venir aux mains avec Maxi Gomez, l'attaquant uruguayen. Pas content de son remplacement face à Osasuna, l'ancien du Celta n'avait pas hésité à le faire savoir. Le lendemain, il s'est excusé auprès de son coach... qui a cependant décidé de l'écarter de l'équipe. Les esprits se sont chauffés, et plus tard, César Sanchez, le directeur sportif et ancien gardien arrivé en début de saison, et les capitaines de l'équipe ont dû intervenir pour convaincre l'entraîneur de ne pas mettre le buteur au placard. Par la suite, Albert Celades posera sa démission. Refusée dans un premier temps... avant que les dirigeants ne décident de le licencier lundi dernier. César Sanchez a lui aussi quitté ses fonctions.

Un champ de ruines en interne donc, et ce n'est pas terminé puisqu'Anil Murthy, le président, pourrait aussi être viré par le clan Lim et être remplacé par un autre proche du richissime homme d'affaires singapourien. Dans le même temps, on apprend dans les médias locaux que Jorge Mendes, présent dans l'entourage depuis le rachat par Peter Lim, devrait prendre encore plus de pouvoir dans les décisions mercato cet été. Avec une qualification en Ligue des Champions qui semble désormais impossible et plusieurs dossiers chauds à gérer, comme le cas Ferran Torres dont le contrat expire en 2021, les supporters de Valence peuvent trembler...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires