Liga : la révolution passe par les bancs de touche

La Liga va connaître un été animé sur les bancs de touche, alors que plusieurs entraîneurs prestigieux ont déjà été nommés à la tête de clubs qui ont déçu cette saison.

Manuel Pellegrini a trouvé un poste
Manuel Pellegrini a trouvé un poste ©Maxppp

Ces dernières années, on a vu une tendance claire se dessiner en Liga, qui était un temps synonyme de jeu offensif et de spectacle pour les amateurs de football. Inspirés par Diego Simeone, mais pas que, de nombreux entraîneurs ont commencé à adopter des stratégies plus défensives, avec des lignes plus serrées, et un jeu bien plus direct. Chacun y va de sa patte évidemment, mais on retrouve de nombreux points communs, avec la multiplication des 4-4-2 et cette volonté d'appliquer de l'intensité et d'énormes efforts défensifs de la première à la dernière minute. Le Getafe de Pepe Bordalas, désormais bien installé en haut de tableau, en est un bel exemple.

La suite après cette publicité

Tout ceci explique, en partie, pourquoi les rencontres entre les gros et les équipes de deuxième partie de tableau sont plus équilibrées qu'avant, ce qui donne des scores bien moins impressionnants qu'à une époque, et pourquoi les cadors trébuchent plus régulièrement quand ils affrontent des formations pourtant inférieures en termes de talent. De nombreux duels entre formations de milieu et de bas de tableau se concluent aussi sur des rencontres assez fermées, avec, on ne va pas se mentir, pas grand chose à se mettre sous la dent niveau football. Dans le même temps, on observe des changements de cap ailleurs en Europe. La Premier League a par exemple souvent pioché en Espagne à la recherche de tacticiens, et désormais, même les entraîneurs britanniques semblent s'inspirer de Pep Guardiola. En Italie, on semble également avoir opté pour un jeu plus porté vers l'attaque, et le cliché du catenaccio est bien loin derrière nous...

Manuel Pellegrini, le meilleur symbole

Clairement, la Liga a un peu perdu de sa superbe depuis des années maintenant, et c'est en grande partie à cause de cette nouvelle direction prise par les entraîneurs du championnat. Mais cet été, on souhaite visiblement changer la donne dans les bureaux des écuries de la ligue ibérique. Plusieurs entraîneurs de prestige ont ainsi été nommés à la tête des clubs. En plus de tacticiens expérimentés, les formations outre-Pyrénéennes veulent aussi offrir leur banc à des grands noms. Le Betis a par exemple frappé fort en s'offrant Manuel Pellegrini, qu'on ne présente plus. Le champion d'Angleterre 2014 avec Manchester City sera à la tête d'un projet ambitieux aux côtés d'Antonio Cordon, qu'on connaît bien à Monaco. De quoi faire oublier une saison catastrophique sous les ordres de Rubi, les Andalous ayant terminé bien loin de leur objectif qui n'était autre qu'une place en Europe.

Villarreal a aussi tenu à recruter un entraîneur de renom pour son banc de touche, après avoir expérimenté pendant des années avec des coachs locaux. Unai Emery est ainsi arrivé sur le banc de touche et voudra notamment mener le Sous-Marin Jaune au bout en Ligue Europa. S'il est vrai que le Basque sort de deux expériences plus que mitigées au PSG et à Arsenal, et que Javi Calleja faisait du bon travail, Emery reste un entraîneur de garanties sur le plan national, et l'assurance pour les Groguets d'avoir une équipe compétitive sur tous les plans. La preuve que désormais, on en a terminé avec les paris chez les dirigeants, on veut du sûr.

Le Barça est attendu au tournant

Ce n'est pas tout, puisqu'après la mauvaise saison sous les ordres d'Albert Celades, Valence a donné les clés du camion à Javi Gracia. Un entraîneur peut-être un peu moins connu que les deux cités ci-dessus, mais qui reste très apprécié en Espagne et qui a aussi connu des expériences à l'étranger, à Watford notamment, allant même jusqu'à disputer la finale de la FA Cup 2019. Particulièrement à l'aise avec les jeunes et tacticien réputé, il devrait permettre aux Ches de retrouver les premiers postes si tout se passe comme prévu. On notera que les trois entraîneurs en question ont eu des expériences récentes en Premier League... Et cela ne devrait pas s'arrêter là. On le sait, pour qu'un championnat soit compétitif, il faut que les locomotives le tirent vers le haut. Si Zinedine Zidane va rester à Madrid, le FC Barcelone va vraisemblablement engager un nouveau coach une fois la Ligue des Champions terminée.

Le retour d'un Barça puissant - et surtout plus séduisant - pourrait aussi contribuer à un retour en force du championnat espagnol dans le cœur des fans de foot. Le nom de Mauricio Pochettino est par exemple évoqué, et si le passé de l'Argentin à l'Espanyol pourrait bloquer un débarquement au Camp Nou, c'est vers ce type de coach que les Catalans semblent se tourner. Avec ces arrivées, ceux qui sont déjà présents et la nouvelle génération menée par Diego Martinez de Granada, la line-up de la Liga 2020/2021 fait saliver. Et des entraîneurs comme Marcelo Gallardo (River plate) ou Marcelino (ex Valence) risquent aussi de trouver un nouveau club en Liga cet été. Pas de doute, la saison prochaine, on devrait retrouver plus de variété tactique, et donc des rencontres potentiellement plus intéressantes et spectaculaires !

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires