Coupe du Monde 2022 : nouvelles révélations sur le malaise Pavard chez les Bleus

Par Matthieu Margueritte
3 min.
Coupe du Monde 2022 : nouvelles révélations sur le malaise Pavard chez les Bleus @Maxppp

Titulaire face à l'Australie (4-1), Benjamin Pavard a depuis été installé durablement sur le banc de touche. Passé troisième dans la hiérarchie des latéraux droit, le Bavarois traverse une sacrée zone de turbulences.

La suite après cette publicité

«Benjamin Pavard, Benjamin Pavard, j’crois pas que vous connaissez. Il sort de nulle part, une frappe de bâtard.On a Benjamin Pavard.» Qu’il est loin ce 30 juin 2018, quand les fans de l’équipe de France fêtaient la victoire de l’équipe de France face à l’Argentine de Messi en huitième de finale du Mondial 2018 en Russie en chantant à tue-tête ce refrain à la gloire de Benjamin Pavard (4-3). Pas favoris face aux stars albicelestes, les Bleus s’étaient qualifiés notamment grâce au but splendide inscrit par celui qui allait quitter Stuttgart pour rejoindre le Bayern Munich.

À l’époque, tout le monde savait que Pavard était un défenseur central reconverti latéral droit par Didier Deschamps. Le joueur affichait déjà quelques lacunes défensives, mais ce but lui a permis de bénéficier d’un état de grâce. Quatre ans plus tard, les supporters des Bleus ne se vantent plus trop d’avoir Pavard dans leur rang. Aujourd’hui, le Munichois est tombé de son piédestal. Pire, il est désormais devancé, non pas par un vrai spécialiste du poste, mais par deux autres défenseurs centraux (Jules Koundé et même Axel Disasi) amenés, comme lui, à jouer les dépanneurs de service. Une rétrogradation brutale survenue après sa prestation catastrophique face à l’Australie le 22 novembre dernier (4-1).

À lire PSG : Lionel Messi se lâche sur Kylian Mbappé

Dembélé préfère jouer avec Koundé

Depuis, Pavard a disparu des écrans. Le match sans enjeu face à la Tunisie, pour lequel Koundé a été préservé en raison de son carton jaune (en cas de nouvel avertissement, il aurait été suspendu pour les huitièmes), aurait néanmoins pu servir à relancer le soldat Pavard. En vain. À l’issue de la rencontre, Deschamps a confirmé qu’il en avait décidé autrement. «J’ai pris la décision de ne pas le faire jouer. Je ne vais pas entrer dans les détails. J’ai eu plusieurs échanges avec lui. Je considère qu’il n’est pas dans de bonnes dispositions. Alors vous allez me dire : c’est physique ? C’est la tête ? Le premier match ne l’a pas aidé, évidemment. C’est pour ça que j’ai fait un choix différent.» Des propos qui sonnent un peu la fin du Mondial si Koundé et Disasi ne rencontrent pas de problème d’ici là. Cependant, RTL nous a apporté quelques informations supplémentaires sur le malaise Pavard chez les Bleus.

La suite après cette publicité

Premièrement, il n’y a pas eu de clash entre le défenseur et son sélectionneur. «Oui, c’est difficile pour Benjamin, mais c’est uniquement sportif, il travaille et son comportement est bon au sein du vestiaire», indique-t-on au sein de l’équipe de France. Un choix sportif que ne comprend toujours pas Pavard qui, selon RTL, serait également victime de la relation privilégiée entre Ousmane Dembélé et Jules Koundé. Concrètement, Dembélé aurait signifié au staff tricolore qu’il se sentait plus à l’aise sur le flanc droit avec son partenaire du Barça derrière lui. Pavard serait toutefois toujours concerné et n’aurait rien lâché. Pourtant, le média ajoute que voir Axel Disasi entrer en jeu à sa place contre la Pologne l’aurait réellement touché. Pavard réussira-t-il à inverser la tendance ?

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité