Betis, équipe de France : Nabil Fekir, le cas contraste

Invité à se bouger le mois dernier, l'ancien Lyonnais n'y arrive pas. Et forcément son club commence à se faire du souci, même si le sélectionneur national tient un discours différent sur ses performances en club.

Nabil Fekir lors du match entre le Betis et Elche
Nabil Fekir lors du match entre le Betis et Elche ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le cas Nabil Fekir interpelle au Betis. Le mois dernier, la presse espagnole faisait un focus sur l’ancien milieu de l’Olympique Lyonnais pour signifier que les Verdiblancos attendaient beaucoup plus de lui. Il faut dire que la formation andalouse avait consenti un lourd investissement (19,5 M€ + 10 M€ de bonus) sur lui en 2019.

Un mois plus tard, l’international tricolore (25 sélections, 2 buts) n’a pas vraiment répondu aux attentes. Trois matches de Liga ont été joués et son bilan n’a pas été brillant. Absent des débats les des défaites face à la Real Sociedad (0-3) et l’Atlético de Madrid (2-0), le champion du monde 2018 a manqué une occasion de participer au succès contre Elche (3-1) en ratant un penalty.

Le Betis est inquiet pour Fekir...

Inefficace face au but, l’ex-Gone ne l’est pas non plus avec ses partenaires puisque sa seule passe décisive date du 26 septembre dernier, lors de la défaite à domicile contre le Real Madrid (2-3). Un bilan peu glorieux que AS rappelle ce matin en indiquant que « le faible niveau du Français lors des derniers matches préoccupe le Betis ».

Pour expliquer ce constat, le quotidien explique que l’entraîneur sévillan Manuel Pellegrini n’a toujours pas trouvé la formule magique pour intégrer au mieux le Français dans son équipe. Le Chilien garde une confiance intacte en son joueur, mais ses tentatives de le positionner milieu offensif centre avec Telles, Joaquin et Canales à ses côtés ont été infructueuses. Pellegrini ne perd pas espoir et AS révèle que le technicien sud-américain a eu une longue discussion avec son numéro 8 hier, juste avant le début de l’entraînement.

...Mais Deschamps lui fait confiance

Pellegrini attend un réveil du Tricolore, d’autant que se profilent à l’horizon des déplacements à Barcelone et à Bilbao. De son côté, Fekir sait que son rendement n’est pas suffisant, notamment en vue du prochain Euro. Cependant, rien n'est perdu puisqu'il a conservé la confiance de Didier Deschamps qui vient de le convoquer en équipe de France. Mieux, le patron des Bleus le préfère toujours à Houssem Aouar et estime même, contrairement aux médias espagnols, qu'il est plutôt performant avec son club.

« Dans le profil de Houssem, j’ai Nabil Fekir, que vous devez suivre, je ne sais pas », a-t-il indiqué, un brin ironique, avant de poursuivre. « C’est mon boulot aussi avec mon staff de regarder les matches hors de France. Dans ce poste et ce registre, je considère que Nabil donne plus de garanties. Nabil est performant avec son club, dans un registre qui n’est pas toujours le sien, parfois il joue sur un côté. Quand il a le ballon, il se passe toujours quelques chose. Il a un gros volume de jeu. Il faisait partie des 23 privilégiés champions de monde, même si en termes de temps de jeu, et ça c’est un peu de ma faute, il n’en a pas eu beaucoup, sur des rentrées en cours de match, mais ce n’est pas là où il est le mieux. C’est solide, il a plus de continuité dans ce qu’il réalise. » Nul doute que Pellegrini aimerait partager cette analyse...

Plus d'infos

Commentaires