Ligue des Champions : quel bilan pour le premier tour du PSG ?

Le PSG a terminé deuxième de sa poule et devra probablement affronter une grosse cylindrée au printemps prochain en 8e de finale de Ligue des Champions. De quoi faire la grimace mais la prestation d'hier soir et un joli succès 4-1 contre le Club Bruges permet de donner des motifs d'espoirs à Mauricio Pochettino et ses hommes.

Mauricio Pochettino ici contre le Club Bruges en Ligue des Champions
Mauricio Pochettino ici contre le Club Bruges en Ligue des Champions ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il n'y avait pas vraiment de suspense hier soir pour ce dernier match de cette phase de groupes de Ligue des Champions. La 2e place de la poule A était d'ores et déjà décernée au PSG depuis sa défaite sur la pelouse de Manchester City il y a quinze jours, une première depuis la saison 2016/2017 où les Parisiens avaient fini derrière Arsenal. Au printemps, il faudra probablement affronter une grosse écurie, à moins que le tirage au sort ne soit favorable aux Franciliens, ce qui a rarement été le cas ces dernières années.

Avec le recul, si la défaite à l'Etihad Stadium (2-1) n'a rien d'infamant d'un point de vue du résultat, les deux matches nuls concédés à Bruges (-1) et à Leipzig (2-2) coûtent cher, car ils ne bonifient pas le succès acquis de haute lutte face aux Cityzens au Parc des Princes lors de la 2e journée (2-0). Surtout, ils ont mis en exergue les limites de ce PSG automnal, malmené aussi bien en Belgique et en Allemagne. Après l'hiver viennent les beaux jours et la belle victoire face au Club Bruges peut faire bourgeonner de nouveaux espoirs en 8e de finale.

Deux nuls qui coûtent cher

«Ce fut un groupe très difficile, avec de bonnes équipes, concédait Mauricio Pochettino en conférence de presse. On a vu Leipzig battre City (2-1, hier soir). On finit 2e. On aurait aimé terminer premier, mais il y a les nuls à Bruges et à Leipzig, et à la fin ça nous empêche de terminer premiers. Ça montre que ce groupe était relevé et difficile. On sait que les adversaires seront sûrement compliqués, mais pour gagner la Ligue des Champions, il faut battre tout le monde.» L'entraîneur argentin enfonce une porte ouverte mais il sait aussi que la marge de progression de son équipe est importante.

Avec un tel effectif, le PSG est en capacité de battre tout le monde. Il faut aussi rappeler que terminer premier de son groupe est parfois un cadeau empoisonné. Le club français est bien placé pour le savoir après avoir affronté le Borussia Dortmund il y a deux éditions ou encore le Barça l'année dernière dès les 8es de finale. À chaque fois, les stars parisiennes s'en étaient sortis pour offrir ensuite leurs meilleurs parcours dans cette compétition : une finale et une demi-finale. Rêver plus grand est toujours permis.

Plus d'infos

Commentaires