Valence : positif au coronavirus, Mangala raconte

Comme 35% des joueurs de l'effectif du Valence FC, Eliaquim Mangala a été testé positif au coronavirus. Le défenseur français a expliqué dans les colonnes de [L'Équipe](« Dans quelles circonstances avez- vous appris que vous étiez positif au coronavirus ? Vendredi, au club, on nous a fait faire des tests. Ce sont des tests simples ( prélèvements nasaux). Moi j’avais zéro symptôme, j’étais comme d’habitude. Donc, quand dimanche matin le doc m’a dit que j’étais positif, j’étais choqué, au départ je pensais que c’était une blague. Mais quand il m’a parlé des mesures de confinement, du délai de quatorze jours, du fait que je devais éloigner mes enfants, j’ai compris que ça n’en était pas une. Concrètement, quel est votre quotidien depuis quelques heures ? Je suis confiné chez moi. J’ai de la chance, j’ai une maison où ma famille peut rester isolée. Il y a un Le nombre de matches disputés cette saison par Mangala avec Valence : 2 en Ligue des champions, 4 en Liga et 1 en Coupe du Roi. étage où je suis et ma famille est là- haut. On évite au maximum de se croiser. Après, dans ma journée, c’est simple: il n’y a pas d’effets sur moi, j’ai zéro symptôme, donc je peux continuer à m’entretenir, à faire de la muscu. On nous a donné un programme. Avec un masque, je sors dans mon jardin pour continuer à m’entraîner. Et puis ensuite, je regarde des documentaires, des films, je joue à la console. Il y a Netflix, je lis aussi. “On ne peut pas se poser , , dans un parc, comme si de rien n’était Aviez- vous été sensibilisé par votre club sur les risques de cette épidémie ? Oui, on nous avait parlé notamment en marge du match ( de Ligue des champions) contre l’Atalanta Bergame ( aller le 19 février, retour le 10 mars). Mais voilà, on fait un sport où forcément il y a des contacts en matches ou à l’entraînement. Dans la salle de muscu, par exemple, avec les haltères, vous laissez possiblement le virus. Ça peut aller très vite. Et je crois que les gens n’ont pas conscience de ça. Tant que ça n’arrive pas à toi ou à un de tes proches, peut- être que tu prends ça avec légèreté, mais la réalité, elle est là. Et la réalité, c’est que ça n’arrive pas qu’aux autres. Avez- vous le sentiment que le grand public prend cette épidémie avec trop de légèreté ? S’il y a des cas comme moi, c’està- dire des gens qui sont porteurs et qui n’ont aucun symptôme, cela signifie qu’il y en a d’autres. Et quand je vois les images des restaurants, des parcs, je me dis qu’il y a un problème. Les gens doivent prendre conscience que même si tu n’es pas forcément un danger pour toi, tu peux l’être pour les autres. Pour les parents, les grands- parents. Ou même les plus jeunes. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un système immunitaire performant. Potentiellement, tout le monde est un risque. Même si tu n’as pas de symptôme, tu peux être un danger, tu es un danger. J’en suis l’exemple. Qu’avez- vous envie de dire aux gens qui ne comprennent pas ou qui ne respectent pas les mesures de confinement ? Que ce qui arrive depuis plusieurs semaines en Italie, ça arrive chez nous. On n’est pas dans une blague là! On ne peut pas se poser dans un parc, comme si de rien n’était, ce n’est pas comme ça qu’on va arrêter l’épidémie. La réalité, c’est que la seule solution, c’est le confinement. Comment a réagi le milieu du football à l’annonce de votre test positif au coronavirus ? J’ai reçu beaucoup de messages. Dont beaucoup me disaient: “Récupère bien.” Mais pour moi, je le répète, il n’y a rien qui change. Pour les autres non plus ( trois joueurs ont été diagnostiqués au Valence CF, avec les défenseurs Ezequiel Garay et José Luis Gaya). Ça n’a pas d’effet. Je sens de la peur chez les gens. Par méconnaissance du virus sans doute. Je leur dis simplement :“faites attention à vous, prenez soin de vous et évitez au maximum de sortir.” Craignez- vous de rester longtemps isolé ? J’ai un délai. De quatorze jours. Donc on verra à ce moment- là. Il faudra être patient. ») comment il avait appris la nouvelle. «Vendredi, au club, on nous a fait faire des tests. Ce sont des tests simples (prélèvements nasaux). Moi j’avais zéro symptôme, j’étais comme d’habitude. Donc, quand dimanche matin le doc m’a dit que j’étais positif, j’étais choqué, au départ je pensais que c’était une blague. Mais quand il m’a parlé des mesures de confinement, du délai de quatorze jours, du fait que je devais éloigner mes enfants, j’ai compris que ça n’en était pas une», a confié l'international tricolore avant d'expliquer comment son quotidien était impacté.

«Je suis confiné chez moi. J’ai de la chance, j’ai une maison où ma famille peut rester isolée. Il y a un étage où je suis et ma famille est là- haut. On évite au maximum de se croiser. Après, dans ma journée, c’est simple: il n’y a pas d’effets sur moi, j’ai zéro symptôme, donc je peux continuer à m’entretenir, à faire de la muscu. On nous a donné un programme. Avec un masque, je sors dans mon jardin pour continuer à m’entraîner. Et puis ensuite, je regarde des documentaires, des films, je joue à la console. Il y a Netflix, je lis aussi», a-t-il expliqué avant d'envoyer un avertissement à la population.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires