L'ambitieux Rayan Cherki annonce la couleur pour la fin de saison

Invité à s'exprimer face à la presse, le jeune milieu offensif de l'OL a impressionné par son aisance et son ambition. Rayan Cherki compte bien bousculer les certitudes de Rudi Garcia et jouer un rôle en fin de saison.

Rayan Cherki a inscrit ses deuxième et troisième but en Coupe de France cette saison.
Rayan Cherki a inscrit ses deuxième et troisième but en Coupe de France cette saison. ©Maxppp
La suite après cette publicité

Unanimes. Les journalistes présents dans la salle de presse du Groupama OL Training Center ont tous été conquis par l'échange qu'ils venaient d'avoir, quinze minutes durant, avec le milieu offensif de 17 ans. Talent en phase de polissage, Rayan Cherki a tout du grand Espoir, mais doit encore patienter dans l'ombre des tauliers de l'attaque lyonnaise cette saison. «Bien sûr c'est encore une saison d'apprentissage, j'ai besoin d'apprendre avec mes coéquipiers, aujourd’hui je me sens de mieux en mieux sur un côté, c'est ça qui fait que je vais gratter du temps de jeu. On veut jouer tous les matches, 90 minutes, mais le football ce n'est pas comme ça. Il faut gratter petit à petit». Simple mais assuré, sûr de sa force sans être arrogant, le gamin semble rompu à l'exercice.

Pas fou, le natif de Lyon sait qu'il est doté d'un peu de talent. Sans ça, il ne serait pas où il en est. Mais il est un facteur qu'il place au-dessus de ce don. Le travail. «Je pense qu'on ne va pas se mentir, je sais que j’ai un peu de talent, mais si je veux devenir un grand il faut que je bosse plus que tout le monde. Le talent c'est une chose, mais le travail c'est plus important. C'est ancré en moi depuis petit. J'aime travailler, faire plus que les autres, ce n'est pas nouveau.» De ceux qui ne connaissent pas la médiocrité, Rayan Cherki s'inspire uniquement des meilleurs. Qu'il souhaite bien entendu dépasser. «Je m'inspire des plus grands. Pas que dans le foot mais dans le sport en général. Eux ils ont le petit truc qui a fait qu'ils ont marqué l'histoire du sport. J'aimerais faire mieux qu'eux.»

Rayan Cherki veut prouver à Rudi Garcia qu'il a eu tort

Toujours à la limite de la provoc, le jeune Lyonnais n'attend qu'une chose : prouver à Rudi Garcia qu'il aurait dû lui donner sa chance plus tôt. Auteur de 19 apparitions en Ligue 1 cette saison, dont 3 comme titulaire, le Lyonnais a le temps. Mais on sent qu'il bouillonne.« Sincèrement c'est ça le plus compliqué, de me dire que je peux jouer... alors que des fois peut-être que je me trompe. Etre patient, c'est une des grandes qualités des grands joueurs. Attendre d'être prêt. J'étais quelqu'un d’impatient, je voulais jouer tous les matches, même fatigué. J'ai appris à gérer ça pendant ma formation. C'est une de mes forces.»

Réfléchi, il croit en l'importance de la tête autant que les jambes. «Notre corps, nos jambes, nos pieds, même la tête est un outil de travail très important. On l'utilise tous les jours, si on ne s'en préoccupe pas, on va vite être usés». Et se remet constamment en question. «Quand je ne joue pas, je ne rentre pas, j'essaie de me poser les bonnes questions. Ça fait la différence.» Jusqu'au jour où, il espère donner tort à son coach. «J'ai besoin de temps de jeu pour prouver au coach que j'ai ma place, s'il me fait confiance tant mieux et si ce n'est pas le cas, quand il me fera confiance je lui prouverai qu'il aurait dû me faire confiance avant.»

«Parler football, manger football, dormir football c'est ce qui fait que j'ai le truc en plus»

A chaque match, les supporters lyonnais scrutent avec attention les chevauchées de leur poulain. Un engouement autour de sa personne né sur les réseaux sociaux et dont il semble éloigné. «Je me prends pas trop la tête avec ça, je vais très peu sur les réseaux, je vis ça bien, je sais où je suis, je sais où je veux aller.» Et lorsqu'on lui demande où il veut aller, justement. Sa réponse reste enfouie au fond de lui. «Ah, ça je ne peux pas vous le dire.» En attendant, le gamin de la ville veut savourer avec l'OL. «C'est exceptionnel, c'est un rêve, formé à Lyon, né à Lyon, puis vivre ça. Beaucoup aimeraient être à ma place.» Et pourquoi pas jouer un rôle dans la conquête du titre ?

«Je ne me dis pas ça. Mais quand le coach va réellement me donner ma chance, ce sera à moi de lui montrer que je peux apporter quelque chose en plus en fin de saison. Il me fait (déjà) confiance, mais je vais gratter ce qu'il y a à gratter et quand il me fera encore plus confiance, quand j'aurai plus de temps de jeu, je pourrai dire qu'il me fait totalement confiance. Le titre, on y pense tous, mais comme je le dis, on prend match après match. Chaque match est une finale, on fera les comptes à la fin de saison.» Véritable passionné - parler, manger, dormir football c'est ce qui fait que j'ai le truc en plus - Rayan Cherki a la vie devant lui. Mais il n'est jamais trop tôt pour marquer l'histoire.

Plus d'infos

Commentaires