Le Stade Rennais n'a pas fini de s'inquiéter pour Eduardo Camavinga

Si le Stade Rennais croit pouvoir conserver Eduardo Camavinga une saison de plus, il va malgré tout devoir se méfier puisque plusieurs cadors européens comptent lancer leurs offensives prochainement. Et le joueur sera à l'écoute...

Eduardo Camavinga salue les supporters rennais
Eduardo Camavinga salue les supporters rennais ©Maxppp

Il n'a que 17 ans, mais les cadors européens sont déjà à ses pieds. Eduardo Camavinga peut imaginer un avenir radieux tant les options qui s'ouvrent à lui sont prestigieuses. Mais jusqu'à présent, c'est bien avec le Stade Rennais qu'il prépare la reprise. Revenu du confinement affûté et prêt à en découdre, il a retrouvé son club formateur, qui compte bien s'appuyer sur lui pour la saison à venir, qui sera peut-être garni d'une qualification pour la phase de poules de la Ligue des Champions après la 3e place récoltée en Ligue 1.

La suite après cette publicité

Sous contrat jusqu'en 2022 avec le club breton, Camavinga n'a aucune intention de forcer un départ cet été. Cependant, comme l'assure L'Équipe, il est disposé à écouter les offres et ne s'empêchera pas de partir si le projet proposé est convaincant. Cela, le Stade Rennais l'a compris et il n'a pas entamé de démarche pour la prolongation du contrat de son milieu de terrain, titularisé à 28 reprises en Ligue 1.

Ça se bouscule chez les prétendants

Le nouveau président Nicolas Holveck joue de son côté la carte de la stabilité, en vantant les qualités de son jeune prodige. « On a fixé qu'il resterait avec nous cette saison. C'est un garçon très réfléchi, il a une maturité incroyable. Il sait où est son intérêt sportif aujourd'hui », disait-il fin juin. C'est aller un peu vite en besogne au regard des clubs qui se pressent à la porte. Outre l'intérêt bien connu du Real Madrid, d'autres formations s'apprêteraient à dégainer des offres.

Ainsi, la Juventus Turin et le FC Barcelone sont annoncés sur les rangs, tout comme le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. Impossible d'imaginer autant de courtisans jouer la carte de l'attentisme, de peur de se faire chiper la jeune pépite par un concurrent sur la scène européenne. Le grand jeu des enchères pourrait donc prochainement débuter. Et avec un mercato qui se terminera début octobre, cela pourrait durer longtemps...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires