Équipe de France : le patron, c'est Karim Benzema

Après son Euro convaincant malgré l'élimination précoce des Bleus, le buteur du Real Madrid a encore répondu présent. À 33 ans, le numéro 19 tricolore n'a jamais semblé aussi fort.

Karim Benzema et Kylian Mbappé fêtent un but
Karim Benzema et Kylian Mbappé fêtent un but ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le public français présent à San Siro ne s’est pas trompé. Alors que les joueurs de l’équipe de France étaient venus fêter avec leurs supporters la victoire en Ligue des Nations, ces derniers ont scandé le nom de Benzema. Car ce soir, le numéro 19 des Bleus a encore été déterminant. De quoi confirmer que son retour en sélection nationale est une vraie réussite.

Pour rappel, si les Bleus se sont ratés dans les grandes largeurs à l’Euro, Benzema avait été le seul à se distinguer en marquant 4 buts (deux doublés). Depuis, l’attaquant du Real Madrid a encore prouvé qu’il était le leader de la Casa Blanca (9 buts inscrits en 8 matches de Liga) avant de retrouver les Bleus. Séduisant avec Antoine Griezmann face à la Finlande, Benzema était bien entendu de la partie pour le Final Four de la Ligue des Nations.

Qualifié de Ballon d'Or par le Real Madrid

Une présence et un leadership tellement naturels que les médias se demandaient surtout, avant le début de la compétition, si Kylian Mbappé allait attraper le bon wagon. Le Bondynois a répondu aux attentes et Benzema aussi. Les deux hommes ont d’ailleurs été les deux meilleurs buteurs des Bleus du tournoi (2 réalisations chacun). Mais une fois encore, c’est Benzema qui a marqué les esprits.Élu homme du match par l’UEFA et notre rédaction, le Merengue apprécie visiblement endosser le costume de sauveur des Bleus. Le tout en marquant des buts somptueux.

Auteur du but de la révolte face aux Belges, l’ancien Lyonnais égalisé face aux Espagnols d’une frappe en pleine lucarne. Une réalisation qui a d'ailleurs fait très mal aux Ibères. «Quand une équipe vient de marquer, normalement, l'autre est K0. C'est le moment de remuer le couteau dans la plaie. Mais Karim Benzema met un but splendide, extraordinaire... On ne s'attendait pas à cela. C'est dommage qu'on n'ait pas pu savourer le but et mettre plus de pression», a déclaré Luis Enrique en conférence de presse.

Plutôt discret en première période, il a été un véritable distributeur de caviars au retour des vestiaires (86e, 88e). Surtout, il a confirmé qu’il était bel et bien le leader de l’attaque des Bleus. Lors des 45 premières minutes, alors que la France suffoquait sous le pressing adverse, il n’a pas hésité à donner de la voix pour obliger ses partenaires à monter d’un cran.

«Karim est un joueur essentiel»

Décisif devant le but, nouveau tireur en charge de penalties, le numéro 19 peut savourer son premier trophée remporté avec la France. Et alors que la liste des 30 nommés pour le Ballon d’Or a récemment été publiée, le joueur du Real Madrid n’a peut-être pas le palmarès d’un Jorginho en 2021, mais il sait faire parler de lui. « Félicitations à l’équipe de France pour son titre extraordinaire et félicitions à notre joueur spectaculaire, Karim Benzema, Ballon d’Or», s’est même permis de tweeter le Real Madrid.

Enfin, après de longues années de brouille avec son attaquant, Didier Deschamps s'est encore fendu d'un bel hommage. «Karim est un joueur essentiel, il l'a prouvé sur ces deux matches-là. Je suis vraiment heureux pour l'ensemble et heureux pour lui. Il a une efficacité redoutable. Ce n'est pas le même joueur qu'en 2015. Il est affûté. Humainement, il a gagné en maturité. Il ne va pas jouer quatre ou cinq compétitions. Ce n'est pas le titre le plus important. Mais lui a été important pour gagner ce titre». Il est loin, très loin le temps où Benzema était un pestiféré chez les Bleus.

Plus d'infos

Commentaires