La Direction Technique de l'Arbitrage réagit aux nombreux débordements de supporters

Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage français
Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage français ©Maxppp

Le climat des supporters en France est tendu depuis la reprise de la saison en août. Entre des problèmes lors de Montpellier-OM, Nice-OM, SCO-OM, Metz-PSG, Lens-LOSC, ASSE-SCO ou encore OM-PSG, on ne compte plus les incidents impliquant des spectateurs présents dans les stades. La rencontre entre l'OGC Nice et l'Olympique de Marseille a carrément été arrêtée par l'arbitre, Benoît Bastien ce soir-là. Alors que ce duel sera rejoué ce mercredi soir à Troyes (à suivre en live commenté sur notre site), avec cette fois-ci Clément Turpin au sifflet, la direction technique nationale de l'arbitrage a tenu à rappeler les consignes imposées à ses arbitres, notamment s'ils sentent que le danger peut venir des tribunes.

La suite après cette publicité

«On ne peut que déplorer le climat qui sévit sur certaines rencontres. On ne peut pas admettre que les acteurs du terrain aient peur, que l’on ait peur de tirer un corner parce qu’on craint de recevoir un projectile. Les arbitres ont reçu les instructions qui sont celles depuis toujours. On ne laisse pas un match se dérouler dans des conditions d’insécurité. Il y a des processus en lien avec la LFP qui font que le match soit dans un premier temps interrompu, avec annonce au micro qu’en cas de récidive le match peut être interrompu à nouveau avec retour au vestiaire. Et en cas de nouvelle récidive ou de situation plus grave, le match peut être arrêté définitivement. Cette situation passe aussi par une réunion de crise. La parole et la décision de l’autorité publique sont prépondérantes. S’agissant de trouble à l’ordre public, heureusement on n’en arrive pas à faire reposer ça sur les épaules de nos arbitres, qui ont déjà les épaules bien solides», argumente Pascal Garibian, le patron de la DTA.

Plus d'infos

Commentaires