Ligue 1 : le PSG, tenu en échec à Rennes, s'éloigne du titre

Serhou Guirassy se joue de la défense du PSG.
Serhou Guirassy se joue de la défense du PSG. ©Maxppp

Faux pas interdit pour le PSG ce soir. Après la victoire lilloise vendredi soir, le club de la capitale se devait de répondre sur la pelouse de Rennes, sous peine de faire une croix quasi-définitive sur le titre. Sans Mbappé et Verratti blessés, le club de la capitale se présentait avec un trident Neymar-Di Maria-Draxler en soutien de Kean. Pochettino alignait aussi le duo Pereira-Herrera devant une défense Dagba-Marquinhos-Kimpembe-Kurzawa. Comptant bien se servir de l'élimination parisienne en demi-finale de la Ligue des Champions, le Stade Rennais évoluait lui en 4-3-3 avec le retour de Maouassa dans le onze et la titularisation surprise du très jeune (17 ans) Ugochukwu au milieu. Devant Genesio choisissait Terrier et Doku aux côtés de Guirassy. L'attaquant ne tardait pas d'ailleurs à se montrer car après un ballon subtilisé dans les pieds de Dagba, Doku servait son partenaire dans la surface. Il parvenait à crocheter Marquinhos avant d'enchaîner une frappe hors cadre (2e). Le ton était donné. Cette frayeur passée, le PSG se mettait en ordre de marche. Di Maria et Neymar se cherchaient beaucoup notamment et ça donnait quelques situations chaudes (18e, 26e) mais ce sont bien Kean (6e) et Herrera (11e) qui allumaient les premières banderilles. Rennes résistait au temps fort adverse pour s'illustrer à son tour. À droite comme à gauche, Doku faisait chauffer la cafetière des latéraux parisiens. Ses capacités d'élimination faisaient des dégâts dans la surface entre un but refusé à Guirassy pour hors-jeu (29e) et un contact trop léger avec Kurzawa pour récupérer un penalty (31e).

La suite après cette publicité

Le rythme ne retombait pas dans cette première période très animée. Kean pensait à son tour ouvrir le score mais le ballon était sorti de quelques millimètres sur le centre de Dagba (39e). C'est alors que l'arbitrage, jusque-là sans grand reproche, entrait en scène. Quelques minutes auparavant, une charge de Danilo dans le dos de Guirassy devant la surface aurait sans doute dû être sifflée (33e) mais sur cette dernière reprise, Kurzawa restait au sol un long moment, se plaignant des crampons d'Aguerd sur le tibia. Dans un premier temps, le jeu semblait reprendre avant que l'assistance vidéo appelle M. Buquet. Après avoir revu les images, l'homme au sifflet décidait de donner un penalty, que Neymar transformait sans problème (0-1, 45e+6). Les protestations rennaises à la pause n'y faisaient rien, c'est bien le PSG qui prenait l'avantage au meilleur des moments. Cette mésaventure ne semblait finalement pas contrarier les intentions bretonnes car les locaux repartaient fort en seconde période. Doku repartait de l'avant (47e, 53e) et Maouassa ne trouvait pas le cadre (52e). Draxler répondait par un enchaînement somptueux : un contrôle en extension, deux jongles puis une reprise en se retournant un poil trop croisé (56e). Le PSG ne trouvait pas son second souffle et semblait dans le dur pour ressortir. Pire, les joueurs de la capitale reculaient face aux assauts adverses. Navas parvenait une première fois à retarder l'échéance en repoussant cette belle tentative de Tait (67e) mais ne pouvait rien sur ce coup de casque dans sa lucarne de Guirassy (1-1, 70e). Les Parisiens n'avaient plus le choix et, malgré les changements de Pochettino, sortaient comme trop souvent de leur match puisque Kimpembe écopait d'un rouge direct pour un tacle spectaculaire le long de la ligne sur Doku (88e). Navas sauvait même une dernière fois ses neuf partenaires restants sur ce nouveau tir de Tait (90e+2) pour préserver un nul presque inespéré. Avec trois d'écart entre les deux prétendants, Hexagoal a pris ce soir un aller simple pour la gare de Lille-Europe.

Retrouvez le classement de la Ligue 1

Plus d'infos

Commentaires