Le message fort de Jean-Michel Aulas avant Monaco-OL

En marge d'une conférence de presse, Jean-Michel Aulas a sonné la révolte avant le déplacement de son OL à Monaco.

Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais
Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais ©Maxppp
La suite après cette publicité

L'Olympique Lyonnais a pris un sacré coup sur la tête. Défaits dimanche soir sur la pelouse du Groupama Stadium par Lille (2-3, 34e journée de Ligue 1), les Gones ont certainement dit adieu à leurs derniers espoirs de titre. Jean-Michel Aulas, en marge d'une conférence de presse ce mardi, est revenu sur cette immense déception. «On a passé un week-end difficile. (...) Sur l'équipe masculine, c'est une grande déception d'autant plus qu'on avait trouvé lors des matches face à Monaco et Lille, des parades, notamment tactiques et d'opportunisme lors des deux premières mi-temps de ces matches. La chance ne nous a pas souri cette année», a-t-il lancé.

Mais s'il est logiquement désappointé, le patron de l'écurie rhodanienne est très loin d'avoir rendu les armes. «La déception du week-end a laissé place à l'ambition et la dynamique de lundi-mardi. On travaille beaucoup avec Vincent Ponsot, Juninho et Rudi Garcia sur le match de dimanche, en regardant aussi ce qu'il va se passer sur le plan du calendrier. On en a conclu tous les quatre qu'il y avait encore un coup majeur à jouer dans la mesure où on jouera au moins la Ligue Europa. Ça pourrait être aussi une ambition si on en restait là. Mais ce n'est pas ce qui nous motive. On veut se qualifier pour la Ligue des Champions», a lâché le boss de l'OL, enchaînant sur une démonstration mathématique implacable.

Les chiffres sont avec l'OL

«Aujourd'hui, on a 67 points. Si on gagne tous nos matches, avec 79 points, il n'y a pas de statistiques où on ne serait pas en Ligue des Champions avec un tel total», a-t-il expliqué. Un premier message clair à ses hommes en somme. Avant d'insister. «Je suis convaincu qu'en mettant tous les atouts de notre côté, on peut redresser la barre. Cela passera par l'union sacrée au club et au sein de toute la communauté OL. On va inverser la tendance et se qualifier. C'est à quitte ou double», a-t-il envoyé à quelques jours de cette finale.

L'appel à l'union sacrée et à la mobilisation générale est lancé. Chez les joueurs. Comme chez les dirigeants. Et le staff. «Il y a aussi les choix tactiques qui comptent, avec les joueurs qui seront déterminés. C'est au coach d'agir. Il faut qu'il y ait de la solidarité entre les dirigeants. Vincent, Juni et moi, on doit être à l'écoute de tout ce qui a été dit et faire le tri entre infos et bonnes décisions. Je vous garantis que dimanche on sera présent. On a vu face à Monaco en Coupe de France qu'on avait moyen de gagner et on va gagner», a-t-il conclu, en leader. À son équipe de jouer désormais.

Plus d'infos

Commentaires