Faut-il avoir peur pour le RC Lens ?

En dépit d'un début de championnat correct, Lens ne semble pas armé pour pouvoir affronter cette nouvelle saison en Ligue 1. Le président Gervais Martel a promis ce matin que les choses allaient rentrer dans l'ordre dans les prochains jours (ou prochaines semaines)...

Gervais Martel, le président du RC Lens.
Gervais Martel, le président du RC Lens. ©Maxppp

Ce n’est qu’une question de temps. Cette phrase est connue de tous les supporters de Lens depuis le début du mois de juin, ces mots reviennent inlassablement dans la bouche du président Martel. S’ils donnaient un certain espoir aux supporters et aux amoureux du club, il ne semblent plus avoir la même résonance dans l’esprit des fans Sang et Or. Car du temps, le RC Lens n’en dispose plus. Si l’équipe a réalisé un début d’exercice correct et a montré une certaine détermination à surmonter les soucis extra-sportifs, les joueurs commencent à trouver le temps long. C’est le cas d’Ahmed Kantari, titulaire en défense centrale en l’absence d’Alaeddine Yahia, qui déclarait ce matin dans les colonnes de L’Équipe que cette situation était « éprouvante » avant de confier espérer « pouvoir recruter le plus vite possible. »

La suite après cette publicité

C’est certain, et d'ailleurs tout le monde s'accorde à le dire, fans, joueurs, dirigeants, observateurs, Antoine Kombouaré ne dispose pas d’une profondeur de banc suffisante pour pouvoir faire face à une saison de Ligue 1, surtout lorsque suspension et blessures s’en mêlent. C'est d'ailleurs une équipe lensoise décimée qui se rendra à Rennes le 4 octobre prochain. Privé de son capitaine, Lemoigne (milieu de terrain) et de Kantari (pour trois matches, ndlr), le technicien Kanak va devoir expérimenter et pourrait bien composer une charnière inédite Gbamin - Ba, deux jeunes joueurs formés au sein de la Gaillette. Seul le second est habitué à évoluer à ce poste auquel il a été formé, mais s'il est un grand espoir du club, il n'a jamais évolué chez les pros...

Martel promet une issue dans les prochains jours

Plus le temps passe, plus le temps presse. Dans une interview parue sur le site spécialisé Lensois.com, Gervais Martel joue la montre et promet, une nouvelle fois, que la situation s'arrangera dans les jours et semaines qui viennent : «pour moi, il s’agit d’une affaire de jours ou de semaines, car les matches vont arriver et personne n’ignore que nous ne sommes pas à l’abri de la suspension de Jérôme Le Moigne, d’Ahmed Kantari, des blessures… Donc ça urge ! Mais dans l’état d’esprit, nous sommes là.» Le président lensois dispose d'un petit mois pour régler la situation du club. Récemment, les choses ont quelque peu évolué puisque le club a enregistré l'arrivée d'un chèque de 1,5M€, toujours insuffisant pour lever l'interdiction de recrutement (les Artésiens doivent trouver 4M€, au total, pour obtenir le feu vert de la DNCG, ndlr).

Ce n'est plus l'heure de jouer la montre, d'ailleurs Lens pourrait s'affaiblir en perdant un élément de plus dans les prochains jours. Yahia, de retour de blessure, n'a plus de contrat avec le club et peut donc s'engager où bon lui semble. Si le joueur tunisien n'a jamais caché son profond dévouement pour le club, il ne peut pas se satisfaire, et c'est compréhensible, de sa situation actuelle, son nouveau contrat d'un an n'ayant pas été validé par la DNCG. Et ce n'est pas pour déplaire à Caen, qui souhaiterait s'attacher les services de l’international tunisien. Si elle n'est pas encore critique, la situation du club artésien pourrait s'empirer. Il semble donc urgent de trouver une solution viable le plus rapidement possible, au risque d'assister à une nouvelle chute qui briserait le cœur de milliers de supporters du club, à qui on promettait un renouveau au club à l'arrivée de l'investisseur azéri, à savoir Hafiz Mammadov...

Plus d'infos

Commentaires