Coupe du monde 2022 : ce qu'il faut savoir du Canada

Par Aurélien Macedo
7 min.
Coupe du monde 2022 : ce qu'il faut savoir du Canada @Maxppp

De retour en Coupe du monde 36 ans après sa seule et précédente participation, le Canada arrive ambitieux avec l'émergence d'une génération dorée. Placés dans un groupe relevé, les Canucks tenteront de faire sensation à moins de quatre ans d'une Coupe du monde 2026 qui se déroulera sur leurs terres (ainsi qu'au Mexique et aux Etats-Unis).

Le parcours de qualification et le groupe :

La suite après cette publicité

Seulement qualifié lors de l'édition 1986 pour une Coupe du monde, le Canada a su enfin retrouver cette compétition 36 ans après grâce à une génération émergente. Vainqueur du groupe B assez finalement lors du premier tour (devant le Suriname, les Bermudes, Aruba et les Îles Caïmans), le pays à la feuille d'érable a su se défaire de Haïti (1-0 et 3-0) en barrages afin de faire partie des 8 équipes du tour final (avec le Mexique, les États-Unis, le Costa Rica, le Panama, la Jamaïque, le Salvador et Honduras). Longtemps invaincus et s'offrant le Mexique (2-1) et les États-Unis (2-0), les Canucks ont levé le pied lors des derniers matches, mais ont terminé à la première place avec 28 points sur 42 possibles (8 victoires, 4 nuls et 2 défaites). Un bilan flatteur à quatre ans d'un Mondial qui se disputera sur les terres canadiennes. Au Qatar pour apprendre en vue de cette échéance, le Canada ne manquera pas d'ambition dans un groupe séduisant. Débutant face à la Belgique (23 novembre), le Canada défiera aussi la Croatie (27 novembre) et terminera sa phase de poules contre le Maroc (1er décembre).

Les qualités et faiblesses

«Nous avons Alphonso Davies, qui a remporté la finale de la Ligue des Champions. Nous avons des joueurs qui jouent dans toute l'Europe. Nous avons des jeunes talentueux qui traversent le système de nos académies. Et nous venons de nous qualifier pour la Coupe du monde ! Le Canada est un pays de football. J’ai dit aux gars que nous devions nous qualifier en 2022 pour jeter les bases de 2026. Avec les investissements qui viennent avec une Coupe du monde, nous avions besoin de nous qualifier afin d’être réellement compétitifs lors de notre Coupe du monde» expliquait le sélectionneur John Herdman au moment d'une qualification historique et c'est vrai qu'un engouement se crée autour du Canada. Avec en tête de gondole des joueurs comme Alphonso Davies (Bayern Munich), Jonathan David (Lille), Tajon Buchanan (Bruges), Cyle Larin (Bruges), Stephen Eustaquio (FC Porto) ou encore Liam Millar (Bâle), la sélection canadienne se base sur des jeunes éléments qui n'hésitent pas à vite partir pour l'Europe. Bénéficiant aussi du progrès de la MLS avec des éléments qui brillent dans les franchises canadiennes, Ismaël Koné, Alistair Johnston et Samuel Piette pour Montréal, Marc-Anthony Kaye, Richie Laryea ou encore Jahkeele Marshall-Rutty pour Toronto, on remarque un saut qualitatif individuel dans la sélection canadienne depuis quelques années.

À lire Angel Di Maria commente son avenir avec l’Argentine

Se basant sur un secteur offensif de qualité avec Cyle Larin, Jonathan David, Liam Millar, Junior Hoillett, Alphonso Davies ou Tajon Buchanan, le Canada reste une équipe assez solide avec un jeu basé sur la verticalité et la projection rapide. Une philosophie bien étudiée et qui correspond aux qualités des joueurs qui composent ce groupe. Avec des éléments d'expérience comme Milan Borjan (35 ans), Steven Vitória (35 ans) ou Junior Hoilett (32 ans) qui connaissent bien le football européen, on constate que la construction du groupe a été bien orchestrée par le sélectionneur depuis de nombreuses années. Néanmoins, ce niveau de compétition reste nouveau et le Canada dispose certes d'une belle génération, mais face à la Croatie et le Belgique, le matériel reste inférieur. Rien de rédhibitoire certes et le Canada tentera sa chance pour faire la sensation. Néanmoins, l'objectif premier restera de confirmer le bon travail mis en place dans l'optique du Mondial 2026.

La suite après cette publicité

Le sélectionneur : John Herdman

Parcours atypique pour John Herdman puisqu'il s'est révélé comme sélectionneur de l'équipe féminine canadienne avant d'arriver à la tête de l'équipe A. Devenu numéro un des féminines en 2011 jusqu'en janvier 2018, le technicien anglais de désormais de 47 ans a réalisé de belles choses avec des 3e places aux Jeux olympiques de 2012 et 2016 ainsi qu'un quart de finale de Coupe du monde à domicile en 2015. Il a ensuite pris en main la sélection à partir du 8 janvier 2018 et a vite mis en place un projet solide. Disposant d'un bilan de 31 victoires, 4 nuls et 10 défaites en 45 matches, il a fait émerger plusieurs jeunes talents qui arrivent aujourd'hui à maturité en pratiquant un jeu offensif (2,73 buts en moyenne) et en s'appuyant sur des profils explosifs. Réalisant un sacré tour de force avec le Canada qu'il a mené en quart de finale de la Gold Cup 2019 et en demi-finale de la Gold Cup 2021, il a placé des bases pour la Coupe du monde 2026. Maintenant, il entend poursuivre sur ce chemin.

La star : Alphonso Davies

Du haut de ses 21 ans, Alphonso Davies fait déjà partie des meubles avec le Canada. Le latéral gauche du Bayern Munich qui évolue un cran plus haut en sélection comptabilise déjà 34 capes depuis ses débuts le 14 juin 2017. Inscrivant 12 buts et délivrant 17 offrandes sur cette période, il est l'un des cadres de cette équipe canadienne, mais arbore aussi le rôle de symbole d'une génération dorée qui émerge. Performant au sein d'une des meilleures équipes du monde, le vainqueur de la Ligue des Champions 2020 a tout gagné en club et a réalisé deux quarts de finale lors des Gold Cup 2017 et 2019. Découvrant avec tout un peuple ce qu'est la Coupe du monde, le gaucher aura une forte pression populaire à gérer. À lui de se baser sur ses qualités, son insouciance, sa fougue et sa vitesse pour continuer d'épater son monde, mais cette fois avec le maillot canadien.

La suite après cette publicité

L'attraction : Jonathan David

Un talent fou et une progression par escaliers, la trajectoire de Jonathan David est admirable et devrait lui permettre d'accéder assez rapidement aux meilleurs clubs européens. Se révélant à La Gantoise puis confirmant à Lille après des débuts compliqués, mais avec le titre de champion de France en 2021, le natif de Brooklyn a su devenir le référent offensif des Dogues au fil des mois. Auteur d'un début de saison canon (9 buts et 3 offrandes en 12 matches), il arrive dans des conditions idéales pour aider le Canada à briller lors de cette compétition. Une sélection avec laquelle il a été régulièrement performant. Meilleur buteur de la Gold Cup 2019 (quart de finaliste), il affiche 22 buts et 13 offrandes en 34 matches sous le maillot des Canucks dont 9 buts et 7 offrandes en 18 matches disputés afin de qualifier son équipe pour cette échéance. Le Canada manquera certainement d'expérience lors de cette compétition, mais elle pourra s'appuyer sur un jeune buteur de 22 ans performant et ambitieux.

La liste des 26 :

Gardiens : James Pantemis (Impact Montréal, Milan Borjan (Etoile Rouge Belgrade) et Dayne St. Clair (Minnesota United)

La suite après cette publicité

Défenseurs : Samuel Adekugbe (Hatayspor), Joel Waterman (Impact Montréal), Alistair Johnston (Impact Montréal), Richie Laryea (Toronto FC), Kamal Miller (Impact Montréal), Steven Vitoria (Chaves) et Derek Cornelius (Panetolikos)

Milieux : Liam Fraser (Deinze), Ismaël Koné (Impact Montréal), Mark-Anthony Kaye (Toronto FC), David Wotherspoon (St Johnstone), Jonathan Osorio (Toronto FC), Atiba Hutchinson (Besiktas), Samuel Piette (Impact Montréal) et Stephen Eustàquio (FC Porto)

La suite après cette publicité

Attaquants : Liam Millar (FC Bâle), Lucas Cavallini (Vancouver Whitecaps), Iké Ugbo (ES Troyes AC), Tajon Buchanan (FC Bruges), Jonathan David (Lille OSC), Cyle Larin (FC Bruges), Alphonso Davies (Bayern Munich) et Junior Hoilett (Reading FC)

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité