Marcus Thuram raconte son rêve éveillé

Appelé par Didier Deschamps lors de la dernière trêve internationale, Marcus Thuram casse la baraque à Mönchengladbach. Il raconte ses premiers pas sous le maillot bleu.

Marcus Thuram à l'occasion de sa première sélection avec les Bleus
Marcus Thuram à l'occasion de sa première sélection avec les Bleus ©Maxppp
La suite après cette publicité

Cette année, tout a été très vite pour Marcus Thuram (23 ans). Impressionnant avec Mönchengladbach, l'ex-Guingampais a marqué un doublé contre le Real Madrid avant de devoir, une semaine plus tard, montrer sa photo sur Google pour qu'on lui accorde l'entrée à San Siro pour affronter l'Inter Milan. Ses belles prestations avec l'écurie allemande lui ont valu d'être appelé, lors du dernier rassemblement, par Didier Deschamps.

Titulaire contre la Finlande, il a montré pourquoi Deschamps l'avait convoqué : de la puissance, de la vitesse et une technique sûre. Mais il regrette de ne pas avoir marqué alors qu'il a eu des occasions. « J'aurais dû marquer un but ou deux lors de mes débuts contre la Finlande. Cela inquiète un attaquant. Mais l'essentiel est que l'attaquant se mette dans ces situations finales, ce qui est important. Je pense qu'en tant que nouveau joueur, je me suis bien intégré au groupe dans l'ensemble. C'était très agréable de tout savoir », lâche-t-il à Kicker.

À l'Euro l'été prochain ?

Buteur ce week-end avec Gladbach, il est aussi entré en jeu contre le Portugal et a à nouveau été titularisé lors de la confrontation face à la Suède. Résultat ? Une passe décisive et il a été impliqué en dribblant quelques joueurs sur le but de Benjamin Pavard. De quoi lui ouvrir la porte pour de nouvelles sélections ? Lui aimerait évidemment beaucoup.

« Ce fut un grand honneur de faire partie de cette équipe. Et bien sûr, je veux y revenir plus longtemps que possible maintenant. Je sais qu'il faut beaucoup de travail à l'entraînement et de bonnes performances dans le club pour être invité à revenir ». Le fils de Lilian a peut-être pris le dernier - et le bon - wagon, celui pour l'Euro l'été prochain.

Plus d'infos

Commentaires