Ce qu'il faut déjà changer au PSG

Le premier match de Ligue des Champions du PSG a immédiatement mis en avant les inconvénients générés par la présence de Messi, Neymar et Mbappé. Mauricio Pochettino a déjà constaté qu'il faudra faire des modifications, sous peine de connaître de nouvelles désillusions.

Le trio Messi-Neymar-Mbappé.
Le trio Messi-Neymar-Mbappé. ©Maxppp

Le Paris Saint-Germain fait habituellement toujours le plein de points contre l'adversaire le plus abordable de sa poule (hormis un 2-2 contre Ludogorets au Parc des Princes en 2016-2017), même si cela n'est pas toujours beau à voir (on se rappelle de la double confrontation contre l'APOEL Nicosie en 2014-2015). En se ratant face au Club Bruges mercredi soir malgré la première titularisation du trio Mbappé-Messi-Neymar, le club de la capitale a déçu et s'est compliqué la tâche au regard du calendrier qui l'attend dans une poule plutôt relevée. C'est Manchester City puis le RB Leipzig qui se présenteront au Parc lors des deux prochaines rencontres. Faux pas interdits pour ne pas se retrouver dans une situation délicate avec des victoires impératives à aller chercher à l'extérieur.

La suite après cette publicité

Au-delà du score brut, c'est surtout la performance proposée qui heurte les esprits. Beaucoup espéraient que les étincelles promises par les stars offensives compenseraient le probable manque d'équilibre de l'effectif. Or, les étincelles ont été rares, très rares, contrairement aux occasions adverses et aux espaces dans la défense parisienne. Les inconvénients du trio offensif sans les avantages, voilà le constat de la première soirée commune. Et Mauricio Pochettino, qui redoutait le manque d'équilibre, peut d'ores et déjà réfléchir à une solution. Mercredi soir, outre le manque de repli défensif flagrant des trois hommes (malgré la bonne volonté de Neymar par instants et le positionnement assez bas de Messi), on a constaté un déficit de courses de la part des milieux de terrain.

Wijnaldum continue ainsi de décevoir dans l'intensité, pourtant l'un de ses points forts, et l'utilisation du ballon, et Paredes était dans un soir où son impact physique était annihilé par son incapacité à être proche de l'adversaire. La distance parcourue par les joueurs du PSG ? 103,8 km contre 111,2 km pour les Brugeois. Si l'on compare avec les deux autres équipes du groupe, ce n'est pas plus flatteur : 110,2 km pour Manchester City et 112 pour le RB Leipzig dans leur duel épique (6-3 score final pour les Citizens). Si le trio offensif est responsable de son replacement et de son aide défensive (Neymar est le deuxième Parisien à avoir le plus couru derrière Herrera), il ne suffit pas pour justifier les trop nombreuses incursions des Belges dans le camp parisien.

Un nouveau système à tester ?

Une nouvelle fois, Marquinhos et Kimpembe ont paru trop facilement livrés aux déboulés adverses, avec un Hakimi en grande difficulté défensive dans les un contre un sur son côté droit. Mauricio Pochettino a beau installer un milieu de terrain a priori travailleur, sa défense est trop exposée, ce qui a été souvent le cas depuis le début de la saison. Pire, l'expression offensive des Parisiens s'est avérée décevante, et la sortie de Kylian Mbappé a enlevé une épine du pied belge, à savoir la menace dans la profondeur. Neymar et Messi cherchent à combiner entre eux, en se recentrant dans l'axe, mais qui pour exploiter les espaces libérés sur les côtés ? C'est là l'un des problèmes du 4-3-3 déployé, où ni Wijnaldum, ni Herrera n'ont cette capacité en tant que milieu relayeur, ni Abdou Diallo en tant que latéral gauche. A droite, Hakimi sait se projeter, mais la question du 3-4-3 va vite se poser pour Pochettino.

Un système à trois axiaux permettrait de libérer encore un peu plus Hakimi côté droit, et d'essayer Nuno Mendes à gauche, un profil offensif et rapide, qui pourrait ravir Lionel Messi dans la diagonale. Il faudrait alors choisir deux milieux de terrain quasiment exclusivement dédiés aux tâches défensives et laisser Messi, Neymar et Mbappé la liberté totale de mouvements dans une position plus axiale. Resterait quoi qu'il en soit la question de l'implication défensive des trois hommes de devant, point majeur de la saison parisienne.

Plus d'infos

Commentaires