MU : l'avis tranché de Cavani sur la VAR et la Super League

Edinson Cavani et Manchester United disputeront la finale de Ligue Europa
Edinson Cavani et Manchester United disputeront la finale de Ligue Europa ©Maxppp
La suite après cette publicité

Invité de l'émission 2 de Punta en Uruguay ce mercredi, Edinson Cavani (34 ans) a évoqué sa récente prolongation de contrat avec Manchester United. Mais el Matador s'est également exprimé sur certains sujets brûlants de l'actualité du football, notamment le projet de Super League, auquel les Red Devils avaient d'ailleurs adhéré. «Il ne faut pas enlever aux équipes modestes la possibilité de jouer une Ligue des Champions. Aux équipes moyennes de rêver à concurrencer les plus gros, à avoir sa place parmi les plus grands. Ni aux supporters de ces équipes-là de vivre ça. Quand c’est arrivé, je me suis dit : "ce n’est pas possible. Si ça arrive, qu’est-ce qui nous attend ensuite ?" Je ne partage pas ça, je ne suis pas d’accord», a confié l'Uruguayen avant d'évoquer la VAR (assistance vidéo à l'arbitrage). Avec, là aussi, un avis tranché.

«On te met le VAR, tu ne sais pas pourquoi un arbitre te siffle un penalty, pourquoi on te signale hors-jeu, ni même comment cela fonctionne. Tout ça, c'est difficile. Tu marques et tu dois attendre deux minutes pour célébrer. Pire, tu peux célébrer et on vient te dire que c’est annulé parce que tu as un ongle ou des cheveux hors-jeu ou que, quatorze passes avant que tu ne marques, un de tes partenaires a fait une petite faute qui n'avait pas été vue. Tout cela enlève du charme et l’essence du football. C'est devenu un peu difficile à vivre avec tout ça, sans supporters qui plus est», a-t-il regretté, déçu de la place accordée à la parole des footballeurs au moment des décisions. «On ne nous a même pas demandé notre avis, on ne compte presque pas, c'est "joue et tais-toi, tu gagnes beaucoup d’argent". Pour nous, le football devient un travail, même s’il y a la passion aussi. Il faut avoir la tête froide pour supporter cette routine aussi longtemps. Je ne me plains pas, je sais que c’est la réalité dans d’autres domaines aussi. Chacun sa réalité. Mais ce n’est pas pour ça que je n’ai pas le droit de parler ou donner mon opinion». C'est dit.

Plus d'infos

Commentaires