Chelsea : les premiers pas convaincants de Thomas Tuchel

Arrivé à Chelsea le 26 janvier dernier, Thomas Tuchel a eu sept matches pour se rôder, avant d'entamer une série de chocs qui en dira plus sur ce qu'il peut tirer de ses Blues. Voici le bilan de ses premiers pas.

Thomas Tuchel sur le banc de Chelsea
Thomas Tuchel sur le banc de Chelsea ©Maxppp
La suite après cette publicité

« Tuchel est un entraîneur exceptionnel. Je suis sûr qu'il va avoir du succès. Je suis heureux de le voir dans ce pays. » Être accueilli de la sorte par Pep Guardiola n'est pas arrivé à tous les entraîneurs fraîchement intronisés en Premier League. Thomas Tuchel a eu droit aux éloges de son confrère espagnol, qui a eu l'occasion de croiser sa route en Allemagne principalement. Il n'était pas le seul à accueillir l'entraîneur allemand dignement puisque globalement, la perception de sa nomination sur le banc de touche de Chelsea était positive dans les médias. Les articles mentionnaient son histoire avec le PSG, sa capacité à gérer les stars Neymar et Mbappé, sa maîtrise tactique mais aussi ses clashes avec ses différentes directions.

Présenté comme un tacticien reconnu qui devait débarquer quoi qu'il arrive un jour en Premier League, Thomas Tuchel savait cependant que cette bienveillance disparaîtrait bien vite en cas de mauvais résultats. Après un triste 0-0 face à Wolverhampton pour débuter, le coach allemand a trouvé un impressionnant rythme de croisière, avec 5 victoires consécutives (dont 1 en FA Cup) et un dernier match nul en date, sur la pelouse de Southampton. Il a replacé Chelsea dans le haut du classement (5e à 2 points de la quatrième place) et lui a donné une identité de jeu déjà plus claire.

Une assise défensive mais une attaque encore timorée

Le schéma tactique est désormais rôdé : c'est un 3-4-2-1, où l'attaquant est épaulé par deux milieux offensifs au cœur du jeu. Les ailes restent le domaine des pistons (Marcos Alonso à gauche, Hudson-Odoi ou James à droite). Tuchel a procédé à une revue d'effectif, en relançant par exemple le gardien Kepa en Cup ou en testant tous ses défenseurs centraux ou presque. Défensivement, c'est solide, avec 2 buts encaissés en 7 matches. Et ce même sans Thiago Silva, absent des 4 dernières rencontres. Offensivement, c'est moins brillant, avec 9 buts inscrits sur ces 7 matches.

« C'est dû à un manque de précision, pas à un manque d'occasions », a récemment jugé Thomas Tuchel en conférence de presse. « C'est dû à la qualité dans la prise de décision ». Le coach allemand n'a pas encore trouvé la bonne recette offensive. Il a reculé Timo Werner d'un cran, le positionnant parmi les deux milieux offensifs sous l'attaquant, qu'il soit Giroud ou Abraham. Havertz s'est blessé, tout comme Pulisic, Ziyech est le grand perdant des dernières semaines, et c'est finalement Mason Mount qui se montre à son avantage. Tuchel ne déconstruit pas ce qu'avait bâti son prédécesseur Lampard, et fait confiance à la jeune garde quand il le faut.

Reste que si Tuchel a pu prendre correctement ses marques en Premier League, la route va considérablement s'élever dans les prochains jours. Il y a bien sûr la Ligue des Champions, avec le huitième de finale aller face à l'Atlético de Madrid ce mardi soir. Puis suivront les réceptions de Manchester United et Everton à Stamford Bridge avant un déplacement sur la pelouse du Leeds de Bielsa et enfin le huitième de finale retour. Un enchaînement de 5 rencontres qui devrait en dire plus le réel niveau de ces Blues version Tuchel.

Plus d'infos

Commentaires