OM : les dessous du départ surprise de Jorge Sampaoli

Le départ de Jorge Sampaoli peut apparaître comme surprenant, en surface du moins, car les tensions et les différences de point de vue avec Pablo Longoria étaient devenues irrémédiables.

Jorge Sampaoli et Pablo Longoria pénètrent sur la pelouse de l'Orange-Vélodrome
Jorge Sampaoli et Pablo Longoria pénètrent sur la pelouse de l'Orange-Vélodrome ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il y avait probablement peu de monde dans le secret des dieux. Si le départ hier de Jorge Sampaoli a surpris la plupart des supporters et des observateurs, certaines personnes à l'OM, à commencer par Pablo Longoria, savaient que la situation avec l'Argentin était tendue. Malgré une reprise de l'entraînement deux jours plus tôt, pas mal de choses ne plaisaient pas au désormais ex-entraîneur olympien, comme l'explique L'Equipe dans son édition du jour.

Déjà, Sampaoli a un tempérament volcanique et il n'est pas du genre à se laisser dicter par quelques règles internes. En mai, lors de la dernière conférence de presse déjà, il avait laissé planer le doute quant à sa présence à la Commanderie au retour des vacances. Rassuré une première fois par son président, il a cette fois pris la décision de partir. Les tensions avec Longoria sont quelques-unes des raisons. Elles sont liées à plusieurs choses, dont le mercato bien sûr.

La tension était palpable entre Longoria et Sampaoli

Les arrivées de Samuel Gigot et d'Isaak Touré ne font pas tout. El Pelado souhaitait avoir la majeure partie de son nouvel effectif à la mi-juillet, là où son président est plutôt dans une stratégie d'attente, de sauter sur les bons coups. Avec la Ligue des Champions qui se profile, le technicien avait également fait des demandes absolument inabordables pour l'OM. L'Equipe assure qu'il a réclamé Antoine Griezmann ou encore Renato Sanches.

Longoria comprend alors que la fracture est grande et l'idée d'un changement de coach fait son chemin. Auparavant, il y avait déjà eu des désaccords entre les deux hommes sur la gestion de certains joueurs comme Arkadiusz Milik et Steve Mandanda. Le président n'a jamais compris le manque de temps de jeu du Polonais, l'obligeant souvent à arrondir les angles. Pour Mandanda, Longoria a évoqué un manque de respect. Le départ de Sampaoli le soulage déjà de ces deux dossiers chauds qui vont sans doute connaître un revirement de situation cet été.

Plus d'infos

Commentaires