L'incroyable embouteillage de gardiens au PSG

Avec la venue surprise mais opportune de Gianluigi Donnarumma, le PSG va se retrouver avec 7 gardiens sous contrat professionnel à la rentrée. Si certains vont être prêtés comme Bulka, la situation risque d'être compliquée à vivre pour Rico, installé comme numéro 2, et peut-être même pour Navas, qui vient pourtant de prolonger. À moins que le portier venu de l'AC Milan parte immédiatement en prêt...

Keylor Navas avant un match de C1 avec le Paris SG
Keylor Navas avant un match de C1 avec le Paris SG ©Maxppp

Le PSG version QSI et la gestion des gardiens de but, ce n'est pas vraiment le grand amour. Dès le début, l'affaire avait mal commencé avec la venue de Salvatore Sirigu, alors que Nicolas Douchez avait déjà signé en provenance du Stade Rennais. Le club se retrouvait déjà avec deux éléments capables de jouer numéro un. La concurrence n'a finalement jamais eu lieu, l'Italien prenant immédiatement l'ascendant sur le Français. En 2015 en revanche, il voit débarquer Kevin Trapp, un Allemand sollicité par Laurent Blanc et réputé pour la qualité de son jeu au pied. Problème, le poste de gardien se base sur une particularité essentielle, celle de se jouer avec les mains ! Rapidement, le portier, qui sera à l'Euro 2020, commet de grosses erreurs et affiche une certaine fragilité mentale. À l'été 2016, Unai Emery hésite avec le retour de prêt d'Alphonse Areola et jongle entre les deux comme il le peut, en fonction de la forme et de la confiance de l'un ou de l'autre. Le Titi finit par prendre le dessus mais Gigi Buffon débarque en 2018 comme numéro un bis. Durant une saison, les deux remparts se concurrencent dans la sérénité mais pas dans les performances...

La suite après cette publicité

Le problème est longtemps resté entier. Aucun gardien, excepté Sirigu à ses débuts, n'a réussi à s'imposer sur le long terme à Paris. Leonardo réalise alors un grand coup en récupérant Keylor Navas, mis sur le banc par Courtois au Real Madrid. Immédiatement, le triple vainqueur de la Ligue des Champions réalise de grands matches et prend la place de titulaire sans coup férir. Durant ce temps-là, Areola est lui envoyé en prêt au Real et Sergio Rico prend le rôle de doublure de Navas. La cohabitation se passe très bien entre les deux hommes, la hiérarchie étant bien établie. On peut même dire qu'elle cimente le vestiaire car le Costaricien est un leader et l'Espagnol, très professionnel, se fond parfaitement au milieu de ses partenaires hispanophones. Ce dernier voit même son option d'achat être levée l'été dernier, tandis qu'Areola est de nouveau prêté, à Fulham cette fois, tout comme le jeune Marcin Bulka, 3e gardien depuis 2019. Tout semble clair même si la gestion du cas Areola revient souvent sur la table. 3e gardien de l'équipe de France championne du monde, il avait prolongé son contrat en décembre 2018 jusqu'en 2023 pour éviter de partir libre de son club formateur.

7 gardiens présents, dont quatre internationaux, à la reprise pour le moment

Mais le PSG est très fort pour se chercher des poux dans la tête. Alors que la situation semble apaisée et surtout lisible, voilà que Leonardo a saisi la balle au bond avec Gianluigi Donnarumma. Le gardien italien vient de s'engager avec le club français jusqu'en 2026. À 22 ans, il représente sans conteste l'avenir, lui qui est un phénomène de précocité, ayant gagné sa place de numéro un à l'AC Milan à seulement 16 ans. Arrivé en fin de contrat avec les Rossoneri, l'international azzurro a été recruté libre. C'est un grand coup réalisé par le PSG sur ce que l'on peut appeler une opportunité de marché. Car le club francilien n'avait absolument pas besoin d'un gardien dans l'immédiat. Rico a définitivement été transféré jusqu'en 2024 l'été dernier et surtout, Keylor Navas, auteur de très grandes performances cette saison, notamment en Ligue des Champions, a été récompensé d'une prolongation courant jusqu'en 2024 il y a quelques semaines seulement. La reprise de l'entraînement risque donc de se faire avec Donnarumma, international italien (26 sélections), Navas, international costaricien (93 capes), Rico, international espagnol (1 sélection en 2016) et Areola, international français (3 matches).

C'est ce qu'on peut appeler une sacrée concurrence mais le problème des gardiens ne s'arrête pas là. Le Polonais Bulka (21 ans), prêté à Carthagène puis Châteauroux, sera lui aussi présent à la rentrée, tout comme le jeune Garissone Innocent (21 ans), prêté cette saison à Caen. Enfin, le jeune Italien Denis Franchi (18 ans, né en 2002) ne sera plus en âge de jouer chez les U19 du PSG. Il risque d'y avoir un gros embouteillage car même si les trois derniers remparts cités seront sans doute prêtés ou vendus durant le mercato, leur trouver une porte de sortie prendra du temps. Sans parler des autres gardiens plus cotés. En tout, ce sont sept joueurs qui seront au même poste et il y aura forcément des mécontents dans l'histoire. Si le départ d'Areola ne fait guère de doute, lui dont les intérêts sont gérés par Mino Raiola, la situation est plus épineuse pour les trois restants. Rico ne se satisfera sans doute pas d'un rôle de 3e gardien derrière les deux monstres. Quid de Keylor Navas ? La venue d'un crack à son poste, bien plus jeune qui plus est, ne sera pas forcément apprécié, lui qui était parti du Real pour ça justement. Il pourrait en plus trouver cela injuste, à peine après avoir prolongé suite à son énorme saison.

Donnarumma prêté ou conservé ?

Il a prouvé face au Barça et au Bayern qu'il faisait toujours partie du gratin mondial au poste. Et puis comment Mauricio Pochettino, dont les relations avec Leonardo sont des plus fraîches, va pouvoir gérer cette concurrence pour la rendre saine sur la durée ? Comment le vestiaire va-t-il réagir lui aussi face à ce nouvel état des lieux ? Gigi Donnarumma ne se contentera sans doute pas de quelques miettes. Il a déjà disputé plus de 250 matches professionnels, touche l'un des plus gros salaires du club et est titulaire avec la Squadra Azzurra. Sans parler de Mino Raiola, toujours enclin à lâcher des déclarations fracassantes pour faire jouer ses poulains ou mettre la pression sur les clubs et leurs entraîneurs. L'idée d'un prêt de l'Italien pour une saison ou deux est étudié pour ne pas faire de l'ombre à Navas. Encore faut-il lui trouver le club idéal qui acceptera de prendre son salaire en charge, ou au moins une partie. C'est lui qui détient la clé au problème. "Heureusement" qu'Alexandre Letellier, Mathyas Randriamamy et Yanis Saidani arrivent tous en fin de contrat, sinon on ne saurait plus où donner de la tête. Ah si, ce n'est peut-être pas terminé. Selon RMC, le Lillois Lucas Lavallée (18 ans, né en 2003) pourrait signer son premier contrat pro avec le PSG...

Plus d'infos

Commentaires