Bayern Munich : le retour en forme du duo Serge Gnabry - Leroy Sané

Auteur d'une première saison très décevante avec le Bayern Munich, Leroy Sané repart sur des bases plus solides en 2021-2022. Au même titre que son compère Serge Gnabry, qui a lui aussi connu un passage à vide dans les rangs du Rekordmeister.

Serge Gnabry et Leroy Sané célèbrent un but avec le Bayern Munich
Serge Gnabry et Leroy Sané célèbrent un but avec le Bayern Munich ©Maxppp

Ce n'est un scoop pour personne, le Bayern Munich dispose d'une armada offensive à faire frémir les supporters du club bavarois chaque week-end. Chaque saison, l'histoire semble se répéter. Le Rekordmeister marche sur le championnat allemand avec autorité en empilant les buts comme les trophées. Si Robert Lewandowski demeure évidemment le principal artificier de cette ligne offensive, il peut compter sur le soutien de fidèles lieutenants tels que Kingsley Coman, Thomas Müller, Jamal Musiala, Serge Gnabry ou encore Leroy Sané. Les deux derniers cités, après une saison 2020-2021 mitigée, sont d'ailleurs repartis très forts depuis le début du nouvel exercice, pour le plus grand bonheur de Julian Nagelsmann.

La suite après cette publicité

En ce qui concerne l'ancien joueur d'Arsenal, ses 11 réalisations et ses 7 passes décisives de l'an passé (en 38 rencontres) étaient tout sauf des statistiques mauvaises. Ces chiffres ont néanmoins été jugés insuffisants par de nombreux observateurs, Serge Gnabry ayant affiché un certain manque de stabilité et de régularité criant tout au long de l'exercice 2020-2021. D'autant plus que ses débuts prometteurs avec son nouveau partenaire de l'époque, Leroy Sané, laissaient entrevoir de très jolies perspectives. Depuis le début de saison 2021-2022, la donne a visiblement changé et les deux Allemands ont repris du poil de la bête.

Un duo déjà souvent décisif

Le duo Gnabry (26 ans) et Sané (25 ans) a été aligné à 5 reprises sur les 8 matchs déjà disputés par le Bayern Munich cette année, à chaque fois aux côtés des inamovibles Müller et Lewandowski sur le front de l'attaque. Le constat est pour le moment simple : lorsque Nagelsmann a décidé d'associer ces quatre hommes ensemble, son équipe a inscrit 18 buts, soit une moyenne de 3,6 buts par rencontre. Les deux ailiers de la Nationalmannschaft ont notamment profité du début de saison compliqué de Kingsley Coman, encore chahuté par des pépins physiques (95 minutes jouées sur 4 matchs différents).

Serge Gnabry s'est déjà illustré et compte à son actif 3 buts et 3 passes décisives en 8 parties, pour venir appuyer son bon début de saison. Dans le jeu, le natif de Stuttgart semble avoir retrouvé de la confiance, alors que ses qualités de vitesse, de percussion, de provocation perpétuelles font toujours aussi mal à ses adversaires. Son entente, sa complicité avec ses compères d'attaque, avec qui il aime permuter au fil des 90 minutes, s'améliore également à vue d'œil, à l'image des automatismes flagrants, déstabilisant les défenses adverses depuis quelques semaines.

Les progrès de Sané remarqués

Leroy Sané donne lui le sentiment d'à nouveau parler le football avec lequel il a ébloui l'Europe sous les couleurs de Manchester City. Déjà décisif à 8 reprises en 8 matchs disputés (3 buts, 5 passes décisives toutes compétitions confondues) sur le côté gauche, le numéro 10 du Bayern reste sur quatre rencontres à au moins 1 but ou 1 «assist», dont une distillée au Camp Nou lors du probant succès face au FC Barcelone en Ligue des Champions (3-0). Auteur de 10 buts et 12 offrandes en 44 rencontres en 20/21, il était devenu un remplaçant de luxe pointé du doigt pour son manque de précision et d'efficacité dans le dernier geste, à l'image de son action manquée face au PSG en C1 qui aurait pu changer le cours des choses pour son équipe.

Même si son énorme raté à quelques mètres du but contre Bochum, samedi dernier (7-0), tout comme son face-à-face manqué en seconde période de ce même match, rappellent qu'il n'a peut-être pas encore totalement chassé tous ses vieux démons, Leroy Sané semble plus tueur devant le but et précis dans la zone décisive, tout en faisant preuve d'une implication défensive remarquée par son entraîneur. Julian Nagelsmann s'est d'ailleurs réjoui des progrès effectués par l'ancien chouchou de l'Etihad Stadium en conférence de presse après le large succès des siens lors de la 5ème journée de Bundesliga. «Je vois Leroy Sané se développer positivement. Il était très impliqué face à Bochum. Il était aussi à fond avant la trêve internationale. Il s'engage à fond, il se met dans de bonnes situations. En ce qui concerne le pressing, il a énormément progressé. Tout le monde essaye de le cantonner à l'aile... Mais il a joué pour la quatrième fois en tant que milieu offensif. Il a trouvé des espaces où il a pu mettre en avant ses qualités. Sa vitesse déclenche beaucoup d'attaques. J'ai toujours dit qu'il ne fallait pas trop parler de lui, mais plutôt le laisser jouer.»

Comme souvent observé depuis le début de saison en fanfare du Rekordmeister, Serge Gnabry et Leroy Sané peuvent parfois se retrouver dans les mêmes zones du terrain sans que cela n'impacte le rouleau compresseur bavarois, notamment car l'intelligence et la complémentarité de Müller et de Lewy permettent aux ailiers de bonifier et de récompenser leurs mouvements. Le Bayern Munich dispose en tout cas de deux armes redoutables retrouvées sur les ailes pouvant approvisionner comme il se doit leurs partenaires. À ce rythme, Coman pourrait bien avoir du mal à les déloger de leurs couloirs, tout comme les latéraux de Bundesliga et de C1 auront du mal à contenir l'explosivité et la fouge des deux attaquants allemands.

Plus d'infos

Commentaires