Mercato : le Bayern Munich ne sait plus où donner de la tête !

Les projets du Bayern Munich pour les prochains mercatos font la une ce mercredi en Allemagne. Décryptage.

Gonçalo Ramos, Serge Gnabry, Robert Lewandowski et Kingsley Coman
Gonçalo Ramos, Serge Gnabry, Robert Lewandowski et Kingsley Coman ©Maxppp

On a beau dominer la Bundesliga et faire trembler l'Europe entière, il faut sans cesse se renouveler. Le Bayern Munich le sait. Et, du coup, le géant bavarois pense déjà à demain. Hasan Salihamidzic est d'ailleurs déjà au four et au moulin. Il faut dire que le directeur sportif a plusieurs dossiers chauds à régler en interne pour commencer, avec notamment le cas Robert Lewandowski, présenté comme agacé par les rumeurs annonçant un possible intérêt de son club pour son concurrent au titre de meilleur buteur en Bundesliga cette saison, Erling Haaland (21 ans, Borussia Dortmund). Sport Bild fait le point ce mercredi sur les autres chantiers.

La suite après cette publicité

Après avoir blindé deux de ses cadres, Joshua Kimmich et Leon Goretzka, le décideur munichois rencontre plus de difficultés pour Kingsley Coman. L'ailier, sous contrat jusqu'en juin 2023, dispose d'une sacrée cote sur le marché des transferts. Ses représentants et lui le savent et exigent de doubler les émoluments de l'ancien Parisien (de 10 à 20 M€ par an donc) pour prolonger. Un souhait formulé il y a plusieurs mois de cela par David Alaba, aujourd'hui au Real Madrid... Et s'ils ne parviennent pas le convaincre de rempiler, les pensionnaires de l'Allianz Arena se résoudront à vendre l'attaquant international tricolore, avec plusieurs clubs de Premier League déjà en alerte.

Coman, Süle et Gnabry, dossiers brûlants

La PL, Nicklas Süle aussi pourrait la rejoindre. Le défenseur central international allemand, en fin de bail en juin 2022, rêve de traverser la Manche et, pour ce faire, il évalue les options qui se présentent à lui. Le Bayern semble doucement se résigner à son départ et étudie donc des plans B, comme Antonio Rüdiger (Chelsea) et Matthias Ginter (Borussia Mönchengladbach), deux axiaux qui, comme Süle, seront libres l'été prochain. Corentin Tolisso, aussi, est dans cette situation. Le contrat du milieu arrive à expiration en juin 2022 et il semble entendu qu'il profitera de son statut pour s'envoler vers d'autres cieux, explique la publication allemande.

Au rayon contrats toujours, Serge Gnabry s'interroge. Heureux en Bavière, aux côtés de son meilleur ami Kimmich, l'ailier de la Mannschaft, très performant depuis plusieurs mois, aimerait être considéré à sa juste valeur avec un contrat revalorisé. Selon Sport Bild, l'ancien d'Arsenal demanderait 15 M€ par an. Un sacré effort pour le Bayern. Dans le jeu des négociations, le virevoltant attaquant et ses représentants pourraient être tentés de sonder le marché anglais pour faire jouer la concurrence. Encore un dossier chaud à gérer pour Brazzo donc, qui, en parallèle, doit également dégraisser.

Tolisso sur le départ, un poulain de Jorge Mendes proposé

Trois noms reviennent avec insistance : Michaël Cuisance, Bouna Sarr et Marc Roca. Les trois hommes disposaient déjà d'un bon de sortie cet été, mais soit ils en ont décidé autrement, soit les clubs intéressés n'ont pas satisfait les demandes des uns et des autres. La question de leur avenir se posera une fois encore dans les semaines à venir. Enfin, Sport-Bild nous révèle que l'état major du FCB a récemment rencontré un certain Jorge Mendes à la veille du déplacement sur la pelouse de Benfica (0-4, 3e journée de Ligue des Champions).

L'idée était de développer les relations entre les deux parties, quelque peu en sommeil depuis l'échec de Renato Sanches, recruté à Benfica en 2016 pour 35 M€ hors bonus. Mais le magazine allemand nous explique que le super agent portugais en a profité pour commencer à faire la promotion d'un de ses jeunes talents, l'attaquant des Espoirs du Portugal (11 sélections, 6 buts) Gonçalo Ramos (20 ans), sous contrat avec Benfica jusqu'en juin 2024 (clause libératoire fixée à 120 M€). Le mercato n'est jamais vraiment totalement fermé. Et à Munich, il s'annonce déjà très agité !

Plus d'infos

Commentaires