Hoffenheim : l'éclatant retour au premier plan d'Ishak Belfodil

Incontournable à Hoffenheim actuellement, Ishak Belfodil réalise une fin de saison en boulet de canon. L'occasion pour l'attaquant de 27 ans de se rappeler au bon souvenir de Djamel Belmadi à quelques mois de la Coupe d'Afrique des Nations.

Ishak Belfodil empile les buts
Ishak Belfodil empile les buts ©Maxppp

Karim Benzema, Alexandre Lacazette, Anthony Martial ou encore Loïc Rémy, tous ces attaquants ont été lancés au plus haut niveau par l'Olympique Lyonnais. C'est également le cas d'Ishak Belfodil. Arrivé en 2008 entre Rhône et Saône, le natif de Mostaganem a fait ses débuts en professionnels le 22 août 2009 à l'occasion d'une rencontre face à l'AJ Auxerre (victoire 3-0, 7 minutes jouées). Un élément prometteur que beaucoup voyaient comme le potentiel successeur de Benzema. Mais son parcours est bien différent de celui de l'attaquant du Real Madrid. Prêté à Bologne en 2012, l'Algérien a quitté définitivement Lyon l'été suivant. Direction Parme. Après une seule saison, il a signé un contrat de 5 ans en faveur de l'Inter Milan en 2013. Mais il n'est pas au bout de ce deal. Prêté à Livourne en 2014 puis transféré à Parme (2014-15), il a joué ensuite à Baniyas aux Emirats arabes unis (2015-16), au Standard de Liège en Belgique avant d'être prêté au Werder Brême.

La suite après cette publicité

Un passage en Bundesliga qui a convaincu Hoffenheim de miser sur lui l'été dernier. Les Allemands lui ont fait signer un contrat jusqu'en juin 2022. Malgré le fait qu'il ait disputé 19 rencontres (5 buts), il a alterné entre titularisations et passages sur le banc. Des débuts qui n'ont pas été époustouflants à écouter notre confrère allemand de Fussball Transfers Tristan Bernert. «La première partie de saison de Belfodil n'était pas très bonne. Il ne jouait pas vraiment souvent, ce qui le dérangeait. Il voulait quitter le club cet hiver, mais le manager du club, Alexander Rosen, a bloqué son transfert». Ce que ce dernier a confirmé récemment dans la presse allemande. «Belfodil voulait partir vers Schalke à cause de son temps de jeu mais je l'ai empêché. C'est un joueur qui veut jouer et ne se contente pas de rester sur le banc. Je pense que j'ai bien fait de l'empêcher de partir. Il a joué dans 9 clubs depuis 2012 et s'il a la confiance de son entourage il peut faire mal. C'est un attaquant complet qui possède un très grand nombre d'armes».

Un été 2019 agité en perspective

Un choix gagnant de la part du dirigeant. En 2019, Ishak Belfodil marche sur l'eau. En 10 rencontres sur l'année civile, il a trouvé le chemin des filets à 9 reprises. Sur les deux dernières sorties de son équipe, l'attaquant a été monstrueux. Face au Bayer Leverkusen, il a planté un doublé et délivré une passe décisive (29 mars, victoire 4-1). Ce week-end face à Augsbourg, il a inscrit un triplé. L'avant-centre, qui en est donc à 14 buts toutes compétitions confondues cette saison, est dans une forme exceptionnelle. Tristan Bernert est sous le charme. «Belfodil joue probablement le meilleur football de sa carrière. Il a un bon physique et il est très bon techniquement, ce qui est rare pour un joueur de sa taille. Il est vraiment un bon joueur à tous les niveaux». Une bonne nouvelle pour Hoffenheim qui espère donc finir la saison en boulet de canon. Pour cela, l'écurie entraînée par Julian Nagelsmann compte sur son attaquant vedette.

Un élément qui pourrait bien animer le prochain mercato selon notre confrère allemand. «Concernant son avenir, c'est difficile à dire. Bien qu'il ait beaucoup de talent, il n'a jamais trouvé un club qu'il aime vraiment. Au moment où la situation se gâte, il a tendance à vouloir partir comme cela a été le cas l'hiver dernier. Aussi longtemps qu'il sera heureux à Hoffenheim, il restera. Le club ne veut pas le vendre». Un été 2019 qui pourrait bien être très animé. En plus de sa situation personnelle, Ishak Belfodil ambitionne clairement de jouer la Coupe d'Afrique des Nations avec l'Algérie. Mais le joueur né en 1992 n'a pas été appelé par Djamel Belmadi lors des deux derniers rassemblements en novembre et mars. L'entraîneur des Fennecs avait expliqué son choix. «Je connais Belfodil, à l’instar des autres joueurs non convoqués. Je veux tester de nouveaux éléments avant d’arrêter la liste définitive pour la CAN». Une liste où Ishak Belfodil (17 sélections, 2 buts) espère bien figurer. En tout cas, il fait tout pour !

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires