Ligue Europa, Rangers : comment Giovanni van Bronckhorst a réussi à succéder à Steven Gerrard

Par Aurélien Macedo
6 min.
Ligue Europa, Rangers : comment Giovanni van Bronckhorst a réussi à succéder à Steven Gerrard @Maxppp

Après un passage probant de Steven Gerrard sur leur banc, les Glasgow Rangers ont fait le pari Giovanni van Bronckhorst en fin d'année 2021. Un choix d'abord critiqué mais qui s'est avéré payant avec la première finale européenne du club écossais depuis 2008.

La suite après cette publicité

«L'Aston Villa Football Club est ravi d'annoncer la nomination de Steven Gerrard en tant que nouvel entraîneur-chef. Gerrard a guidé les Glasgow Rangers vers le titre de Premiership écossaise la saison dernière, terminant la campagne invaincue en championnat. Le joueur de 41 ans a attiré de nombreux admirateurs dans le jeu pour son travail visant à transformer la fortune des géants de Glasgow tout en mettant en œuvre un style de football attrayant et offensif. Gerrard, qui a connu une brillante carrière de joueur avec Liverpool et l'Angleterre, a rejoint les Rangers en 2018 après un passage en tant qu'entraîneur de l'Académie à Liverpool» révélait Aston Villa dans un communiqué en novembre dernier. Quelques mots qui mettaient fin à l'ère Steven Gerrard sur le banc des Gers. Arrivé 3 ans et demi plus tôt du côté de Glasgow, l'ancienne gloire de Liverpool avait marqué de son empreinte tout un club. En trois saisons, il aura fait progresser sa formation jusqu'à lui offrir un titre historique en restant invaincu qui a mis fin à neuf années d'hégémonie du Celtic Glasgow. Laissant le club en tête du championnat à son successeur Giovanni van Bronckhorst, il laissait également une pression monstre au technicien néerlandais.

Ancien coach du Feyenoord avec qui il a gagné le dernier titre de champion en 2016/2017 ainsi que deux Coupes Nationales (2016 et 2018) et deux Supercoupes (2018 et 2019), Giovanni van Bronckhorst a réussi sa première expérience en tant que coach, mais a décidé d'enchaîner avec un départ en Chine à Guangzhou City qui n'a pas été probant. C'est donc avec beaucoup de méfiance qu'il a été accueilli du côté de Glasgow. Si son passage en tant que joueur du côté des Gers entre 1998 et 2001 a été plutôt intéressant, le technicien de 47 ans n'arrivait pas avec le Curriculum Vitae le plus rassurant. Soulevant le doute, il n'a pas rassuré lors de sa première sortie avec une défaite 3-1 contre Hibernian en demi-finale de League Cup. Relevant la tête immédiatement en Europa League avec une victoire probante contre le Sparta Prague synonyme de qualification (2-0) et accrochant l'Olympique Lyonnais (1-1), les Rangers trouvaient doucement leur rythme de croisière. Pourtant les Teddy Bears vont connaître un creux début 2022. Alors en tête à la trêve hivernale de six points, les Rangers vont se faire doucement dépasser par un Celtic Glasgow invincible en 2022 en championnat. Cela se confirmera puisque les Bhoys ont gagné le championnat avec quatre points d'avance sur les Gers.

À lire Séville ne retient pas Pape Gueye pour la Ligue Europa

Il a relancé Alfredo Morelos et peut offrir un doublé historique aux Rangers

Malgré la perte du titre, les résultats ont été très intéressants avec 27 victoires, 7 nuls et 5 défaites pour le technicien néerlandais en 39 matches avec les Rangers dont 14 victoires, 4 nuls et 2 défaites en championnat. Ce déclassement en Scottish Premiership a été compensé aux yeux des supporters par plusieurs choses. Déjà sur le plan individuel, il a remis en confiance le buteur Alfredo Morelos qui sortait d'une saison décevante. Ce dernier a pu compter sur l'apport de Roy Makaay dans le staff de Giovanni van Bronckhorst pour se relancer. «C'est un avantage pour Morelos que Roy parle espagnol comme moi. Chaque joueur a sa propre histoire et nous avons travaillé avec lui à notre manière. J'ai regardé des vidéos de lui en train de jouer avant de venir au club. Il sortait un peu trop souvent du rôle d'attaquant. Nous voulons juste qu'il opère dans la surface. Morelos se sent heureux et il a beaucoup marqué. Donc ça s'annonce bien. Je veux juste que nous, en tant qu'équipe des Rangers, devenions une seule machine. Aucune exception n'est faite pour les joueurs» a lâché le technicien néerlandais.

La suite après cette publicité

L'attaquant colombien comptabilise 12 buts et 6 offrandes en 22 matches depuis l'arrivée du Néerlandais et malgré des problèmes à la cuisse rencontrés ces dernières semaines, il a su retrouver son meilleur niveau. Il tentera de l'afficher en finale de la Ligue Europa. Car oui, sur le plan des Coupes, le coach néerlandais a su maintenir l'unité dans le groupe et la renforcer. Finalistes de la Coupe d'Écosse samedi prochain contre Heart of Midlothian, les Rangers ont su prendre rendez-vous avec leur histoire. Maintenant un jeu offensif et séduisant où le latéral clinique (18 buts et 17 offrandes en 56 matches cette saison) James Tavernier dispose d'une place de choix dans l'animation, les Gers ont su déjouer les pronostics en s'offrant deux cadors allemands, le Borussia Dortmund (4-2/2-2) et le RB Leipzig (0-1/3-1) tout en écartant l'Étoile Rouge de Belgrade (3-0/1-2) et Braga (0-1/3-1 ap) pour rallier sa deuxième finale de Ligue Europa dans son histoire. La dernière ? Une défaite 2-0 contre le Zenit en 2008 où le gardien Allan McGregor (40 ans) était déjà de la partie.

Alors que la rencontre contre l'Eintracht Francfort peut offrir aux Glasgow Rangers son deuxième titre européen depuis la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1971-1972 glanée contre le Dynamo Moscou (3-2), Giovanni van Bronckhorst est conscient de la postériorité qu'il peut déjà laisser dans un club qu'il a marqué de son empreinte en tant que joueur. «Ça fait vraiment du bien. Atteindre une finale est toujours une bonne sensation, mais vous aurez une meilleure sensation si vous gagnez la finale, c'est tout ce que nous avons à faire. Nous n'avons encore rien réalisé. Je pense que nous méritons d'être en finale, mais je sais aussi que nous devons faire une autre bonne performance ce soir-là pour obtenir le trophée [...] J'ai foi et confiance en mes joueurs, ils sont vraiment concentrés et en bonne position physique et mentale. Tout est réuni pour bien jouer contre Francfort la semaine prochaine et faire partie de l'histoire avec ce club» a-t-il expliqué dans un entretien pour l'UEFA. Malgré le départ de Steven Gerrard, les Rangers ne se sont pas écroulés et ce mérite revient en partie à Giovanni van Bronckhorst. Relançant sa carrière, le technicien néerlandais peut encore lui donner un coup de boost en cas de victoire ce mercredi.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité