Stade Rennais : Julien Stéphan tire la sonnette d'alarme

Encore défait hier en championnat, le Stade Rennais n'avance plus et enchaîne surtout les déconvenues. Julien Stéphan a profité de ce nouveau revers face à Bordeaux pour mettre les joueurs face à leurs responsabilités.

Julien Stephan sur le banc de touche de Rennes
Julien Stephan sur le banc de touche de Rennes ©Maxppp

Qu'il semble déjà loin le début de saison prometteur du Stade Rennais. Battue en championnat à domicile ce vendredi (1-0) par un Bordeaux loin d'être rayonnant, l'écurie bretonne enchaîne les déconvenues depuis le mois d'octobre. L'ancien leader du championnat se trouve même sur une pente glissante qui devient de plus en plus incontrôlable avec un seul petit succès (contre Brest au Roazhon Park 2-1) sur ses neuf derniers matches toutes compétitions confondues. Entre blessures (Maouassa, Rugani, Martin ou encore Camavinga qui faisait son retour hier) et recrues qui peinent à faire la différence (Terrier, Dalbert, Gomis), c'est un ensemble de choses qui ne fonctionnent plus.

La suite après cette publicité

Il y a de quoi s'inquiéter car même si les défaites à Paris, Chelsea et Séville n'ont rien d'infâmantes, c'est surtout le contenu qui pose question. L'efficacité dans les deux surfaces a disparu, le jeu est devenu prévisible et les joueurs plus tendres. La réussite qui accompagne Julien Stéphan depuis ses débuts en décembre 2018 a pris la fuite. La dégringolade au classement est entamée puisque 3e au coup d'envoi de cette 11e journée de Ligue 1, Rennes se retrouve déjà 5e, et ses poursuivants n'ont pas joué...

Stéphan : «Je suis un peu inquiet»

«C'est un match insuffisant, décevant dans beaucoup de domaines. Il y a une trop grande différence entre l'impression collective du début de saison et ce qu'on produit en ce moment. On n'a pas eu non plus la réussite en notre faveur mais quand ça se répète, ce n'est pas le fruit du hasard. Il y a un manque de maturité, de caractère aussi. J'avais changé des choses, mis deux attaquants… J'espérais pouvoir créer davantage de danger. Mais il nous faut plusieurs occasions avant d'être dangereux, alors qu'eux ont eu une demi-occasion et ça a suffi», se lamentait le coach face à la presse hier soir.

Il n'a pas non plus hésité à employer des mots forts, comme pour sensibiliser un vestiaire un peu latent. «Je suis un peu inquiet, forcément. Je ne suis pas abattu non plus parce qu'on a la force pour trouver les solutions. Il faut retrouver de la force collective. Sans force collective, on est encore moins qu'une équipe lambda, on a été médiocre. Il faut qu'on lutte contre le doute, mais qu'on soit aussi lucides. Il n'y a pas énormément de choses sur lesquelles se reposer sur ce match-là (…). Mais on va travailler comme des acharnés pour activer différents leviers et réussir à enclencher quelque chose de positif. » Il faudra rectifier le tir et vite alors que se profile la réception de Chelsea et un déplacement compliqué à Strasbourg.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires