Quand Karim Benzema brillait avec les Bleus de Didier Deschamps

Juste avant que l'affaire de la sextape explose au grand jour et aboutisse à la mise à l'écart de Karim Benzema, l'attaquant madrilène était en train de trouver sa plénitude en équipe de France. Sa période de doutes ne semblait plus qu'un lointain souvenir, notamment grâce à la confiance de Didier Deschamps.

Pour sa dernière sélection chez les Bleus en octobre 2015, Benzema avait inscrit un doublé
Pour sa dernière sélection chez les Bleus en octobre 2015, Benzema avait inscrit un doublé ©Maxppp
La suite après cette publicité

L'improbable est en train de se produire. Absent depuis l'automne 2015 de l'équipe de France suite à l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, Karim Benzema (33 ans) est en passe de faire son retour. Une volte-face de Didier Deschamps inespérée dont nous n'avons pas encore toutes les données. Les deux hommes sont probablement entrés en contact ces dernières semaines. Le Madrilène s'est sûrement excusé, notamment pour sa fameuse interview donnée à Marca à l'aube de l'Euro 2016 dans laquelle il affirme que le sélectionneur «a cédé à une partie raciste de la France.» Un crime de lèse-majesté pour DD qui n'avait jamais laissé passer ça à l'époque. Il faut croire que le temps fait son œuvre, l'eau coule sous les ponts et Deschamps sait pardonner. On l'a vu par le passé, les exemples (Gignac, Ben Arfa, Rabiot) ne manquent pas.

Durant leurs récents coups de fil, le patron des Bleus a sûrement donné ses conditions à un retour de l'attaquant, et quelques clés pour le faire entrer dans son plan de jeu. Rappeler Benzema sans le faire jouer n'aurait pas de sens. Peut-être se sont-ils aussi souvenus du bon vieux temps ? Celui où Didier Deschamps défendait à cor et à cri son meilleur joueur du moment, qui traversait un immense désert sans but en équipe de France. Une éternité de 1222 minutes entre sa 15e réalisation inscrite durant un amical face à l'Estonie du 5 juin 2012 et le 16e, le 11 octobre 2013 contre l'Australie. Entre temps, un Euro manqué s'est déroulé, donnant du grain à moudre aux détracteurs du joueur. Ils n'ont pas tout à fait tort. Quand Deschamps prend le poste, Benzema a alors 25 ans et un vécu en équipe nationale assez décevant au regard de ses performances avec le Real et de son potentiel.

Deschamps fait confiance à Benzema malgré sa traversée du désert

S'il met donc plus d'un an à enfin trouver le chemin des filets avec l'homme qui a soulevé la Coupe du Monde 1998, c'est aussi sous sa direction qu'il connaît sa période la plus faste avec les Bleus. La machine se lance. 4 jours après l'Australie, il marque contre a Finlande dans le cadre des éliminatoires au mondial brésilien. Un mois plus tard, c'est le fameux barrage face à l'Ukraine. Décevant à l'aller (défaite 2-0), tout comme l'ensemble de ses partenaires, Benzema brille au retour, marquant le second but d'une victoire 3-0 qui restera comme le tournant de l'ère Didier Deschamps. Direction le Brésil pour ce qui est à ce jour la seule Coupe du Monde disputée par KB9. La France est poussive, mais termine première dans un groupe plutôt simple notamment grâce aux trois buts de son attaquant (doublé contre le Honduras et un contre la Suisse).

Il restera malheureusement muet en 8e et en 1/4 de finale face au Nigéria et surtout l'Allemagne, la faute à un cyborg nommé Neuer dans le but, futur champion du monde. Un début prometteur, mais une fin qui reste en travers de la gorge, Benzema monte tout de même en puissance en sélection. Il a enfin marqué dans une grande compétition et semble se tailler sur mesure un costume de patron, qui sera parfait pour l'Euro disputé à domicile. Unique buteur face au Portugal de Ronaldo à l'automne 2014, il est des victoires face à l'Espagne et la Suède, s'affirme comme le leader technique de cette équipe dont il devient l'un des capitaines en compagnie de Lloris (déjà) et de Koscielny. Depuis quelques mois, il prend aussi sous son aile le petit nouveau qui brille, Antoine Griezmann. Les deux hommes s'entendent à merveille sur le terrain comme en dehors.

Une autoroute tracée vers l'Euro 2016

Les deux Madrilènes forment avec Valbuena le trio offensif de ce 4-3-3 mis le plus souvent en place par Deschamps et la recette fonctionne. Petit vélo aligne des statistiques intéressantes malgré sa remise en question permanente de la part du public. Il n'est pas rare de le voir marquer sur une offrande de Benzema, et inversement. Si les Bleus chutent dans un amical prestigieux contre le Brésil en mars 2015, ils poursuivent doucement leur préparation à l'Euro. Ils vont gagner au Portugal en septembre puis s'offrent la Serbie. Un mois plus tard, la France étrille l'Arménie 4-0. Benzema délivre une passe décisive pour Griezmann puis inscrit un doublé avant de se blesser et de déclarer forfait pour le Danemark trois jours plus tard. On ne l'a alors plus jamais revu sous le maillot tricolore. Le compteur s'est stoppé net à 81 sélections pour 27 buts.

À Copenhague, c'est Olivier Giroud qui occupe la pointe. C'est à son tour de marquer un doublé et les Blues s'imposent. Il ne le sait pas encore, mais il ne lâchera plus jamais la place. L'affaire de la sextape va faire son entrée en scène de manière fracassante et Benzema disparaît. Avant la tempête médiatique, l'équipe de France naviguait dans des eaux calmes jusqu'à l'Euro, SON Euro, avec ses certitudes et l'un des meilleurs joueurs du monde pour attaquant de pointe. En un peu plus de 3 ans de mandature, Didier Deschamps avait su faire confiance à un Karim Benzema pourtant critiqué. Vainqueur de sa première Ligue des Champions un an plus tôt, le Madrilène prenait doucement une autre envergure avec la Casa Blanca, après, là aussi, avoir essuyé les plâtres. Quel gâchis ! Les deux hommes avaient su se faire confiance et se hisser vers le haut l'un et l'autre. Il n'est peut-être pas trop tard pour rattraper ce temps perdu...

Plus d'infos

Commentaires