PSG, Eduardo Santos : «je n'ai absolument aucun doute sur le fait que Kylian Mbappé sera prêt pour l'Atalanta»

J-7 avant Atalanta-Paris SG, quart de finale de Ligue des Champions. L'heure tourne pour Kylian Mbappé, touché à la cheville droite le 24 juillet. Pour Foot Mercato, le chef du service médical du Shanghaï SIPG Eduardo Santos, célèbre pour avoir remis sur pied David Luiz en un temps record en 2015, a donné son avis sur la question.

Kylian Mbappé sort sur blessure face à l'ASSE
Kylian Mbappé sort sur blessure face à l'ASSE ©Maxppp

Tout le Paris SG retient son souffle depuis le tacle appuyé de Loïc Perrin sur Kylian Mbappé lors de la finale de Coupe de France (1-0). L'attaquant parisien, victime d'une entorse de la cheville droite avec lésion du compartiment externe, voyait sa participation au quart de finale de Ligue des Champions contre l'Atalanta, le 12 août, à Lisbonne, remise en cause. Aujourd'hui, à sept jours de l'événement, le doute plane toujours même si les dernières images et indiscrétions invitent plutôt à l'optimisme. Eduardo Santos, le chef du service médical du Shanghaï SIPG, est lui aussi plutôt très confiant. Le Brésilien, rendu célèbre en 2015 pour avoir remis sur pied en un temps record David Luiz alors au Paris SG avant un quart de finale de C1 contre le FC Barcelone, n'a même aucun doute sur le fait que l'international tricolore sera sur la feuille de match mercredi prochain. «Il sera prêt à coup sûr. Je n'en ai aucun doute. Absolument aucun doute», nous a-t-il assuré avant de préciser.

La suite après cette publicité

«Une blessure de cette nature, j'en ai géré plusieurs dans ma carrière. Je me souviens par exemple de Mauricio, milieu brésilien du Zenit, qui avait une entorse de grade 3 de la cheville, avec un œdème, avec des ligaments touchés. Il a joué douze jours plus tard. Je me souviens d'Axel Witsel, aujourd'hui à Dortmund. À l'époque du Zenit, il s'était blessé avant un 8e de finale de Ligue des Champions contre Benfica, une entorse du même type que celle de Mbappé. Le pronostic d'un département médical "normal" serait de 4 à 5 semaines. Il a joué contre Benfica 10 jours après. Une personne normale n'a pas le temps de se faire des soins. Si elle se fait une entorse de la cheville, qu'elle effectue une heure de soins par jour, trois fois par semaine, cela lui prendra minimum quatre semaines pour revenir. Un athlète est à disposition du service médical toute la journée. Il peut faire des soins le matin, l'après-midi et même le soir», nous a-t-il expliqué avant de poursuivre.

Pas le moindre doute

« Cela me surprendrait vraiment que Mbappé, vu son importance et sa blessure, ne joue pas le 12 août. Je ne sais pas comment travaille le département médical du Paris SG, je ne connais pas leurs méthodes et je ne veux pas porter de jugement. Je dis juste que, s'il était ici, suivi par mon service, il jouerait à coup sûr le 12 août», a-t-il asséné, assurant ne pas avoir été contacté par le club de la capitale sur cette question. «Cela ne m'est pas arrivé une, mais plusieurs fois de traiter des blessures de cette nature. Il y a largement le temps. Je n'ai aucun doute. Avec un tel athlète, il y a trois voire quatre séances de soins par jour. C'est beaucoup, on parle de deux semaines et demie. Pour une personne normale, le pronostic est de quatre semaines minimum. Pour un joueur, dix jours peuvent suffire pour qu'il soit prêt à jouer», a-t-il assuré avant d'ajouter.

«La physiothérapie est un processus pour préparer le retour du joueur à la compétition suite à la blessure avec une série d'exercices et de soins. Deux semaines entières de récupération intenses, cela lui laisse deux jours de travail avant le match. J'ai déjà suivi ce protocole ici, ou en Russie. Cela peut se faire tranquillement, mais c'est notre manière de travailler. Il a le temps de revenir et faire au moins une ou deux séances collectives avant le match. Ce n'est pas l'idéal, mais ça lui permet d'être à disposition, de pouvoir aider, de jouer 30 minutes ou plus. Ça lui donne de la confiance et ça peut lui permettre de reprendre le rythme. On ne traite pas une blessure, on la gère. Il y a une série de paramètres à gérer autour de la blessure, il faut aussi remettre le joueur en confiance, en conditions. Je n'ai aucun doute qu'il soit très professionnel alors il n'y a aucun doute pour moi», a-t-il conclu. Des propos qui devraient rassurer de nombreux supporters du Paris SG à l'approche de l'un des grands rendez-vous de cette saison si particulière.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires