Mercato : le nouvel été prolifique de Jorge Mendes

Peut-être moins en vue médiatiquement que les années précédentes, le super-agent portugais a cependant encore été un des grands acteurs de ce mercato estival.

Jorge Mendes lors d'une de ses rares apparitions publiques cet été
Jorge Mendes lors d'une de ses rares apparitions publiques cet été ©Maxppp

Qui dit mercato dit Jorge Mendes. L'influence de l'agent lusitanien dépasse clairement celle d'un simple agent, et s'il représente certains des meilleurs joueurs de la planète avec Cristiano Ronaldo en tête de liste, il a montré, un été encore, qu'il a un pouvoir décisionnaire conséquent au sein de certains clubs. Parmi eux, des grosses écuries comme l'Atlético de Madrid, Benfica, l'AS Monaco, Valence, Wolverhampton, Braga, la Lazio et Porto, entre autres. Il n'est ainsi pas rare de voir des joueurs passer d'un club à l'autre avec Jorge Mendes à la baguette, même lorsque leurs intérêts ne sont pas gérés - directement du moins - par sa société Gestifute. Cet été, après un mercato estival 2018 où il a travaillé sur les transferts de Cristiano Ronaldo à la Juventus et de Guedes à Valence entre autres, il a encore été omniprésent.

La suite après cette publicité

On est ainsi obligé de mentionner João Félix, LE transfert de l'été. Jorge Mendes a effectivement touché 12 millions d'euros sous forme de commissions sur cette opération qui a mené le petit prodige portugais à l'Atlético de Madrid. Un montant sympathique qui a été confirmé officiellement par Benfica, alors que certains médias espagnols ajoutent qu'il a même empoché 30% du transfert du joueur, ce qui n'a en revanche pas été confirmé et reste donc du domaine de la rumeur. D'autant plus fort que Mendes n'est pas vraiment l'agent du joueur de base. Pedro Cordeiro et Moreira de Sá géraient ses intérêts, et Gestifute n'est entré dans le dossier que lorsque le joueur a signé son dernier contrat avec les Aigles, avec le soutien de Benfica, et s'est emparé de 50% du joueur. C'est simple, Mendes permet aux joueurs de trouver de meilleurs points de chute et donc aux clubs de s'assurer de toucher un plus gros pactole.

Quelques échecs à signaler

Il est bien évidemment derrière le transfert définitif de Raúl Jiménez - dont il n'est pourtant pas l'agent - à Wolverhampton (35M€), tout comme il est derrière l'arrivée de Patrick Cutrone aux Wolves (28M€), là aussi sans être l'agent du joueur. Dans le cas de l'Italien, c'est l'AC Milan qui avait demandé à Mendes de trouver un point de chute à l'attaquant. Il a aussi placé Pedro Neto (18M€) et Bruno Jordão (9M€), deux jeunes de la Lazio, chez les Anglais. Lundi encore, lors du dernier jour de mercato, il est parvenu à envoyer le latéral droit portugais Thierry Correia à Valence pour 15 millions d'euros bonus compris. Encore un joueur qu'il ne représente pas directement, et c'est sa relation privilégiée avec Peter Lim, propriétaire de Valence qui cherchait un latéral droit, qui lui a permis d'être décisif sur ce deal. Il a également eu son mot à dire sur le transfert de Gelson Martins de l'Atlético à Monaco (30M€). Toujours à Valence, il avait plus tôt dans l'été permis la vente de Ruben Vezo à Levante pour 6 millions d'euros. Un joueur de l'écurie Gestifute cette fois, qu'il avait lui-même emmené chez les Ches en provenance de Setubal il y a cinq ans. Son poulain Renato Sanches a également rejoint Lille pour 25 millions d'euros.

Et on pourrait continuer pendant de longues heures, puisqu'il a également placé plusieurs joueurs du côté de Nottingham Forest en Championship. Sachant qu'il empoche généralement entre 10 et 15% des transferts sur lesquels il travaille, inutile de dire que l'été 2019 a été assez productif pour lui. On peut aussi imaginer qu'il a touché un joli pactole sur l'arrivée libre de Falcao à Galatasaray. Mais forcément, il y a eu des ratés, et l'été aurait pu être encore plus fou pour lui s'il avait pu boucler un triple transfert. Lors des derniers jours du mercato, le super-agent lusitanien a travaillé sur une énorme opération, menant Angel Correa à Milan pour 55 millions d'euros, alors que Rodrigo Moreno devait passer de Valence à l'Atlético de Madrid pour remplacer l'Argentin contre 60 millions d'euros. André Silva aurait ensuite été vendu à Valence pour prendre la place de l'Espagnol ou à Monaco. Autant dire qu'un transfert à trois bandes de la sorte aurait été plus que lucratif pour Mendes, mais l'opération n'a finalement pas pu aboutir, notamment parce que les Lombards n'ont pas pu convaincre l'Atlético de Madrid.

Famalicao, le nouveau jouet de Mendes ?

Il aurait également pu toucher le gros lot si Florentino Pérez avait accepté de vendre James Rodriguez, qui était tout proche de l'Atlético de Madrid jusqu'à ce que le président merengue freine l'opération. Mais c'est encore une preuve que son rôle dépasse celui de l'agent et que le businessman portugais fait la loi dans le football, bien aidé par des dirigeants qui n'hésitent pas à faire appel à lui. Et cet été, on dirait bien que Mendes s'est trouvé un nouveau jouet, au pays. Plusieurs joueurs, de l'Atlético de Madrid et de Valence notamment, sont ainsi partis rejoindre le Futebol Clube Famalicão, promu en première division portugaise cette saison, ce qui a forcément interpellé du monde.

Uros Racic et Álex Centelles ont ainsi quitté Valence pour le club du nord de la péninsule alors que les Colchoneros Nehuén Pérez, Nicolas Schiapacasse ou Gustavo Assunçao ont aussi posé leurs bagages à Vila Nova de Famalicão, ville située à un peu plus de 30 kilomètres au nord de Porto. Au total, 20 joueurs, la plupart sous forme de prêt, ont rejoint l'équipe cet été, et la plupart viennent de clubs qui pèsent dans leur pays, puisqu'en plus des deux formations espagnoles, des joueurs de West Ham, de Benfica, de Braga ou de Stoke sont aussi venus. Le coach João Pedro Sousa est évidemment de l'écurie Mendes, tout comme le directeur général Miguel Ribeiro, très proche de l'agent et avec qui il avait déjà collaboré à Rio Ave. L'actionnaire majoritaire du club n'est autre que l'Israélien Idan Ofer, qui est également propriétaire de 32% des actions de l'Atlético de Madrid où Mendes a ses entrées. Il a ainsi confié la gestion du sportif au Portugais qui visiblement ne compte pas se priver pour placer ses pions et probablement initier une politique de trading de joueurs. Affaire à suivre donc...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires