Ligue des Champions : le terrible fiasco de la Juventus

Attendue au tournant vendredi, la Juventus s'est imposée 2 à 1 face à l'OL. Mais cette victoire n'a pas été suffisante pour les Bianconeri, qui sont éliminés en huitièmes de finale de la C1. Un désastre.

Maurizio Sarri, l'ex-coach de la Juventus
Maurizio Sarri, l'ex-coach de la Juventus ©Maxppp
La suite après cette publicité

Vendredi soir, la Juventus avait beaucoup à prouver. Malgré un titre de championne d'Italie, la Vieille Dame a été moins impériale cette saison en Serie A. Elle n'a pas dominé de la tête et des épaules comme elle sait le faire, n'étant pas toujours inspirée dans le jeu. Arrivé l'été dernier sur le banc italien en lieu et place de Massimiliano Allegri, Maurizio Sarri n'a pas réellement apporté un nouveau souffle à ses troupes. D'ailleurs, la presse transalpine insistait depuis plusieurs semaines sur le fait qu'il pourrait bien être débarqué à l'issue de la saison. La Ligue des Champions était même qualifiée de cruciale pour l'avenir de Sarri. Et vendredi, la Juve affrontait l'OL en huitième de finale retour de C1. Un rendez-vous capital donc pour le technicien italien comme pour son équipe, qui jouait sa survie.

Un désastre à Turin

Battus 1 à 0 à l'aller à Lyon, les Bianconeri avaient encore toutes leurs chances, eux qui présentaient l'avantage de recevoir. Malgré leur domination, ils étaient vite menés au score suite à un penalty transformé par Memphis Depay, après une faute sur Houssem Aouar dans la surface (0-1, 12e). Avec ce but à l'extérieur des Gones, la mission devenait un peu plus difficile, mais pas impossible. Et les Italiens revenaient, eux aussi sur penalty, grâce à Cristiano Ronaldo (1-1, 40e). Le Portugais offrait même de l'espoir aux siens en marquant d'une superbe frappe lointaine à la 60e minute. Mais les Turinois, qui ont aussi perdu Paulo Dybala sur blessure alors qu'il revenait de blessure, ne sont pas parvenus à inscrire ce troisième but qui les aurait mené à Lisbonne, lieu où se déroulera le Final 8 dans quelques jours. Ils sont donc éliminés, puisqu'ils s'étaient inclinés 1 à 0 à l'aller et que Lyon a marqué ce fameux but à l'extérieur qui vaut cher.

«C'est un désastre ! Un désastre !», lâchait immédiatement après la rencontre un journaliste italien présent en tribune de presse. Comme lui, les autres journalistes étaient sonnés par cette élimination à laquelle ils ne s'attendaient pas vraiment. Et forcément, la réaction de Maurizo Sarri, plus que jamais sur un siège éjectable, était très attendue. L'ancien entraîneur de Naples a confié : «ce soir (hier), Lyon a plus souffert que lors de son match face au PSG (en Coupe de la Ligue). On a dépensé énormément de force mentale. Si vous avez bien vu le match, on a su garder la tête froide. Pour moi, le penalty c'est deux buts. C'est ça qui nous a empêché d'arriver à la qualification. J'ai vu mes hommes y croire jusqu'à la fin. On aurait pu rendre les armes bien avant». Malgré tout, cette élimination est un grand échec pour la Vieille Dame. L'arrivée de Cristiano Ronaldo n'y aura rien changé, la Juventus est de nouveau éliminée et n'ira pas au bout de cette compétition qui est un objectif affiché chaque saison.

Une révolution en préparation ?

Après la rencontre, le président Andrea Agnelli a fait un point au micro de Sky Italia. «Le bilan de la saison est doux-amer. C'est un excellent résultat d'avoir remporté le Scudetto pour la neuvième fois consécutive. C'est une page extraordinaire de Maurizio Sarri dans le football italien. Mais, en Ligue des Champions, c'est décevant pour tout le monde, nous, les joueurs, les fans. Nous avions un rêve, maintenant nous avons un objectif. Sortir ainsi contre Lyon doit nous laisser déçus, il nous faudra quelques jours pour comprendre comment repartir la saison prochaine ». Avec ou sans le coach ? «Nous devrons faire un point dans les prochains jours. Maurizio Sarri va rester ? Oui oui ». Plutôt agacé en conférence de presse, l'entraîneur de la Juve a confié : «maintenant, je ne peux pas anticiper ce que je vais dire au président. Je crois que je lui dois du respect. Ce soir, je suis très fâché par l'élimination»*.

Une élimination qui pourrait bien laisser des traces au sein de la Juventus. Si l'avenir de Maurizio Sarri n'est pas totalement assuré, d'autant qu'on évoque les noms de Simone Inzaghi ou Mauricio Pochettino, les joueurs seront aussi concernés par la révolution qui pourrait s'amorcer. Alors que des éléments comme Dybala ou CR7 seront conservés, d'autres pourraient bien changer d'air. Andrea Agnelli a laissé entendre qu'il faudrait certainement apporter du sang neuf à un effectif âgé. «Nous ferons des bilans pour comprendre comment trouver l'enthousiasme pour le début de la saison prochaine avec l'envie de faire et gagner dans toutes les compétitions. Cette année a été très difficile». En revanche, il a précisé que ses dirigeants, dont Pavel Nedved, avaient toujours sa confiance. Plus qu'une élimination, le match contre Lyon a sans doute été un déclic pour une Vieille Dame qui veut retrouver sa fougue et son énergie.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires