Sénégal - Algérie : les notes du match

La finale de la Coupe d'Afrique des Nations se tenait ce vendredi soir au Caire entre le Sénégal et l'Algérie. Dans le Stade International de la capitale égyptienne, les Fennecs ont remporté cette édition 2019 grâce à une victoire 1-0 face aux Lions de la Teranga. Baghdad Bounedjah a inscrit le seul but de la partie à la 2e minute.

Baghdad Bounedjah a marqué le seul but de la rencontre dès la 2e minute.
Baghdad Bounedjah a marqué le seul but de la rencontre dès la 2e minute. ©Maxppp

Un match attendu par les amateurs du ballon rond mais surtout les supporters de deux nations. Au Stade International du Caire, le Sénégal et l'Algérie croisaient le fer ce vendredi soir pour la grande finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2019. Un remake du match de la phase de poules, remporté 1-0 par les Fennecs qui avaient terminé en tête de leur groupe devant les Lions de la Teranga. Côté sénégalais, Sadio Mané voulait ramener la coupe à la maison pour la première fois dans l'histoire de la sélection, le Sénégal n'ayant jamais fait mieux qu'une finale (2002). En face, les Verts voulaient réitérer l'exploit de 1990 lorsqu'il avait remporté la CAN à la maison. Pour ce match très important, Aliou Cissé sortait un 4-2-3-1 avec Sané à la place de Koulibaly, suspendu. Sarr était aussi titulaire. Côté algérien, Djamel Belmadi alignait un 4-4-2 et conservait les mêmes joueurs avec notamment Mahrez, auteur d'un magnifique coup-franc en demi-finale.

La suite après cette publicité

Dans une très belle ambiance, les Lions de la Teranga donnaient le coup d'envoi de cette rencontre, et les supporters algériens ne devaient pas être en retard. Après une récupération, Bennacer lançait Bounedjah. Le numéro 9 algérien fixait alors Sané et déclenchait du droit. Le défenseur sénégalais déviait la frappe mais celle-ci lobait Gomis, scotché sur ce coup (2e, 0-1). En confiance, les Fennecs faisaient le jeu mais les Sénégalais tentaient de créer le danger en contre et sur coups de pied arrêtés. Kouyaté n'accrochait pas le cadre de la tête sur un service de Saivet (14e). Alors que les duels se multipliaient, les hommes d'Aliou Cissé cherchaient toujours la solution. Et après avoir centré, Saivet tentait sa chance directement sur un coup-franc excentré. Cependant, M'Bolhi restait vigilant sur sa ligne (27e). Le ballon passait facilement d'un camp à l'autre mais la bataille avait lieu principalement dans l'entrejeu.

Raïs M'Bolhi omniprésent dans sa surface !

Les deux équipes s'échangeaient beaucoup de coups, à l'image de ce coup de coude de Mané sur Feghouli au moment d'un corner. Un geste passé inaperçu aux yeux de l'arbitre et de la VAR (35e). Mais dans le jeu, les Lions de la Teranga poussaient de plus en plus pour revenir. Servi devant la surface, Niang réalisait un superbe enchaînement mais sa frappe limpide du gauche frôlait la barre transversale de M'Bolhi... L'un des buts de cette CAN n'était pas loin (38e). Et sur l'action suivante, l'arbitre accordait un corner au Sénégal suite à un duel limite entre Zeffane et Sarr (45e). L'arbitre mettait finalement un terme à ce premier acte après une frappe déviée de Sané (45e+2). Après la pause, le rythme restait le même. Les deux équipes se disputaient le ballon et l'arbitre avait toujours autant de travail. M. Alioum Alioum sifflait beaucoup et prenait une décision importante quelques secondes après un tir de Mané (58e). Sur un centre de Sarr, Guedioura touchait le ballon du bras et l'homme en noir n'hésitait pas à désigner le point de penalty (60e).

Pour valider sa décision, l'arbitre allait donc voir le ralenti mais ce dernier revenait finalement sur celle-ci, jugeant que la main du milieu algérien était collé au corps. Le jeu pouvait donc se poursuivre après quelques secondes d’incompréhension. Malgré ce fait de jeu, les Lions de la Teranga ne lâchaient pas le camp algérien. Après un tir à côté de Niang, qui avait éliminé M'Bolhi (66e), Sabaly obligeait le gardien algérien à s'envoler pour sortir sa frappe puissante (69e). De l'autre côté du terrain, Gomis et les hommes d'Aliou Cissé se faisaient un peu peur sur un tir dévié de Belaili (74e). Mais les Sénégalais étaient bel et bien les plus dangereux. Malheureusement, les joueurs d'Aliou Cissé manquaient de précision, comme sur cette reprise de volée de Sarr qui s'envolait dans les tribunes (83e). Dans le dur, les Fennecs souffraient mais tenaient le coup. Grâce à cette victoire 1-0, l'Algérie remportait la deuxième CAN de son histoire après son sacre en 1990 ! De son côté, le Sénégal devra encore attendre pour soulever le trophée tant convoité.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L'homme du match : Aïssa Mandi (8) si l'Algérie a pu tenir ce résultat, c'est aussi en grande partie grâce à lui ! Le défenseur de 27 ans n'a rien laissé passer derrière. Présent sur les situations chaudes, le joueur du Betis a multiplié les interventions décisives (1ère, 35e, 42e, 77e), notamment celle sur Mané dans la surface avec un tacle plein d'assurance. En bref, il n'a quasiment rien manqué.

Sénégal

  • Gomis (4) : surpris d'entrée, le portier sénégalais ne pouvait pas faire grand-chose sur le but algérien, quoique son placement laisse à désirer. Rarement mis à contribution, le joueur de la SPAL a rassuré sa défense lorsqu'il le fallait mais il n'a pas pu se rattraper.

  • Gassama (4,5) : le latéral droit s'est montré très actif dans son couloir. Il n'a pas démérité ce soir mais ses centres n'ont pas apporté le danger espéré. À noter que Mahrez l'a bien gêné, l'Algérien revenant défendre très bas pour empêcher le défenseur d'apporter le surnombre en attaque.

  • Kouyaté (5) : le ballon lui passe entre les jambes sur le premier but au moment de la passe. Il n'est donc pas directement responsable mais le capitaine sénégalais aurait pu mieux anticiper. À part ça, le joueur de Crystal Palace s'est montré impérial, notamment dans les airs où il a empêché Bounejdah de jouer dos au but.

  • Sané (5,5) : malheureux sur le premier but algérien. Il a essayé d'intervenir sur la frappe de Bounejdah mais c'est lui qui a détourné et lobé son propre gardien. Bonne gestion de l'espace dans son dos. Souvent bien placé, il a régulièrement réalisé les interventions qu'il fallait pour soulager sa défense. Le joueur de Schalke 04 a bien assuré l'intérim de Kalidou Koulibaly, suspendu pour cette finale, malgré ce fait de jeu sur le but.

  • Sabaly (6) : très percutant, le droitier qui joue à gauche a régulièrement apporté le surnombre en attaque. Son entente avec Sadio Mané a été précieuse, comme souvent lors des matches du Sénégal dans cette CAN 2019. Le joueur des Girondins de Bordeaux aurait même pu ouvrir le score sur une frappe qui partait en pleine lucarne, mais M'Bolhi s'est tout simplement envolé.

  • P.A N'Diaye (5) : discret mais précieux. Le milieu de terrain s'est battu pour gratter des ballons dans les pieds algériens. Avec Gueye à ses côtés, il a éteint Youcef Belaïli. Remplacé par Diatta (58e) qui a misé sur son physique pour bouger l’entrejeu des Fennecs.

  • Gueye (4,5) : on attendait plus de lui, notamment dans l'utilisation du ballon. Il a souvent abusé du jeu long en début de match afin d'initier des contre-attaques rapides mais ses relances n'étaient pas assez précises. Il a effectué un gros abattage défensif pour empêcher les relances des Verts de l'Algérie. Il a souffert face à la facilité technique de Bennacer.

  • Sarr (5,5) : l’ailier du Stade Rennais a été percutant en première période mettant au supplice Rami Bensebaini à plusieurs reprises. Son coéquipier en club a été obligé de commettre des fautes pour le stopper. Insaisissable, il a souvent fait des différences balle aux pieds mais a manqué de lucidité dans le dernier geste.

  • Saivet (5,5) : l'ancien bordelais ne s'est pas toujours montré très précis sur les coups de pied arrêtés alors que son équipe en a souvent bénéficié. Auteur d'une belle intervention sur une contre-attaque algérienne, il a été important pour faire le lien entre le milieu et l'attaque. Remplacé par Diagne (74e), très discret.

  • Mané (6,5) : le meilleur dribbleur de la compétition était en jambe ce soir. Le joueur de Liverpool s'est démené pour créer des espaces. Il a été le principal danger de son équipe, obligeant souvent les Algériens à commettre des fautes pour l'arrêter. Son coup de coude sur Feghouli n'a pas été sanctionné par l'arbitre, cela aurait pu lui être préjudiciable (35e). Une deuxième mi-temps sur les mêmes bases. Il ne manquait donc qu'un but pour le champion d'Europe.

  • Niang (3,5) : pas très adroit dans les actions offensives de son équipe, en début de match, l'attaquant rennais a été utile notamment en point d'appui dos au but. Il est passé tout près d'inscrire le but de la compétition avec une demi-volée qui a frôlé la lucarne de M'Bolhi (38e). Plusieurs fois, il a anéanti des occasions de but par son manque de justesse, à l'image de son un contre un raté (66e). Remplacé par Keita Baldé (84e) qui n'a pas pu faire la différence et n'a rien apporté de plus.

Algérie

  • M'Bolhi (7,5) : dernier rempart de cette équipe d'Algérie, le gardien de 33 ans a rempli son contrat ce soir. Pas forcément inquiété dans un premier temps, le numéro 23 des Fennecs a stoppé les tentatives cadrées des Lions de la Teranga, à savoir deux coups-francs de Saivet (27e, 59e). Le natif de Paris n'a donc rien laissé passer et a ensuite sauvé les siens sur un boulet de canon de Sabaly (69e). Les Fennecs peuvent le remercier !

  • Zeffane (5) : remplaçant d'Atal depuis quelques jours, le latéral droit du Stade Rennais a eu un peu de mal face à Mané et ses coéquipiers. En difficulté, notamment en première période, le joueur de 27 ans a souffert dans son couloir, à l'image de cette intervention limite sur Sarr dans sa surface (45e). Certainement bousculé à la pause, il a tout de même montré de meilleures choses dans le deuxième acte.

  • Mandi (8) : voir ci-dessus

  • Benlamri (6,5) : aux côtés de son compatriote Mandi, le numéro 4 algérien a forcément eu un peu moins de travail. Ça ne l'a pas empêché de rester concentré sur les offensives sénégalaises, lui qui a sorti une frappe de Mané (58e). Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas hésité à aller au duel puisqu'il s'est ouvert la pommade après un choc avec Mané.

  • Bensebaini (5) : directement opposé à son coéquipier en club Sarr, le latéral algérien a enchaîné les fautes pour tenter de stopper son adversaire. Souvent en retard, il a rapidement écopé d'un avertissement, limitant donc ses interventions. Par la suite, il a tout de même haussé son niveau de jeu pour laisser un peu moins d'espaces.

  • Mahrez (4,5) : véritable héros de la demi-finale face au Nigeria, le capitaine de l'Algérie n'a pas enchaîné. Le joueur de Manchester City s'est en effet un peu éclipsé puisqu'il n'a pas eu beaucoup le ballon durant cette finale. Offensivement, il n'a pas montré grand-chose, un peu comme tous ses coéquipiers, mais il a tout de même fait l'effort de défendre jusqu'à la fin.

  • Guedioura (4) : titulaire devant sa défense, le milieu de terrain de Nottingham Forest a rapidement semblé en dessous de ses coéquipiers. Dans le dur au milieu, le numéro 17 a souvent été en retard dans ses interventions et n'a jamais réussi à relever la tête pour apporter quelque chose. Un match très compliqué pour lui face aux milieux sénégalais.

  • Bennacer (5,5) : élu meilleur joueur de la phase de poules il y a quelques semaines, le milieu de terrain d'Empoli n'a pas arrêté ce soir. Auteur de la passe pour Bounedjah sur l'ouverture du score (2e), le tout après une récupération, le joueur de 21 ans a mis une grosse pression sur les Lions de la Teranga, y allant parfois trop fort avec beaucoup de fautes. Mais dans cette finale, il a beaucoup servi.

  • Feghouli (5) : le joueur de Galatasaray a, comme son équipe, eu du mal à s'illustrer sur le plan offensif, la faute au scénario du match et le peu d'occasions algériennes. Mais rapidement, il a montré qu'il était présent défensivement avec un excellent repli défensif, qu'il a essayé de réaliser jusqu'à la fin du match. Remplacé par Tahrat (85e).

  • Bounedjah (5,5) : comme souvent placé à la pointe de l'attaque, le joueur d'Al Sadd a dégainé rapidement. Sa frappe du droit, déviée par Sané, a fini au fond des filets pour le plus grand plaisir des Fennecs, et ce dès la 2e minute. Et heureusement pour la sélection algérienne puisque par la suite, le numéro 9 n'a absolument rien eu à se mettre sous la dent (l'Algérie n'a réalisé que deux tirs dans ce match !). Il a cédé sa place à Slimani en fin de match (89e).

  • Belaïli (4) : présent aux avant-postes aux côtés de Bounedjah, l'attaquant de l'Espérance sportive de Tunis a vécu une finale compliquée. Pas très en vue, il a beaucoup couru dans le vide pour presser et réaliser quelques fautes intelligentes. Mais dans le jeu, on ne l'a pas vraiment vu, les Fennecs n'étant pas très dangereux offensivement. Remplacé par Brahimi (84e).

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires