Les belles affaires réalisées par l'OGC Nice du côté de l'OL

Depuis quelques années, l'OGC Nice a souvent fait son mercato du côté des jeunes joueurs de l'Olympique Lyonnais. Une stratégie qui a souvent porté ses fruits.

L'OGC Nice a chipé plusieurs talents issus de l'Olympique Lyonnais
L'OGC Nice a chipé plusieurs talents issus de l'Olympique Lyonnais ©Maxppp

«L’Olympique Lyonnais et l’OGC Nice sont tombés d’accord pour le transfert du jeune attaquant Amine Gouiri (20 ans). Après avoir étoffé son secteur défensif avec les arrivées de Bambu, Flavius Daniliuc et Hassane Kamara, ainsi que son milieu de terrain avec la signature de Morgan Schneiderlin, le Gym tient sa 1ère recrue offensive» a annoncé l'OGC Nice après avoir recruté Amine Gouiri. Un transfert à 7 millions d'euros pour l'un des plus gros espoirs de l'Olympique Lyonnais. Un événement loin d'être exceptionnel et qui tient limite de la tradition. Car depuis quelques années, l'OGC Nice pioche souvent de jeunes éléments en terres rhodaniennes. L'exemple qui fait objet de point de départ et celui de Loïc Rémy. Bloqué avec son club formateur où un certain Karim Benzema commence à s'imposer, il va être prêté à Lens avant de s'engager à Nice moyennant 8 millions d'euros à l'été 2008.

La suite après cette publicité

Le gros coup Alassane Pléa

Un sacré pari à l'époque pour les Aiglons qui ne disposaient pas de la même puissance financière. Resté deux ans, il marquera 30 buts et délivrera 8 passes décisives en 75 matches avant de partir à l'Olympique de Marseille contre un chèque de 15,5 millions d'euros. Une belle affaire sportive et financière. Un an plus tard, Anthony Mounier l'imitera. L'ailier qui voulait également plus de temps de jeu a ainsi pu donner de bons services à Nice moyennant un transfert estimé à 2,5 millions d'euros. Avec 107 matches au compteur, ainsi que 17 buts et 20 passes décisives, il vivra trois années plutôt intéressantes avec les Aiglons avant de partir à Montpellier pour 3,5 millions d'euros. En juillet 2012, l'OGC Nice tente de s'offrir Clément Grenier mais le milieu restera à Lyon. En revanche, le défenseur Timothée Kolodziejczak va bien venir.

Une arrivée libre et relativement fructueuse. Titulaire pendant deux ans, il prendra part à 82 rencontres (4 buts et 6 passes décisives) avant de partir pour le Séville FC moyennant un transfert de 3 millions d'euros. Lors de l'été 2012, Timothée Kolodziejczak n'était pas le seul lyonnais à rejoindre Nice. L'ailier Jérémy Pied faisait de même et Nice mettait 3 millions d'euros sur la table. Utile offensivement, il se montrera également très en vue au poste de latéral où il officie depuis. Il est finalement parti libre à l'été 2016 pour Southampton en suivant son coach Claude Puel. Justement, le technicien français a lui aussi rejoint Nice après son aventure lyonnaise. Dans ses bagages, l'actuel coach de l'AS Saint-Étienne a emmené ses fils Grégoire et Paulin.

Le premier défenseur et le second attaquant ne laisseront pas de grands souvenirs. Actuellement, ils se retrouvent sans clubs. Ce destin, n'est pas celui d'Alassane Pléa. Pas dans les plans à l'Olympique Lyonnais, le buteur qui a commencé en tant qu'ailier a rejoint l'Allianz Riviera à l'été 2014. Venu pour 500 000 euros, il va évoluer au fil des ans jusqu'à devenir incontournable. C'est d'ailleurs après une saison 2017/2018 pleine (21 buts et 7 passes décisives en 49 matches) qu'il a rejoint le Borussia Mönchengladbach. Les Allemands n'hésiteront pas à mettre 23 millions d'euros sur la table. Dernier exemple en date Myziane Maolida. Le buteur a eu moins de réussite. Arrivé contre 10 millions d'euros, il a disputé 37 matches en deux saisons pour 2 buts et 6 passes décisives. Un bilan relativement moyen. Néanmoins, la filière lyonnaise a souvent été bien exploitée par l'OGC Nice depuis un peu plus de 10 ans.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires